Les chiens clonés, un commerce légal ?

18 septembre, 2020
Les animaux et leurs clones ont des différences. Nous pouvons les observer dans leur pelage, mais surtout dans leur tempérament et leur façon de se comporter. Ils sont comme des frères jumeaux nés à deux époques distinctes et avec leurs propres particularités.

Les chiens clonés, est-ce une pratique éthiquement correcte ? Pour déterminer s’il s’agit d’un commerce légal, il nous faut étudier le contexte dans lequel cette pratique se déroule.

Pour les scientifiques et entreprises en faveur de cette pratique, il est question de permettre les retrouvailles entre un maître et son compagnon perdu. Du côté des opposants, les personnes qui paient pour une copie génétique de leur animal ont été manipulées.

Qu’est-ce que le clonage ?

Le clonage de chiens commence par le prélèvement de cellules d’un chien vivant ou dans les cinq jours suivant sa mort. Le noyau de ces cellules, qui contient l’ADN, est ensuite retiré et njecté dans l’ovule d’une femelle de la même espèce. On le laisse se développer jusqu’à obtenir un embryon qui se place dans l’utérus de la mère et qui donnera naissance à des chiots après 60 jours de gestation.

Le premier clonage connu d’un chien a eu lieu à Séoul, en Corée du Sud, en 2005. Il s’agissait d’un chien afghan appelé Snuppy, créé selon la même technique utilisée pour la brebis Dolly neuf ans plus tôt. Cette dernière fut le premier mammifère conçu par clonage à partir d’une cellule d’un animal adulte.

Snuppy est décédé en 2015 alors qu’il venait d’avoir 10 ans. Son clonage est l’oeuvre de Hwang Woo-suk, un chercheur coréen accusé de falsifier les procédures et les rapports. Il fut condamné, mais pas emprisonné, pour violation des lois coréennes régissant la bioéthique et également pour détournement de fonds. Cependant, le clonage était son travail et ce travail fut reconnu.

Les chiens clonés, un commerce légal ?

Quelques scientifiques se concentrent sur la possibilité d’utiliser le transfert nucléaire de cellules somatiques vers un ovule afin de créer un embryon. Cela favoriserait alors le clonage d’animaux en voie de disparition.

Le commerce des chiens clonés est-il légal ?

En voie d’extinction ? Pourquoi ?

Cette possibilité de perpétuer les animaux en voie d’extinction donne du poids au processus de clonage, à condition que ce travail soit son contrôle et à des fins purement scientifiques. Il ne s’agit pas de manipuler les sentiments de personnes aisées qui pourraient plutôt adopter d’autres animaux en situation de risque.

Les considérations scientifiques vont encore plus loin. Si un animal est en danger d’extinction, ne serait-il pas plus pertinent d’enquêter sur les raisons de sa disparition avant de le cloner ?

Est-ce immoral et superficiel ?

Certaines personnes considèrent le clonage comme immoral. Pour d’autres, cette pratique est réellement superficielle. Les opposants affirment qu’il s’agit d’une manipulation sentimentale envers les personnes qui ont de l’argent. Ces individus ont la capacité de payer pour une sorte de frère jumeau ou un double d’un animal qui était important à leur yeux.

Les arguments vont plus loin. Il est admis que certaines personnes aiment autant les chiens que d’autres leurs enfants… Aurions-nous envie de cloner des enfants décédés ?

Les clones sont-ils identiques ?

L’incapacité à atteindre une précision totale soulève des questions sur ces copies génétiques. S’il n’est pas possible d’atteindre une copie exacte d’un animal mort qui était très important pour son propriétaire, à quoi bon ? Pourquoi ne pas utiliser ces ressources pour sauver des animaux en danger de disparition ?

Le clonage des animaux fait débat.

Pour beaucoup, les animaux sont considérés comme des êtres sensibles, avec une complexité génétique, psychologique et physiologique propre. C’est pourquoi les allégations en leur faveur augmentent. Le clonage est vu comme un commerce qui transforme les animaux en marchandise. On accuse ce commerce de privilégier leur valeur émotionnelle par rapport à celle des êtres humains.

La souffrance des mères porteuses est un autre argument. En effet, elles subissent des opérations jusqu’à trois reprises. Tout d’abord, les ovules sont prélevés, puis sont insérés dans l’embryon et enfin le chiot est retiré. Pendant ce processus, les chiennes souffrent et certaines meurent.

Pourquoi les chiens sont-ils clonés ?

Pour certains scientifiques, le débat éthique porte sur ce qui subit le clonage. S’il s’agit d’une cellule destinée à des expériences in-vitro ponctuelles, ils ne s’y opposent pas. En revanche, s’il s’agit d’êtres vivants, la situation change. La discussion se base sur la création de la vie sans avoir la possibilité de contrôler les conséquences que cela pourrait engendrer.

Enfin, les débats sont en cours pour savoir si les chiens clonés sont un commerce légal. Pendant ce temps, Miss Violet et Miss Scarlet divertissent leur propriétaire, l’actrice Barbara Streisand. Cette dernière reconnaît que, bien qu’elles soient très semblables, elles ont des personnalités différentes de celle de Samantha, sa compagne bien-aimée qui l’a quittée un an plus tôt.

  • uco.es. 2010. La clonación de animales. Extraído de: http://www.uco.es/zootecniaygestion/img/pictorex/25_11_50_clonacion_arg_brasisl.pdf
  • Colombia Médica. Universidad del Valle. Clonación animal. Extraído de: http://www.redalyc.org/pdf/283/28335209.pdf