Pourquoi vous ne devriez pas garder des animaux sauvages comme animaux de compagnie

Garder des animaux sauvages comme animaux de compagnie est illégal. Ces animaux sont susceptibles de représenter un risque pour l'homme et, de notre côté, nous pouvons leur causer des dommages irréparables.
Pourquoi vous ne devriez pas garder des animaux sauvages comme animaux de compagnie

Dernière mise à jour : 02 juillet, 2021

Garder des animaux sauvages comme animaux de compagnie est à la fois cruel et illégal. De nombreuses espèces ont es caractéristiques qui attirent l’attention des gens, et c’est pourquoi il existe aujourd’hui des milliers d’espèces parmi les oiseaux, les mammifères, les poissons et les reptiles qui sont loin de leur habitat naturel, à cause des caprices de l’homme.

Le plus problématique est que leurs maîtres ne pourront jamais leur fournir ce qu’ils auraient à leur disposition en liberté. En raison de notre nature, nous ne pouvons pas leur apprendre à chasser, encore moins leur donner la nourriture dont ils ont besoin pour leur bon développement. Autrement dit, petit à petit, nous les tuons de leur vivant.

Que sont les animaux sauvages ?

Les animaux sauvages sont ceux qui ne peuvent en aucun cas être apprivoisés. Ils vivent dans leur habitat naturel et les en retirer pourrait les exposer – eux et leurs maîtres – à la mort. Bien que certaines espèces puissent entrer en contact avec les humains, dans une situation menaçante, elles agiront en fonction de leur instinct.

Parmi les animaux sauvages qui ont été introduits dans de nombreux foyers figurent les serpents, les perroquets, les iguanes, les tortues et les loutres. Même des tigres et différentes espèces de primates se sont retrouvés en captivité, avec des résultats presque toujours désastreux, à l’exception de ceux qui se trouvent dans une réserve naturelle.

Les animaux sauvages ne peuvent pas être gardés comme animaux de compagnie.

Les animaux sauvages ne sont pas des animaux de compagnie

Nous exposons ci-dessous les raisons pour lesquelles il ne faut pas garder des animaux sauvages chez vous. Soyez attentif.

Les animaux sauvages n’oublient pas leur nature agressive

Comme nous l’avons déjà mentionné, les animaux sauvages n’oublient jamais leur instinct et leur nature. Si une personne « adopte » ou achète un animal sauvage lorsqu’il est bébé, elle pense probablement que dans les années à venir, il ne sera jamais agressif, puisqu’il n’a eu aucun contact avec ses parents dans son habitat naturel.

Cependant, dans une situation menaçante, l’animal réagira instinctivement et pourra se comporter de manière agressive. Il y a eu de nombreux cas documentés d’attaques de primates contre des membres de leur « famille » humaine. Rappelons que, bien que l’environnement joue un rôle fondamental dans le développement, le code génétique perdure.

L’exemple le plus célèbre en est le cas de Charla Nash, qui a été grièvement blessée par l’attaque furieuse du chimpanzé de son ami. L’animal n’avait que 3 jours lorsqu’il a été acheté dans une ferme de chimpanzés, et après avoir vécu avec sa famille pendant 14 ans, il a perdu le contrôle lors d’événements déroutants, provoquant l’événement brutal.

Ils peuvent transmettre des maladies

Les animaux sauvages vivent dans des conditions naturelles, pour ainsi dire, exposés à d’innombrables bactéries et maladies inconnues de l’homme. Le trafic d’espèces menacées a été criminalisé en 1973.

Cette loi existe, car il a été prouvé qu’ils peuvent transmettre certaines maladies qui entraînent des conséquences graves. Comme le précise l’Organisation mondiale de la santé (OMS), divers événements pandémiques ont été causés par des contacts étroits entre des animaux sauvages et des humains.

L’achat finance le trafic d’espèces en péril

Selon le Programme des Nations unies pour l’environnement, le trafic illégal d’espèces sauvages représente un réel danger pour la diversité et les écosystèmes. Ce document révèle qu’en Asie il y a plus de tigres en captivité que dans leur habitat naturel, un fait totalement inacceptable dans une société qui se bat pour la préservation des êtres vivants.

