13 reptiles menacés

Les reptiles en voie de disparition ont tendance à attirer moins l'attention des personnes que les autres espèces. Voici une courte liste pour leur donner plus de visibilité.
13 reptiles menacés

Dernière mise à jour : 19 août, 2021

De nombreuses raisons mettent les reptiles en danger d’extinction dans le monde entier. Ce sont des animaux qui dépendent directement des conditions environnementales de leur habitat, de sorte que les changements environnementaux mettent souvent leur haute spécialisation à l’épreuve.

La plupart de leurs menaces proviennent directement de l’action humaine : la déforestation, l’urbanisme, le braconnage, les incendies, l’agriculture et l’aquaculture sont les facteurs les plus importants à l’origine de leur déclin. Toutes ces actions limitent les zones géographiques des espèces ou influencent les conditions de leur habitat.

1. Le gavial du gange (Gavialis gangeticus)

Connu pour son museau étroit et ses yeux exorbités, ce crocodile habite les zones marécageuses de l’Inde et du Népal. La forme de sa bouche est adaptée à un régime strictement piscivore ; il n’a pas assez de force pour consommer des animaux plus gros.

C’est la seule espèce de la famille des Gavialidae et elle est en danger critique d’extinction, principalement en raison de la destruction de son habitat due aux activités anthropiques. De plus, leurs œufs sont la proie des rats, des mangoustes, des sangliers, des chacals et des humains.

Un spécimen de gavial du Gange.

2. Techmarscincus jigurru

Ce lézard endémique du continent australien est classé comme vulnérable par l’ Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Sa plus grande menace est le changement climatique : les dernières catastrophes en Australie ont asséché l’habitat de ce reptile et ont ainsi entraîné une perte de territoire et de nourriture.

3. Le boa constricteur

Cette espèce de l’ordre des Squamata est un boa insulaire endémique de l’île de Sainte-Lucie, dans la mer des Caraïbes. Il vit dans les terres humides, mais pas près de l’eau – bien qu’il sache nager – car il préfère grimper aux arbres.

La principale cause de l’extinction de cette espèce est le commerce illégal et la chasse pour l’utilisation de sa peau. Leur autre grande menace est la destruction de leur habitat pour créer des zones de cultures.

Un boa sur un arbre.

4. La tortue imbriquée (Eretmochelys imbricata)

Ce chélonien est distribué dans les océans Atlantique et Indo-Pacifique. C’est une espèce de tortue marine chassée en grand nombre pour sa consommation de viande et le trafic d’espèces, notamment en Chine et au Japon. Sa carapace est également utilisée comme matériau depuis de nombreuses années, bien que son commerce soit actuellement sanctionné par la législation de plusieurs pays.

L'un des reptiles en danger d'extinction.

5. Anolis pygmaeus

Cette espèce est endémique du Mexique, plus précisément de la région du Chiapas. Elle habite les forêts sempervirentes, où elle se camoufle grâce à sa petite taille – à peine 4 centimètres – et sa coloration qui oscille entre le gris et le brun.

Comme beaucoup d’autres reptiles en danger d’extinction, cet animal souffre énormément de la transformation des écosystèmes par l’homme. Il est protégé par la loi de son pays d’origine.

Un petit anole pygmée.

6. La tortue luth (Dermochelys coriacea)

C’est la plus grande espèce de tortue au monde. Elle habite les eaux tropicales et tempérées et s’approche des plages pour frayer. La pêche et la pollution aquatique, ainsi que la chasse illégale et la collecte de ses œufs, sont les plus grandes menaces pour ce reptile.

Les nouveaux-nés luth sont désorientés par les lumières artificielles des villes : lorsqu’ils sont guidés par la lune pour atteindre la mer, les sources lumineuses des villes les dirigent dans la direction opposée. Cela se termine généralement par la prédation des jeunes ou leur écrasement, ou s’ils ont de la chance, par leur sauvetage.

Les nouveau-nés luth sont désorientés pour de nombreuses raisons.

