6 animaux trouvés dans la grotte de Movile

21 avril, 2021
Dans la grotte de Movile, il n'y a pas de lumière. La photosynthèse n'est donc pas possible. Pour cette raison, l'écosystème n'est pas basé sur des plantes ou des algues, mais a été construit autour de masses de bactéries chimiosynthétiques qui se nourrissent de gaz toxiques.

La grotte de Movile, située dans une steppe dévastée en Roumanie, est un écosystème unique sur la planète. Cette zone est isolée du reste du monde depuis environ 5,5 millions d’années. Dans son intérieur règne l’obscurité la plus complète, l’oxygène y est rare et les gaz sont toxiques pour les êtres humains.

Cependant, dans cet écosystème incroyablement inhospitalier, il y a encore de la vie. Les organismes piégés dans la grotte se sont adaptés aux conditions difficiles après des millions d’années d’évolution. Plus de 60 espèces animales différentes peuvent être trouvées dans cette grotte, dont 35 sont endémiques.

Sans aucun doute, ces animaux défient les lois naturelles que les êtres de la surface croient immobiles. Si vous voulez en savoir plus sur certains des habitants de ce petit monde extrême si différent du reste de la planète, poursuivez donc votre lecture.

Les animaux les plus surprenants trouvés dans la grotte de Movile

Ce site extraterrestre abrite une grande biodiversité, contre toute attente. Sa faune est composée d’invertébrés, qui montrent des adaptations très curieuses à la vie troglodytique. Voici quelques-unes des espèces les plus remarquables de cet écosystème extrême.

La descente de la grotte de movile.

1. Cryptops speleorex

Ce mille-pattes est le plus gros animal jamais trouvé dans la grotte de Movile. D’une longueur de 5,2 centimètres, c’est l’un des super prédateurs qui dominent cet écosystème. Son nom scientifique reflète cette position, car il signifie « roi de la grotte » en latin.

Après des millions d’années isolé de ses parents, ce mille-pattes s’est adapté à la vie dans cet environnement extrême. C’est une espèce endémique à cet endroit, morphologiquement et génétiquement différente de ses plus proches parents. Comme les autres mille-pattes, il attrape sa proie à l’aide d’une morsure venimeuse.

2. Heleobia dobrogica

Heleobia dobrogica est la seule espèce de mollusque gastéropode trouvée dans cette grotte. Cet animal est un petit escargot dont la coquille blanche est en forme de spirale. Il vit dans le lac qui occupe une partie de la grotte et se nourrit des masses de bactéries chimiosynthétiques qui caractérisent le lieu.

Des études scientifiques indiquent que l’ancêtre de cet escargot vivait à l’extérieur, où le climat était subtropical à l’époque. Il semblerait que cette espèce se soit réfugiée dans la grotte lorsque les températures ont commencé à baisser.

3. Nepa anophthalma

Cet arthropode est un autre des prédateurs des grottes de Movile. C’est un scorpion d’eau, un parent des punaises de lit, qui n’a rien à voir avec les vrais scorpions.

Ces invertébrés reçoivent ce nom grâce à leurs énormes appendices de préhension qui rappellent les griffes d’un scorpion. L’association avec les arachnides est également due à leur tube respiratoire postérieur, qui pourrait ressembler à un dard.

Nepa anophthalma a été trouvé sur les rives du lac souterrain, où il se nourrit des autres habitants aquatiques de la grotte, notamment des isopodes, des amphipodes et des annélides. En tant qu’adaptation à la vie en l’absence de lumière, ce scorpion d’eau n’a pas d’yeux.

4. Haemopis caeca

Étonnamment, parmi les habitants aquatiques de la grotte de Movile figure une sangsue. Contrairement à ses parents les plus célèbres, Haemopis caeca n’est pas un parasite. Cette sangsue se nourrit de vers et d’autres invertébrés.

