Comme le bon "frère des ours" qu'il est, Joaquin Phoenix lève la voix pour défendre ces animaux

Joaquin Phoenix, acteur et militant, défend aujourd'hui les ours qui ont inspiré l'un des personnages auxquels il a donné la parole dans un film d'animation.
Comme le bon "frère des ours" qu'il est, Joaquin Phoenix lève la voix pour défendre ces animaux

Dernière mise à jour : 21 août, 2021

De nombreuses célébrités utilisent leur renommée pour l’activisme. Dans cette nouvelle affaire, Joaquin Phoenix défend les ours qui ont donné vie aux protagonistes du film Disney Frère des ours, car ils vivent actuellement dans un zoo et sont exploités pour le spectacle.

Le célèbre acteur a adressé une lettre au propriétaire du centre et a fait part de son intention d’aider au transfert des ursidés vers un sanctuaire. Si vous voulez en savoir plus sur cette histoire, poursuivez donc votre lecture.

Joaquin Phoenix et sa carrière de militant

Joaquin Phoenix est connu pour ses rôles divers et atypiques dans les films hollywoodiens, comme le Joker ou encore le protagoniste de Her. Un autre de ses traits les plus connus est son engagement dans la lutte pour la libération animale.

En 2005, cet acteur a prêté sa voix au documentaire Earthlings, réalisé par Shaun Monson. Ce long métrage montre les pratiques quotidiennes de l’industrie de l’exploitation animale à travers des enregistrements en caméra cachée.

Végétalien depuis de nombreuses années, Joaquin a toujours posé comme condition avant d’accepter un rôle qu’aucun animal ou une partie d’eux ne soit utilisé dans le film. Ainsi, lors du gala des Oscars 2020, il a réussi à faire en sorte que le menu ne contienne aucun produit d’origine animale.

Dans ce même gala, après avoir remporté l’Oscar du meilleur acteur pour son rôle dans le film Joker, il a profité de son discours pour faire passer un message sur le problème de l’exploitation animale dans le monde. Il a également souligné la nécessité d’assurer l’égalité entre les ethnies, les genres, ainsi que l’urgence de préserver l’environnement.

“Quand on parle de justice, on parle de lutter contre la croyance qu’une personne, une nation, un peuple, une race, un genre ou une espèce, a le droit de dominer et de contrôler le reste”, avait déclaré l’acteur à l’époque.

Cette fois, Joaquin Phoenix défend les ours

Il est parvenu aux oreilles de l’acteur, à travers une déclaration de l’organisation PETA (People for the Ethical Treatment of Animals), que les ours qui ont servi de modèles aux protagonistes du film Frère des ours étaient exploités à des fins de divertissement. Face à cela, Joaquin a décidé de se positionner à cet égard, puisqu’il avait lui-même donné la voix à un personnage du film (Kenai).

Ces deux ursidés, Bruno et Bambi, vivent actuellement au Bearadise Ranch en Floride. Sur leur site Web, il est indiqué que l’installation a été fondée pour « éduquer et sensibiliser à la préservation de l’habitat et à la conservation de toutes les espèces d’ours ». Cependant, diverses organisations de défense des droits des animaux affirment que cette prémisse ne correspond pas à leurs pratiques.

Bruno et Bambi voyagent dans une cage d’un événement à l’autre et sont contraints de faire des tours dangereux pour eux-mêmes et leurs maîtres, comme monter sur une échelle pour faire exploser un ballon. Joaquin Phoenix a porté plainte et adressé une lettre au directeur du centre. Aucune réponse n’a encore été émise.

“Ces ours méritent mieux qu’une vie sur la route, où tout ce qui est naturel et important pour eux leur est volé. Si vous vous mettiez à leur place, je suis sûre que vous le verriez aussi”, a-t-il écrit.

Le problème des noyaux zoologiques

Bien que la législation oblige les centres zoologiques à participer à des programmes de conservation et d’éducation environnementale, il n’est souvent pas possible pour les animaux qui s’y trouvent de retourner à la nature. Les personnes qui prennent position contre ces sites prétendent que ce sont des entreprises de loisirs et non des sites de conservation.

Certaines initiatives tentent déjà de mettre en œuvre un modèle de zoo qui respecte les prémisses d’une conservation compatissante. Cette idée repose sur 4 principes inaliénables :

  1. Ne pas faire de mal : il s’agit de prioriser les approches non invasives dans la recherche et la pratique de la conservation. On reconnaît ainsi que les interventions invasives peuvent nuire aux personnes, aux populations et aux écosystèmes.
  2. Les animaux comptent : les animaux ont une valeur intrinsèque et des intérêts qui leur sont propres. Ils doivent être traités avec compassion, à la fois dans la nature et en captivité.
  3. Valorisation de toute la faune : et ce, quelle que soit sa valeur aux yeux des humains.
  4. Coexistence pacifique avec la faune : c’est l’objectif ultime de la conservation compatissante.

L’utilisation des animaux soi-disant protégés pour le divertissement est une autre question controversée. Certains défendent la valeur éducative et de sensibilisation de ces actions, d’autres estiment que faire sauter un dauphin dans un cerceau ne reflète pas la vraie nature de l’animal et laisse penser que l’on peut faire usage de sa liberté pour le plaisir des humains.

Joaquin Phoenix défend les ours.

Joaquin Phoenix n’est pas la seule célébrité à défendre les animaux. Miley Cyrus, Cameron Diaz, Alice Walker ou Jane Goodall ne sont que quelques exemples de personnes qui utilisent leur notoriété pour les aider. Leurs actions et leurs paroles poussent des milliers de personnes chaque année à adopter un mode de vie plus compatissant envers les autres, humains ou non.

Cela pourrait vous intéresser ...
13 reptiles menacés
My AnimalsLisez-le dans My Animals
13 reptiles menacés

Les reptiles en danger d'extinction souffrent principalement de l'action de l'homme : déforestation, urbanisme agressif, exploitation et chasse.