Le trafic de tigres émerge en Europe !

Le trafic de tigres existe également sur le sol européen : une enquête révèle comment ces animaux sont élevés pour être abattus.
Le trafic de tigres émerge en Europe !

Dernière mise à jour : 15 février, 2021

Le trafic de tigres et des parties de leur corps est un problème bien connu en Asie. Mais de nouvelles recherches qui ont duré cinq ans ont mis en évidence ce qui semble être un système de trafic de tigres en Europe.

Une enquête à travers l’Europe

La découverte a eu lieu en République tchèque. Elle semble révéler que les animaux mis en danger par la médecine orientale ne sont pas seulement élevés pour leurs os et leur peau en Asie, ils le sont également en Europe centrale.

Il y a environ cinq ans, les autorités douanières européennes ont commencé à trouver des preuves de trafic de tigres en Europe. Des os dans la camionnette d’un citoyen vietnamien, des squelettes cachés entre des haut-parleurs ou encore du vin fabriqué à partir de ceux-ci…

Les destinations étaient des villes comme la capitale vietnamienne de Hanoi, et l’origine pointait vers le territoire tchèque. C’est pourquoi, en 2015, a été effectuée une inspection de la population de tigres captifs vivant en République tchèque.

Garder cette espèce en dehors des zoos ou des sanctuaires est légal dans de nombreux endroits en Europe. Mais dans le cas de la République tchèque, les naissances, les décès, les déplacements et la vente d’animaux sont enregistrés.

L’inspection a conduit les responsables tchèques à d’étranges conclusions. Dans de nombreux centres, il y avait des animaux répertoriés dans diverses exportations, et certains semblaient même avoir disparu.

L’une des données les plus curieuses est que dans ces centres où les tigres étaient élevés, les animaux avaient une espérance de vie de cinq ans seulement. L’espérance de vie normale dans un zoo ou un sanctuaire est de plus de 20 ans.

Un tigre de Sumatra dans son habitat.

Trafic de tigres en Europe : cirques et selfies

L’enquête a conduit à Ludvík Berousek. Ce dernier est un éleveur et unpersonnage de cirque bien connu dans le pays, dont l’activité est basée sur l’ élevage de tigres pour des cirques, des spectacles et pour des centres où les tigres peuvent être touchés et pris en photo.

Cette activité est légale, et bien que de moralité douteuse, elle est autorisée dans de nombreux pays européens. Les tigres sont des animaux en voie de disparition, et les avoir comme simple divertissement en mauvaise forme ou permettre aux gens d’interagir avec eux est imprudent.

Ainsi, et après des années d’enquête, l’implication de Berousek a été découverte : il vendait ses tigres avec un taxidermiste tchèque et un trafiquant du Vietnam. Tandis que Berousek élevait les tigres, le taxidermiste les découpait après les avoir abattus.

Pourquoi les tigres valent-ils autant ?

Beaucoup s’interrogent sur la valeur de ces animaux. Les tigres ont été abattus dans une zone où leur peau n’était pas abîmée afin qu’elle puisse être vendue jusqu’à 4000 euros. Une fois l’animal abattu, ses griffes se vendaient 100 euros chacune et le bouillon fabriqué à partir de sa viande 60 euros le gramme.

On pense que le bouillon à base de noix de tigre renforce les os et soulage l’ arthrite, ce qui n’est évidemment étayé par aucune base scientifique. Après tout ce processus, les os restent : le vin est macéré avec les os et une bouteille peut valoir 400 euros. L’animal entier est donc exploité.

Le tigre, une espèce menacée.

Le trafic de tigres en Europe pourrait affecter d’autres pays

Les responsables craignent que l’intrigue qui entoure ces animaux ne soit encore plus grande et affecte d’autres pays d’Europe. Si des produits liés au trafic de tigres ont émergé, il en a été de même pour les zoos et petits centres privés, connus sous le nom de “kontaktni zoos“, que l’on pourrait traduire par “zoos de contact”.

Les chercheurs soupçonnent que les bébés tigres, lions et autres animaux autorisés pour la prise de photos se retrouvent dans ce trafic une fois adultes. Avant leur maturité, ils peuvent se retrouver dans les cirques, mais après cela, ils sont trop dangereux, ils valent donc plus vivants que morts.

Les responsables de l’enquête préviennent que le commerce et la possession de tigres et autres félins devraient être sujets à un plus grand contrôle en Europe afin de garantir leur bien-être. Cela devient particulièrement important dans des pays comme l’Espagne, la porte du trafic illégal d’ animaux en Europe.

En cas de doute, les experts recommandent de ne pas participer à des interactions directes avec les grands félins, même s’ils sont jeunes. Ces activités ne favorisent pas leur conservation.

Au contraire, elles favorisent l’émergence d’éventuelles ouvertures au commerce du tigre en Europe. De même, les cirques avec des animaux, de plus en plus interdits, sont à éviter si l’on aime les animaux.

Cela pourrait vous intéresser ...
Dimorphisme sexuel : 4 exemples impressionnants
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Dimorphisme sexuel : 4 exemples impressionnants

Le dimorphisme sexuel est le processus par lequel les mâles et les femelles d'une même espèce peuvent parfois paraître radicalement différents.