Konrad Lorenz et les modèles de comportement animal

10 juillet, 2020
Le scientifique Konrad Zacharias Lorenz était un zoologiste autrichien. Ses travaux exceptionnels sur le comportement animal lui ont valu le prix Nobel de physiologie ou de médecine en 1973.
 

On considère Konrad Lorenz, le zoologiste autrichien, comme le fondateur de l’éthologie moderne. Ce scientifique a été un pionnier dans l’étude du comportement des animaux par des méthodes zoologiques comparatives.

Ses idées ont permis de comprendre comment les modèles de comportement peuvent se rattacher au passé évolutif. Il était également connu pour ses travaux sur les racines de l’agressivité chez l’homme.

Il a partagé le prix Nobel de physiologie ou de médecine de 1973 avec les comportementalistes animaliers Karl von Frisch et Nikolaas Tinbergen.

Environnement familial et éducation

Konrad Zacharias Lorenz est né le 7 novembre 1903. Il a grandi à Vienne. Mais aussi dans la résidence d’été de la famille à Altenberg, un village sur le Danube, en Autriche.

Il était le plus jeune fils d’Adolf Lorenz, un chirurgien orthopédique réputé, et d’Emma Lecher Lorenz, un médecin. Dès son plus jeune âge, Konrad aimait garder et observer les animaux.

Lorenz a terminé ses études dans l’une des meilleures écoles secondaires de Vienne. Son amie d’enfance, Margaret Gebhardt, s’est également intéressée aux animaux. Puis, en 1939, il l’a épousée et ils ont eu deux filles et un fils.

Le jeune Lorenz a obtenu son doctorat en médecine à l’université de Vienne en 1928. Il a été nommé professeur adjoint à l’Institut d’anatomie jusqu’en 1935. Il commence également à étudier la zoologie, domaine dans lequel il obtient un doctorat en 1933 de la même université.

 

Konrad Lorenz est mort d’une insuffisance rénale le 27 février 1989 à Altenberg, en Allemagne.

Konrad Lorenz : carrière et réalisations

À partir de ses observations entre 1935 et 1938, Lorenz a établi le concept de l’empreinte. L’empreinte est le processus par lequel un bébé – dans ses premiers moments de vie – suit un objet, généralement sa mère biologique.

Il est arrivé à ce concept par l’observation des oiseaux (oies et choucas). Ce faisant, il a découvert que peu de temps après l’éclosion, les poussins sont génétiquement enclins à identifier le son et l’apparence de leur mère et donc à former un lien permanent avec elle.

En 1940, on le nomme professeur de psychologie à l’université de Königsberg. La Seconde Guerre mondiale (1939-1945) a rapidement interrompu sa carrière universitaire.

Un oiseau venant de naître

Expériences de guerre

Pendant la guerre, Konrad Lorenz a servi comme médecin dans l’armée allemande. Il a été capturé en 1942 et a été prisonnier de guerre en Union soviétique pendant six ans.

Il retourne en Autriche en 1948 et dirige l’Institut d’éthologie comparative d’Altenberg de 1949 à 1951. En 1950, il a créé un département d’éthologie comparative à l’Institut Max Planck à Buldern, en Westphalie. Il est devenu co-directeur de l’Institut en 1954.

 

De 1961 à 1973, il a été directeur de l’Institut Max Planck de physiologie comportementale à Seewiesen. En 1973, l’année de son prix Nobel, Lorenz est devenu directeur du département de sociologie animale de l’Institut d’éthologie comparative de l’Académie autrichienne des sciences à Altenberg.

Les idées de Konrad Lorenz sur l’agressivité chez l’homme

Konrad Lorenz et les soldats allemands

Dans la dernière partie de sa carrière, Lorenz a appliqué ses idées au comportement des êtres humains en tant que membres d’une espèce sociale. Les idées du scientifique constituaient une hypothèse aux implications philosophiques et sociologiques très controversées.

Générant beaucoup de controverses, Lorenz en est venu à soutenir que la lutte et le comportement guerrier de l’humanité ont une base innée. Lorenz a expliqué que ce comportement peut être modifié sur le plan environnemental par divers facteurs.

En résumé, les concepts de Lorenz ont ouvert la voie à la compréhension scientifique moderne de l’évolution des comportements au sein d’une espèce. En particulier en ce qui concerne le rôle des facteurs écologiques et la valeur adaptative du comportement pour la survie des espèces.

 

Son travail a été à l’origine du concept selon lequel les espèces animales sont génétiquement disposées à apprendre des types d’informations spécifiques qui sont importantes pour la survie de l’espèce.

 

  • Hess, E. H. (1958). Imprinting in animals. Scientific American, 198(3), 81-90.
  • Konrad Lorenz – Biographical. NobelPrize.org. Nobel Media AB 2019. 5 Nov 2019. https://www.nobelprize.org/prizes/medicine/1973/lorenz/biographical/
  • Brigandt, I. (2005). The instinct concept of the early Konrad Lorenz. Journal of the History of Biology, 38(3), 571-608.
  • Vicedo, M. (2009). The father of ethology and the foster mother of ducks: Konrad Lorenz as expert on motherhood. Isis, 100(2), 263-291.