In a Siberian Tiger's Footsteps : le documentaire sur le tigre de Sibérie

23 juillet, 2020
RT Documentary nous offre ce chapitre très intéressant dans lequel il aborde la relation du tigre de Sibérie avec l'être humain dans la Chine actuelle, ainsi que les programmes de ce pays pour le sauver de son extinction.

Le tigre est actuellement le plus grand félin peuplant la Terre. Des milliers d’années d’évolution l’ont transformé en animal capable de survivre et de s’adapter aux différents écosystèmes dans lesquels il vit. Cependant, l’expansion de l’être humain a envahi une partie de ses territoires.

Les conséquences de cette invasion ont attiré l’attention de nombreux chercheurs du monde entier. Différents appels ont ainsi été lancés sur l’importance d’une solution face à cette problématique.

Si, dans le futur, nous voulons continuer à partager la planète avec des animaux aussi extraordinaires que le tigre, nous devons faire attention à sa situation actuelle et essayer d’apporter notre pierre à l’édifice.

Un documentaire pour réfléchir

Un documentaire sur le tigre de Sibérie

Le documentaire offert par RT Documentary (disponible sur YouTube) aborde la position du gouvernement chinois par rapport à la conservation du tigre de Sibérie. On y développe une série de programmes pour garantir sa conservation et le sauver de son extinction. Il existe cependant deux grands obstacles à affronter :

  • La population rurale, qui voit sa qualité de vie menacée avec la présence du tigre qui se maintient sur son territoire
  • Les chasseurs furtifs, qui trouve dans la chasse et la vente de tigres une source de revenus très importante, à laquelle ils ne vont pas renoncer facilement

La conservation de l’habitat du tigre

Un élément fondamental pour récupérer la population de tigres consiste à préserver leur habitat dans les meilleures conditions possibles. Cette conservation de l’écosystème a en effet une répercussion directe sur la quantité de proies disponibles pour le félin.

L’importance de l’équilibre environnemental est devenue évidente au milieu des années 80 dans le Primorié, une région de Russie. Dans cette zone, un accès de peste bovine a décimé la population de sangliers. Par ailleurs, de grosses chutes de neige ont tué un grand nombre de chevreuils, de cerfs et d’autres proies potentielles pour le tigre.

Face à cette pénurie d’aliments, les félins ont attaqué les villages, en quête de bétail. Ce comportement a engendré un profond mal-être chez la population de la région. De nombreux tigres ont ainsi été sacrifiés, par crainte que ces attaques ne se répètent.

Sur la base de ces événements, il ne fait aucun doute qu’il existe un équilibre délicat dans la triade tigre-écosystème-villages humains. Il est indispensable que l’habitat du tigre soit correctement conservé pour que l’animal établisse sa zone de chasse et évite ainsi des migrations fatales vers les villages humains.

Le tigre a besoin d’avoir son propre espace pour pouvoir mener une vie normale, sans avoir à interagir de quelque façon que ce soit avec les êtres humains.

Le contrôle de la chasse furtive, un immense défi

Comme cela s’est produit dans les premières réserves naturelles africaines, qui ont été développées par des chasseurs furtifs qui ont changé leur vision pour un modèle conservationniste, dans ce projet de conservation, beaucoup d’anciens chasseurs ont décidé de contribuer avec leurs connaissances en matière d’habitudes de vie des félins. Ceci suppose un apport énorme et précieux.

Les ex-chasseurs se sont mis à la disposition du gouvernement chinois pour aider à préserver l’espèce. Ces “convertis” furtifs constituent un outil fondamental car ils connaissent mieux que quiconque les techniques et procédés des chasseurs. En fait, ils peuvent anticiper et faire échouer de nombreuses tentatives de chasse.

Le contrôle de l’état de santé du tigre sauvage

L’examen de l’état de santé des tigres se fait de façon passive. En raison de leur comportement distant et méfiant, rares sont les individus qui se laissent observer dans leur milieu naturel.

Par conséquent, les informations sur la santé des exemplaires de tigres s’obtiennent à partir de l’étude des excréments trouvés. Ce système, pour des raisons évidentes, apporte des données limitées. Il contraste également avec les examens exhaustifs auxquels sont soumis les tigres en captivité.

Deux tigres sauvages

Nous pouvons être la solution au problème

Comme nous avons pu le voir, ce documentaire nous offre une demi-heure de réflexion et nous pouvons voir que nous sommes à la fois la cause et la solution d’une problématique qui menace de nombreuses espèces.

Au lieu de signaler le caractère négatif de la situation, l’essentiel est de réfléchir et de reconnaître qu’il existe de meilleures façons de nous lier aux animaux de toute la planète. À travers ces moyens, nous pourrons continuer à partager le monde avec eux, de façon plus harmonieuse.

Soutenir les projets de préservation des espèces et les diffuser pour qu’elles touchent plus de personnes sont de bonnes manières d’apporter notre pierre à l’édifice de cette bonne cause.