La lionne : intelligence, stratégie et instinct maternel

La lionne prendra soin de ses petits jusqu'à ce qu'ils atteignent l'âge de 2 ou 3 ans. Ensuite, la mère entre à nouveau en chaleur et le troupeau chasse les petits mâles.
La lionne : intelligence, stratégie et instinct maternel

Dernière mise à jour : 02 février, 2021

En ces temps, la survie des grands félins est un défi de taille, en raison de la destruction des habitats, de la chasse et du changement climatique. Heureusement, la nature a doté la lionne de l’intelligence et de la polyvalence nécessaires pour établir des stratégies en vue de préserver ses progénitures.

Peu d’animaux se soucient plus de leurs enfants que les lionnes. Au-delà d’un prédateur né, nous sommes confrontés à un mammifère dévoué et courageux avec une persévérance hors du commun. Si vous voulez en savoir plus sur le comportement des lionnes dans la nature, lisez la suite.

Les stratégies de protection maternelle

Dans la nature, la lionne en chaleur peut s’accoupler avec différents mâles du troupeau. Il est courant que cela se reproduise entre 20 et 40 fois en moyenne, aussi surprenant que cela puisse paraître. C’est peut-être la première des stratégies de protection des petits : l’accouplement avec plusieurs mâles.

La fécondation par différents mâles assure la variabilité génétique des progénitures. Cela est important, car l’infanticide est courant dans le troupeau, par exemple en cas de remplacement du mâle dominant. Dans ce scénario, la variabilité génétique de la progéniture est très bénéfique pour sa survie au sein du troupeau.

La deuxième stratégie des mères lionnes est de faire correspondre leurs grossesses entre elles. Cela profite à l’élevage des lionceaux et améliore les chances de survie des progénitures.

Un troupeau de lionnes.

La lionne se cache de ses petits pendant les deux premiers mois

Au moment de l’accouchement, les lionnes cherchent une tanière loin de la troupe pour cacher leurs petits. En règle générale, la litière peut accueillir jusqu’à quatre nourrissons.

Il est remarquable de voir à quel point les bébés naissent sans défense : ils sont aveugles pendant onze jours. La mère ne les présente au troupeau que lorsqu’ils ont environ huit semaines.

Pendant qu’ils sont cachés, la lionne changera de repaire toutes les deux semaines. Au cours de cette étape, les prédateurs qui causent la mortalité la plus élevée chez les petits sont les hyènes, les chacals, les éléphants et les buffles.

La lionne exerce un dévouement exclusif à sa portée

La gestation moyenne d’une lionne se situe entre 105 et 110 jours. Pendant le post-partum, les femelles ne sont généralement pas réceptives à la reproduction jusqu’à ce que leurs petits grandissent et deviennent indépendants.

Pour cette raison, la période entre les naissances peut s’étendre jusqu’à trois ans lorsque les lionnes sont dans leur milieu naturel. En captivité, la durée peut être raccourcie à un an. La période de lactation s’étend à environ huit mois chez les jeunes.

La garderie de lionceaux est la clé pour une lionne active

Comme mentionné ci-dessus, les femelles d’une même troupe donnent naissance à leurs petits à peu près au même moment. Cela favorise la formation d’un réseau communautaire pour les soins, la protection et l’alimentation de la progéniture.

Grâce à cet arrangement, les lionnes de la même troupe vont souvent allaiter les petits d’une autre lionne. Cependant, si la différence d’âge entre les nourrissons dépasse trois mois, la garderie n’acceptera pas les lionceaux plus jeunes.

Les chercheurs en comportement sont d’avis que cela est dû à la nature communautaire de l’allaitement. Les lionceaux plus âgés et plus forts prendront une plus grande portion de lait, ce qui affamera les plus jeunes.

L’ardeur de la lionne peut être futile : la plupart des petits ne survivront pas

Les conditions difficiles de la vie sauvage font qu’entre 40 et 80 % des lionceaux meurent avant leur premier anniversaire. Les deux principales raisons sont les pénuries alimentaires et les attaques des envahisseurs.

Généralement, les envahisseurs sont des lions mâles chassés d’un autre troupeau, à la recherche de femelles. Lorsqu’ils trouvent une meute, ils doivent d’abord combattre les mâles existants. En cas de succès, la coalition d’envahisseurs tuera les petits.

Selon les experts, ce massacre de petits vise à faire progresser la disponibilité des femelles et à assurer la transmission des gènes des agresseurs mâles. Cependant, les lionnes se battront jusqu’à la mort pour protéger leurs petits. Il est courant que les mères se défendent en tant que groupe.

Les lionnes s’adaptent pour faire face à l’infanticide

Chez les lions africains, l’infanticide est pratiqué par des mâles envahisseurs qui cherchent à obtenir des droits de reproduction temporaires mais exclusifs sur un groupe de femelles.

Chez les lions asiatiques – qui vivent dans les forêts de Gir, en Inde – les adultes vivent en groupes du même sexe et interagissent principalement pour s’accoupler. Récemment, une étude de suivi de 70 lions asiatiques adultes a été rapportée, révélant un mode d’organisation différent :

  • Les groupes féminins – neuf analysés – utilisaient des territoires exclusifs, tandis que les territoires masculins – onze coalitions – se chevauchaient dans des zones à usage féminin intense.
  • Les groupes interagissent lors d’événements d’accouplement (n = 76). Dans ces territoires, les lionnes s’accouplent avec de multiples coalitions rivales avant de concevoir.
  • Par conséquent, les coalitions masculines voisines, bien qu’hostiles les unes envers les autres, toléraient les mêmes portées, car il y avait une paternité confuse entre elles. Ce système semble freiner l’infanticide infantile. En outre, les lionnes diversifient probablement les lignées paternelles en portées.

Cette étude met en évidence la plasticité du comportement au niveau éthologique chez la même espèce qui habite des régions écologiques avec différentes disponibilités de ressources. En fin de compte, il s’agit de maintenir un équilibre entre la variabilité génétique et la mortalité infantile.

Un couple de lions.

Vous l’aurez compris… Les lionnes font partie des mères les plus dévouées de tout le règne animal. Sans aucun doute, la nature ne cessera de vous étonner, car certains des comportements énumérés ici sont encore plus sophistiqués que ceux de l’être humain lui-même.

Cela pourrait vous intéresser ...
Une lionne sauvée revient en Afrique
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Une lionne sauvée revient en Afrique

Découvrez dans cet article l'histoire de Nala, la lionne sauvée d'un cirque français qui réapprend à vivre dans la nature.



  • Packer, C., Pusey, A. E., & Eberly, L. E. (2001). Egalitarianism in female African lions. Science293(5530), 690-693.
  • Stotra Chakrabarti, Yadvendradev V Jhala, (2019). Battle of the sexes: a multi-male mating strategy helps lionesses win the gender war of fitness, Behavioral Ecology, Volume 30, Issue 4. 1050–1061,
  • Grinnell, J., & McComb, K. (1996). Maternal grouping as a defense against infanticide by males: evidence from field playback experiments on African lions. Behavioral Ecology, 7(1), 55-59.
  • Heinsohn, R., & Packer, C. (1995). Complex cooperative strategies in group-territorial African lions. Science, 269(5228), 1260-1262. https://science.sciencemag.org/content/269/5228/1260
  • Mares, R., Young, A. J., & Clutton-Brock, T. H. (2012). Individual contributions to territory defence in a cooperative breeder: weighing up the benefits and costs. Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences, 279(1744), 3989-3995.