Haemopis caeca se distingue clairement de son plus proche parent terrestre, Haemopis sanguisuga, car elle n’a ni yeux ni pigments cutanés. Ce sont des adaptations typiques des organismes cavernicoles. Fait intéressant : elle n’a pas non plus de mâchoires ni de dents.

5. Trachelipus troglobius

4 espèces d’isopodes, mieux connues sous le nom de cochenilles, parcourent les galeries terrestres de cette région reculée. L’un d’eux est Trachelipus troglobius. Ce sont de petits crustacés qui se sont adaptés à la vie en dehors de l’eau, mais qui sont encore fortement dépendants de l’humidité.

Comme le reste des animaux des cavernes, les isopodes manquent de pigment. Cela leur donne un aspect blanc semi-transparent.

Trachelipus troglobius et Haplophthalmus movilae – une autre espèce d’isopode – habitent des zones avec plus d’oxygène, près du lac. Les deux autres espèces d’isopodes apparaissent dans des zones reculées, avec moins d’oxygène.

Les 4 espèces d’isopodes ont le même régime alimentaire, puisqu’elles se nourrissent des masses de bactéries chimiosynthétiques. Ces dernières sont à la base de tout cet écosystème.

6. Kryptonesticus georgescuae

Cette araignée troglobionte est un autre prédateur des cavernes qui se nourrit de coléoptères, d’isopodes et d’autres consommateurs primaires de cet écosystème. Son corps est très petit et arrondi, mais ses pattes sont très longues.

C’est une autre des adaptations courantes pour la vie dans les cavernes. Étant donné que ces animaux sont aveugles, ils utilisent leurs membres pour mieux naviguer et explorer le terrain.

Un amblipigio sur fond blanc.
Les animaux des zones caverneuses développent de très grands appendices pour toucher le sol.

Cet écosystème et sa faune sont un exemple exceptionnel d’évolution dans des environnements extrêmes et doivent donc être soigneusement préservés et étudiés pour connaître la vie sur cette planète.

Fait intéressant : les écosystèmes les plus similaires à cette grotte sont les sources hydrothermales sous-marines. Ces sources ne sont pas non plus basés sur la photosynthèse.

  • https://gtr.ukri.org/projects?ref=NE%2FG017956%2F1
  • https://www.sciencealert.com/this-toxic-underground-ecosystem-is-like-nothing-else-on-earth-today-and-we-just-found-its-largest-inhabitant
  • Falniowski, A., Szarowska, M., Sirbu, I., Hillebrand, A., & Baciu, M. 2008. Heleobia dobrogica (Grossu & Negrea, 1989)(Gastropoda: Rissooidea: Cochliopidae) and the estimated time of its isolation in a continental analogue of hydrothermal vents. Molluscan Research, 28: 165
  • Decu, V., Gruia, M., Keffer, S. L., & Sarbu, S. M. 1994. Stygobiotic waterscorpion, Nepa anophthalma, n. sp.(Heteroptera: Nepidae), from a sulfurous cave in Romania. Annals of the Entomological Society of America, 87: 755-761.
  • Manoleli, D. G., Klemm, D. J., & Sarbu, S. M. 1998. Haemopis Caeca (Annelida: Hirudinea: Arhynchobdellida: Haemopidae), A New Species Of Troglobitic Leech From A Chemoautotrophically Based Groundwater Ecosystem In Romania. Proceedings of the biological society of Washington, 111: 222-229.
  • Brad, T., Iepure, S., & Sarbu, S. M. 2021. The Chemoautotrophically Based Movile Cave Groundwater Ecosystem, a Hotspot of Subterranean Biodiversity. Diversity, 13: 128.
  • Nae, A., Sarbu, S. M., & Weiss, I. 2018. Kryptonesticus georgescuae spec. nov. from Movile Cave, Romania (Araneae: Nesticidae). Arachnologische Mitteilungen: Arachnology Letters, 55: 22-24.