L'hybridation chez l'animal : le cas du grolar

24 septembre, 2020
L'ours polaire et l'ours brun ont tous deux donné naissance à une nouvelle espèce fertile, l'ours grolar. Découvrez-en plus sur lui ci-dessous.

L’hybridation chez les animaux est plus courante dans la nature que vous ne le pensez. Cependant, il est vrai que certains des exemples les plus connus sont le produit d’une intervention humaine. Connaissez-vous le grolar ?

Bien que le cas d’hybridation le plus connu soit le mulet, le croisement entre un âne et une jument, il y en a beaucoup d’autres qui sont tout aussi intéressants. Par exemple, le cas de l’hybride grolar que nous allons vous présenter ici.

Généralité à propos de l’hybridation animale

Le croisement ou l’hybridation entre animaux (ou plantes) d’espèces voisines, du point de vue évolutif, peut donner lieu à l’apparition d’une nouvelle espèce. Parfois, les descendants hybrides sont stériles. Ils restent donc les seuls individus de l’espèce.

Cependant, le croisement entre les espèces peut générer des hybrides fertiles, c’est-à-dire des spécimens susceptibles d’avoir une progéniture. Et si les conditions environnementales sont favorables, une nouvelle espèce peut provenir desdits hybrides.

Or, l’un des facteurs favorisant l’apparition d’une nouvelle espèce est l’isolement. Darwin a noté que l’isolement, durant une longue période de temps, soutient la diversité génétique et la différenciation inter-espèces. C’est pourquoi il est si intéressant d’étudier l’hybridation chez l’animal.

Un cas particulier d’hybridation chez l’animal: le Grolar

L’une des hybridations les plus curieuses qui se soit produite dans la nature a donné naissance au grolar. Nous verrons par la suite plus en détail cet animal incroyable.

L’ours grolar est un hybride issu du croisement entre un ours polaire (Ursus maritimus) et un ours brun américain (Ursus arctos horribilis).

L'ours grolar peut hériter d'un pelage blanc.

Caractéristiques physiques

Étant un hybride (Ursus arctos x maritimus), il présente les caractéristiques de l’ours polaire et de l’ours brun. Son pelage a tendance à être soit brun, soit un mélange de brun et de blanc.

Comparé à ses ancêtres, le grolar a tendance à avoir une taille intermédiaire. Il peut atteindre environ 2 mètres en position debout (2,13 mètres) et à quatre pattes il dépasse 1 mètre (1,21 mètre).

L’ours grolar est un animal assez agile compte tenu de sa taille. Ces ours sont également plus vigoureux et ont une plus grande force, qu’ils utilisent pour la chasse.

Un autre fait curieux à propos de ces ours est qu’ils sont capables de dépasser cinquante kilomètres à l’heure, sans s’épuiser.

Sa force et son agilité, combinées à des caractéristiques physiques, telles que de longues griffes et des muscles très développés, font de l’Ours Grolar un excellent chasseur.

Compte tenu des avantages procurés par ces caractéristiques physiques, ces ours sont capables de capturer des proies comme des cerfs ou des caribous.

S’il est vrai que l’hybridation peut conduire à des spécimens intéressants tels que le grolar, qui présente plusieurs caractéristiques avantageuses, l’hybridation présente également un certain nombre d’aspects négatifs.

Par exemple, si deux grolars s’accouplent, leurs descendants auront un risque plus élevé de développer des malformations.

Un autre aspect négatif est que leur grande taille les empêche de grimper aux arbres. Cette dernière empêche l’une des réactions de défense les plus courantes chez les ours contre le danger.

Comportement du Grolar

Lors de l’étude du comportement de cette nouvelle espèce d’ours, les conclusions suivantes ont été tirées :

  • Leur comportement peut varier en fonction de l’environnement. Mais ce comportement est courant chez la plupart des animaux.
  • Ce sont des animaux très énergiques. De ce fait, ils ont été classés comme hyperactifs.
  • Leur tempérament n’est pas stable, ils sont méfiants et très territoriaux.
  • Ces ours ont du mal à s’adapter aux changements, tant environnementaux que sociaux.
  • Ils ont tendance à être des animaux solitaires, qui ne cherchent de partenaire que pendant la saison de reproduction ou dans des régions où la nourriture est abondante.
  • Les grolars ont également été observés comme des animaux craintifs et peuvent devenir assez agressifs.
  • Normalement, ils n’attaquent que s’ils se sentent menacés ou si leurs petits sont en danger.

Habitat et nourriture

Le grolar est un animal puissant et massif.

Les endroits les plus courants pour observer ces spécimens sont les zones boisées et montagneuses. En particulier, dans les régions septentrionales de l’Asie, de l’Europe ou de l’Amérique du Nord, dépassant 1 200 mètres d’altitude jusqu’à 1 700 mètres.

Cependant, la plus grande population se trouve en Alaska. Il est considéré comme l’espèce d’ours la plus répandue géographiquement sur toute la terre.

Bien qu’ils soient des animaux omnivores et de bons chasseurs, le poisson et la viande ne font pas partie de leur alimentation quotidienne. Ils se nourrissent généralement de fruits, de feuilles, de racines ou de légumes, qui peuvent être facilement trouvés dans la forêt.

Les oursons sont des animaux qui ont un régime alimentaire très spécifique, ils sont donc susceptibles de changer.

Comment le grolar est-il apparu?

L’hybridation entre l’ours polaire et l’ours brun est l’un des cas dans lesquels l’être humain n’est pas intervenu. Le responsable de son apparence a été la nature elle-même.

Son apparence aurait été influencée par le changement climatique. L’ours polaire a dû explorer d’autres territoires à la recherche de nourriture et a atteint les rivières où les ours bruns chassaient pour le poisson.

Ainsi, l’ours grolar est un hybride fertile dont l’apparition a été motivée par le changement climatique. Au début, il était plus courant de les trouver dans les zoos, mais de nos jours, il y a des populations sauvages dans des territoires protégés.

  • Oso grolar [Internet]. OSOGROLAR.COM. [citado 3 de abril de 2020]. Disponible en: https://osogrolar.com/
  • Fioravanti C. Los cruzamientos improbables pueden originar nuevas especies de plantas y animales. pp:4. Disponible en: https://revistapesquisa.fapesp.br/wp-content/uploads/2011/07/044-047_Cuando-los-h%C3%ADbridos-son-f%C3%A9rtiles_ESP.pdf