7. La tortue mauresque ou grecque (Testudo graeca)

Avec la tortue méditerranéenne, elle est l’icône de la conservation des chéloniens en Espagne. Actuellement, il ne reste que 3 centres de population : à Doñana, dans la région de Murcie et d’Almería et à Majorque. On la trouve également dans certains pays méditerranéens et en mer Noire.

La principale menace qui pèse sur les tortues noires de la péninsule ibérique est la dégradation et la fragmentation de l’habitat en raison de l’augmentation de l’agriculture intensive, des incendies et des constructions massives associées au tourisme. Bien qu’interdite, la capture illégale de spécimens de cette espèce continue d’exister.

L'un des reptiles en danger d'extinction.

8. Achalinus jinggangensis

Ce serpent fait partie de la famille primitive des Xenodermidae, qui a été séparée de tous les autres serpents vivants environ 8 millions d’années avant l’extinction des dinosaures. En d’autres termes, c’est un fossile vivant.

Il n’y a peut-être qu’une seule population de cette espèce. Il y a très peu d’enregistrements de son observation : seuls 9 spécimens ont été enregistrés entre 1983 et 2011. Il est en danger critique d’extinction et sa petite zone géographique est menacée par l’étalement urbain et l’exploitation minière.

9. Le gecko marbré (Oedodera marmorata)

Le gecko marbré ne vit que dans une localité du Dôme de Tiébaghi, en Nouvelle-Calédonie. Jadis, ce gecko se déplaçait aux côtés des dinosaures, puis il s’est séparé de tous les autres lézards vivants il y a plus de 70 millions d’années.

Ce reptile est en danger critique d’extinction principalement en raison de l’expansion de l’extraction du nickel. L’espèce est protégée par la législation régionale, mais pas son aire de répartition.

Un gecko marbré, l'un des reptiles en voie de disparition.

10. Iberolacerta martinezricai

Ce lézard endémique de la péninsule ibérique, qui habite une zone géographique minuscule, est lui aussi en danger d’extinction. Jusqu’à récemment, on pensait qu’il n’habitait que le sommet de la Peña de Francia et le pic de La Hastiala, mais on le trouve aussi à La Alberca et à Las Batuecas.

La plus grande menace à laquelle cette espèce doit faire face est la pression touristique dans sa zone. Les feux de forêt sont une autre menace. 

11. L’iguane des Petites Antilles (Iguana delicatissima)

Comme son nom l’indique, cet iguane est endémique des Petites Antilles. C’est un autre reptile en danger critique d’extinction en raison de la perte d’habitat et de la chasse. De plus, l’hybridation avec l’iguane vert – une espèce invasive dans la région – pourrait causer sa disparition.

L’iguane des Caraïbes se distingue de l’iguane vert par l’absence d’une grande écaille arrondie sur chaque joue.

L'un des reptiles en danger d'extinction.

12. Uropeltis phipsonii

Ce serpent, de la famille des Urolpetidae, est endémique de l’Inde et vit sous terre. Comme la plupart des espèces mentionnées, le déclin de sa population est dû à l’agriculture et à une planification urbaine expansive pour le tourisme. Elle est classée vulnérable depuis 2010.

Un serpent de la Terre.

13. Abronia aurita

Endémique du Guatemala, ce saurien vit dans les hautes terres de Verapaz. C’est l’un des reptiles en danger d’extinction les plus menacés par la destruction de son habitat naturel, notamment par l’extraction du bois. L’agriculture, le feu et l’élevage contribuent également à la destruction de son habitat.

Un lézard dragon.

Sur les 19 % de reptiles menacés d’extinction, 12 % sont classés dans la catégorie “en danger critique”, 41 % “en danger” et 47 % comme “vulnérables”. Bien qu’il existe déjà des programmes de conservation pour nombre d’entre eux, il reste encore un long chemin à parcourir pour garantir la survie de ces êtres merveilleux.

Cela pourrait vous intéresser ...
5 reptiles domestiques pour les débutants
My AnimalsLisez-le dans My Animals
5 reptiles domestiques pour les débutants

Malgré l'incapacité de les apprivoiser complètement, certains reptiles sont des animaux de compagnie. Nous vous présentons ici 5 reptiles domestiqu...