Caractéristiques de l'antilope du Tibet

24 avril, 2019
L’antilope du Tibet, également appelée chirou, est un mammifère aux longues cornes qui vit dans les plateaux et les steppes d'Asie. Il est tellement populaire sur le continent asiatique qu'il est devenu mascotte de Jeux Olympiques.
 

Egalement appelée “chirou”, l’antilope du Tibet est un mammifère qui vit en Asie. L’animal est assez populaire sur ses terres puisqu’il a été élu mascotte des Jeux Olympiques de Pékin en 2008.

Localisation et caractéristiques

Il s’agit d’une espèce endémique du plateau tibétain. On peut la rencontrer dans les steppes d’une altitude comprise entre 3200 et 5500 mètres au dessus du niveau de la mer. Les antilopes du Tibet apprécient les espaces dégagés à la végétation clairsemée. Elles vivent au nord de l’Inde, ainsi que dans certaines régions de Chine et du Népal.

Le nom scientifique de cet animal appartenant à la famille des antilopes est Pantholops Hodgsonii. De taille moyenne, les mâles peuvent mesurer jusqu’à 85 centimètres de haut et peser environ 40 kilos. Quant aux femelles, elles sont plus petites de 10 centimètres et plus légères de près de 15 kilos.

Cette espèce présente un dimorphisme sexuel particulièrement marqué. En effet, les mâles possèdent des cornes, ainsi que des lignes noires et blanches sur les pattes. Leurs cornes recourbées vers l’arrière peuvent mesurer jusqu’à 60 centimètres et, contrairement à celles des caprins, elles ne poussent pas tout au long de la vie de l’animal. Les mâles se servent de leurs cornes pour montrer leur puissance durant les mois de reproduction.

Aussi bien les mâles que les femelles présentent un pelage brun roux. Sur la partie ventrale de leur corps, leur pelage est blanc, épais et laineux. Quant à leur face, elle est presque entièrement noire. En hiver, le contraste avec la couleur sombre de leur face est plus marqué chez les mâles car le pelage de leur corps s’éclaircit.

 

Comportement et reproduction de l’antilope du Tibet

En ce qui concerne son alimentation, l’antilope du Tibet se nourrit principalement d’herbe et de roseaux. En hiver, elle doit creuser dans la neige pour trouver de la nourriture car celle-ci se fait plus rare.

antilope du Tibet

 

Cette antilope est un animal grégaire. Autrement dit, les antilopes forment des troupeaux de centaines d’individus au moment de migrer vers de meilleurs pâturages pour se nourrir. Cependant, les antilopes du Tibet forment généralement de plus petits groupes d’une vingtaine d’individus.

Il s’agit d’animaux timides et rapides qui peuvent atteindre une vitesse de 80 km/h pour échapper à leurs prédateurs, majoritairement des loups, des lynx, des léopards des neige et des renards roux.

Les femelles peuvent parcourir près de 300 kilomètres pour mettre bas lorsqu’elles s’éloignent du groupe et des mâles. Elles rejoignent ensuite le troupeau à la fin de l’automne.

En ce qui concerne leur reproduction, la période des chaleurs s’étend de novembre à décembre. Chaque mâle forme généralement un harem de quatre concubines, qui peut comprendre jusqu’à 12 femelles. Ils se chargent de faire fuir les autres mâles en les menaçant avec leur tête.

 

En dernier recours, les mâles se servent de leur cornes pour asseoir leur pouvoir. Par exemple, lorsqu’un autre individu se montre trop insistant et reste près du harem.

Les femelles ne mettent bas qu’à un seul petit par gestation. La gestation dure environ six mois et la mise bas a lieu entre juin et juillet. Les petits peuvent se tenir debout sur leurs quatre pattes au bout de 15 minutes après leur naissance. Les jeunes mâles restent ensuite un an aux côtés de leur mère, tandis que les jeunes femelles y restent six mois de plus.

antilope du Tibet

 

Les jeunes antilopes atteignent la maturité sexuelle vers l’âge de deux ou trois ans. Même si on ignore leur espérance de vie exacte, on estime que les antilopes du Tibet vivent environ 10 ans.

Situation de l’antilope du Tibet

Le “lutin des hauts plateaux” , comme la surnomme affectueusement la population locale, est une espèce protégée en Chine. Il existe même trois réserves naturelles destinées à conserver l’espèce.

Le nombre d’individus a chuté dans les années 1990 à cause du braconnage – la laine d’antilope est appréciée pour sa capacité à protéger du froid en hiver – et du manque de nourriture. Les antilopes fuient donc de plus en plus les humains.

 

C’est pourquoi le gouvernement chinois a pris des mesures et, grâce à l’aide de bénévoles, la population de l’antilope du Tibet augmente petit à petit. L’espèce n’est d’ailleurs plus considérée comme une espèce en danger d’extinction. Elle se retrouve aujourd’hui dans la catégorie “quasi menacé”.

 

  • Leslie, D. M., & Schaller, G. B. (2008). Pantholops Hodgsonii (Artiodactyla: Bovidae). Mammalian Species. https://doi.org/10.1644/817.1