9 faits curieux sur les chameaux

Les chameaux vivent principalement en Asie et en Afrique du Nord. Cependant, certains spécimens ont été introduits en Australie par divers explorateurs au 19e siècle.
9 faits curieux sur les chameaux

Dernière mise à jour : 05 mars, 2022

Les chameaux ont deux bosses voyantes sur le dos. Ils sont souvent utilisés comme moyen de transport dans diverses régions arides du monde. Pour cette raison, on les trouve facilement dans les déserts d’Asie, d’Afrique et même du centre de l’Australie.

Le terme chameau peut désigner deux espèces différentes, le chameau de Bactriane (Camelus bactrianus) et le chameau sauvage de Tartarie (Camelus ferus). Les deux ont des caractéristiques physiques similaires, mais la première est une espèce domestique.

Les chameaux appartiennent au groupe des mammifères et sont l’un des rares d’entre eux à s’être adaptés au climat sec. Ils font partie de la famille des camélidés, dans laquelle sont regroupées d’autres espèces similaires, comme le dromadaire, la vigogne, l’alpaga et le lama.

Bien que les chameaux ne semblent pas être des animaux attrayants, il existe plusieurs curiosités à leur sujet que peu de gens connaissent. Poursuivez donc votre lecture pour les connaître !

1. Les chameaux boivent plus de 100 litres à la fois

Les espèces qui vivent dans des environnements arides doivent avoir recours à des stratégies pour résister à la pénurie d’eau. Ainsi, lorsque les chameaux sont en présence de ce liquide fondamental, ils en profitent pour l’accumuler à l’intérieur de leur corps en grande quantité. En effet, ils sont capables de boire plus de 100 litres d’eau en quelques minutes seulement.

2. Leurs ancêtres sont originaires d’Amérique du Nord

Les ancêtres du chameau vivaient il y a 50 à 60 millions d’années en Amérique du Nord. Cependant, à un certain moment de l’histoire, ils ont migré vers l’Asie via le détroit de Béring. À partir de ce moment, ils se sont diversifiés et ont avancé jusqu’en Afrique, où ils sont devenus essentiels pour les humains qui vivaient dans le désert.

3. Les chameaux crachent comme mécanisme de défense

Ces animaux utilisent souvent leurs membres puissants pour frapper leurs agresseurs. Cependant, ils crachent également comme méthode de défense, bien qu’ils n’utilisent pas de salive pour cela. En réalité, ils régurgitent de l’acide gastrique et le lancent sur leurs adversaires pour irriter leur peau.

4. Leurs bosses ne contiennent pas d’eau

Contrairement aux idées reçues, les bosses de chameau ne contiennent pas d’eau, mais une grande quantité de graisse. Cela signifie que les deux bosses sont des réserves de nutriments. Ces bosses changent de taille si le chameau reste trop longtemps sans manger. Grâce à ces bosses, les chameaux peuvent résister entre 4 et 5 mois sans nourriture.

5. Les chameaux sont capables de résister plusieurs jours sans eau potable

Les chameaux sont devenus de véritables experts de la survie dans les climats arides. Ils ont recours à des stratégies incroyables pour résister longtemps sans eau.

De manière générale, on pourrait dire qu’ils réduisent au minimum leur utilisation de cette ressource, puisqu’ils ne perdent qu’environ 0,75 litre par jour. Même lorsqu’ils ont perdu plus de 20 % de leur poids à cause de la déshydratation, ils sont capables de rester debout et actifs.

6. Leur estomac est divisé en 3 chambres différentes

Le régime alimentaire des camélidés est basé sur la consommation d’herbes, de plantes, de feuilles et d’arbustes. Pour cette raison, leur estomac est divisé en 3 chambres qui tirent le meilleur parti des nutriments présents dans leur alimentation. Cette stratégie est très similaire à celle des ruminants et ils sont même considérés comme faisant partie de ce groupe, bien qu’ils soient formellement appelés pseudo-ruminants.

7. Les chameaux domestiques ne proviennent pas de populations sauvages

On croyait à l’origine que les chameaux domestiques provenaient des populations sauvages d’aujourd’hui. Cependant, la recherche génétique a montré qu’il s’agit en fait de deux espèces différentes qui ne sont pas apparentées. Cela signifie que les spécimens domestiques proviennent d’une lignée éteinte dont on ne sait pas encore grand-chose.

8. Les dromadaires et les chameaux peuvent se croiser

Les dromadaires (Camelus dromedarius) sont des parents proches des chameaux, il est donc possible de les croiser pour produire des chameaux hybrides. Ces organismes ont une seule bosse et sont beaucoup plus longs que leurs proches parents. Cette lignée est très populaire parmi les Turcs en raison de sa grande force et de sa taille.

9. La viande de chameau est aussi une ressource précieuse

Curieusement, les chameaux sont également élevés pour la production de lait et de viande. Grâce à leur fabuleuse résistance aux climats arides, le processus de sélection est simple et il est possible d’obtenir des aliments à haute valeur nutritionnelle pour la population. Actuellement, l’Australie est le principal exportateur de ce produit.

Comme vous pouvez le voir, nombreuses sont les curiosités sur les chameaux. Bien que ce ne sont pas des spécimens très frappants, leur grande capacité d’adaptation leur a permis de se démarquer des autres animaux. Tous les êtres vivants sont impressionnants à leur manière, mais certains sont tout à fait capables de garder leurs secrets.

Cela pourrait vous intéresser ...
12 chats exotiques que vous pouvez avoir comme animaux de compagnie (légalement)
My Animals
Lisez-le dans My Animals
12 chats exotiques que vous pouvez avoir comme animaux de compagnie (légalement)

Les chats exotiques sont des races particulières que l'on trouve rarement dans les foyers. Nous vous en présentons ici 12.



  • Schmidt-Nielsen, B., Schmidt-Nielsen, K., Houpt, T. T., & Jarnum, S. A. (1956). Water balance of the camel. American Journal of Physiology-Legacy Content, 185(1), 185-194.
  • Faraz, A., Khan, N. U., Passantino, A., Pugliese, M., Eyduran, E., Pastrana, C. I., … & Nabeel, M. S. (2021). Effect of Different Watering Regimes in Summer Season on Water Intake, Feed Intake, and Milk Production of Marecha She-camel (Camelus dromedarius). Animals, 11(5), 1342.
  • (1958). THE CAMEL AND WATER. Nutrition Reviews, 16, Pages 12–14, doi:10.1111/j.1753-4887.1958.tb00611.x
  • Taib, N. T., & Jarrar, B. M. (1987). The histochemistry of the labial salivary glands of the one‐humped camel (Camelus dromedarius). Italian Journal of Zoology, 54(1), 19-25.
  • Moretti, J. (2008) Husbandry Guidelines for Arabian Camel. Recuperado el 3 de marzo de 2022, disponible en: https://aszk.org.au/wp-content/uploads/2020/05/Mammals.-Arabian-Camel-2009JM.pdf
  • Ji, R., Cui, P., Ding, F., Geng, J., Gao, H., Zhang, H., … & Meng, H. (2009). Monophyletic origin of domestic bactrian camel (Camelus bactrianus) and its evolutionary relationship with the extant wild camel (Camelus bactrianus ferus). Animal genetics, 40(4), 377-382.
  • Kadim, I. T., & Sahi, A. B. A. (2018). Health aspects of camel meat: a review of literature. Adv Anim Vet Sci, 6(7), 271-272.