Le plus grand risque de capture d’animaux sauvages réside dans les conditions précaires dans lesquelles les chasseurs illégaux le font. Dans le cas des primates, de nombreux bébés sont arrachés à leurs mères, qui meurent en défendant leurs petits. L’achat d’animaux sauvages permet à ces pratiques de perdurer.

Les animaux sauvages perdent l’opportunité de grandir dans leur habitat

En achetant un animal sauvage et en l’élevant en dehors de son environnement naturel, vous les privez de la possibilité de grandir avec leurs parents et d’apprendre des comportements spécifiques à l’espèce. Or, il est impossible pour nous, êtres humains, de leur apprendre à chasser, à se comporter en troupeau et à se développer pleinement.

Ils ne peuvent pas être apprivoisés

La domestication d’une espèce peut prendre des siècles. Les chats et les chiens domestiques étaient autrefois sauvages, et chez ceux qui sont sans abri, on peut encore observer des comportements complètement sauvages. La raison ? L’instinct l’emporte sur votre endoctrinement. Encore une fois, il convient de noter que le génome ne peut pas être oublié.

Ils peuvent mourir

Avec les animaux sauvages, 2 phénomènes mortels peuvent se produire. Le premier : introduire un être vivant dans un environnement qui n’est pas le sien peut être mortel.

Par ailleurs, de nombreuses personnes abandonnent leurs animaux – chiens et chats – après s’être rendu compte que leurs soins dépassent leurs capacités. Faire cela avec un animal sauvage est encore pire au niveau de l’écosystème : il peut certes mourir, mais il peut aussi devenir un ravageur s’il y a un autre spécimen de son espèce en liberté.

C’est pour cette raison que lorsqu’un animal est saisi pour cohabitation illégale avec des humains, il doit subir un processus de réhabilitation. Souvent les interventions ne portent pas de fruits et l’animal ne peut jamais retourner dans son milieu naturel.

C’est illégal

Encore une fois, garder des animaux sauvages et menacés comme animaux de compagnie est illégal. Cela a été déterminé en 1973 dans la Convention commerciale internationale sur les espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES).

Actuellement, il existe des permis spéciaux pour la reproduction de certaines espèces exotiques. Si vous souhaitez acquérir un spécimen de l’une d’entre elles, vous devez le faire dans le cadre de la loi, en vous assurant que l’animal a ses vaccins et ne représente pas un risque pour la société.

Les coûts élevés et la difficulté d’acheter des espèces définitivement interdites conduisent de nombreuses personnes à se tourner vers les réseaux illégaux.

Comment empêcher les animaux sauvages de devenir des animaux de compagnie ?

Pour les vrais amoureux des animaux, il n’est pas possible d’avoir un animal sauvage comme animal de compagnie. Si vous constatez une négligence à cet égard, signaler aux autorités est très important. Identifiez les institutions de votre pays qui sont chargées de recevoir ce type de plainte et n’ayez pas peur d’indiquer le coupable.

Vous pouvez également sensibiliser votre entourage, expliquer à votre famille, vos amis et collègues les risques d’avoir un animal sauvage comme animal de compagnie. Tout commence en bas de l’échelle ; sensibiliser est toujours la première étape pour changer.

Le jagleón est un autre des animaux hybrides.

Si vous aimez vraiment les animaux, la meilleure façon de le montrer est de les admirer dans leur habitat naturel et en liberté. La vie en captivité entraîne de graves conséquences pour les animaux sauvages. En plus de celles décrites, beaucoup peuvent connaître des épisodes de dépression et d’anxiété. Les héberger dans l’environnement familial n’est donc jamais une option.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les chevaux interprètent les émotions humaines
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Les chevaux interprètent les émotions humaines

Saviez-vous que les chevaux pouvaient interpréter les émotions humaines et communiquer avec nous grâce à des signes ? Qu'est-ce que le langage équi...



  • La OMS pide más estudios y datos sobre el origen del SARS-CoV-2 y reitera que todas las hipótesis siguen abiertas. OMS. 2021.
  • ¿Qué estamos haciendo para poner fin al tráfico ilegal de vida silvestre? ONU. 2020.
  • Bertonatti, Claudio & Aprile, Gustavo. (1996). Manual sobre Rehabilitación de Fauna.