Des scientifiques identifient une nouvelle espèce de serpent venimeux en Chine

Une caractéristique de la morsure est ce qui a permis de découvrir cette nouvelle espèce de serpent venimeux en Chine, un spécimen qui était auparavant confondu avec ses proches parents.
Des scientifiques identifient une nouvelle espèce de serpent venimeux en Chine

Dernière mise à jour : 23 décembre, 2021

Il existe environ 1 428 000 organismes dans le monde, dont environ 70 000 appartiennent au groupe des vertébrés. Cependant, bien que ces chiffres nous paraissent incroyables, chaque jour de nouvelles découvertes s’ajoutent, et les chiffres augmentent. Cette année, un nouveau serpent venimeux a été décrit en Chine.

Le serpent qui nous intéresse ici appartient au groupe des kraits, soit au genre Bungarus. Ce groupe comprend les serpents les plus importants du continent asiatique au niveau médical, car ils produisent un poison. Apprenez-en plus sur cette récente découverte dans les lignes suivantes…

La découverte du serpent venimeux

Un groupe de chercheurs a publié des informations dans le magazine ZooKeys (2021) sur une nouvelle espèce de serpent venimeux trouvée dans le sud-ouest de la Chine et le nord du Myanmar. Les principaux scientifiques de l’histoire sont : Chen Ze-Ning, Shi Shen-Chao, Vogel Gernot, Li Ding et Shi Jing-Song.

Le plus surprenant dans cette histoire est que les professionnels ont pris conscience de l’existence de ce serpent en raison des caractéristiques de sa morsure. Il est à noter que les différents serpents du groupe Bungarus se ressemblent et il est parfois difficile de les distinguer les uns des autres.

La morsure du serpent qui nous intéresse ici a produit une douleur intense chez la victime qui l’a subie, ainsi qu’un noircissement autour de la plaie.

Ce fait a attiré l’attention des professionnels et a conduit à une analyse plus exhaustive de l’animal, car la morsure ne correspondait à celle d’aucun serpent déjà décrit. C’est pourquoi des collectes de plusieurs serpents ont été réalisées dans la province du Yunnan entre 2016 et 2019.

Les preuves trouvées au niveau de l’ADN et de la morphologie des organismes analysés ont permis d’établir une meilleure classification et d’identifier un nouveau spécimen. Les traits physiques importants sont les dents, les écailles, le motif de couleur et l’hémipénis (organe copulateur).

L’identification correcte des serpents venimeux est importante pour les humains. D’une part, elle permet de prévenir les morsures et d’établir un diagnostic précis. D’autre part, elle permet l’élaboration d’antidotes et de traitements en fonction de chaque morsure.

Krait de Suzhen, le serpent venimeux chinois

Le nouveau serpent a été nommé krait de Suzhen en l’honneur de la déesse chinoise “Bai Su Zhen” qui signifie serpent blanc. Selon la légende, cette déesse qui a l’apparence d’un ophidien s’est transformée en femme et est tombée amoureuse d’un homme. Ce personnage est le protagoniste d’une histoire très populaire dans la mythologie chinoise.

D’un point de vue scientifique, le nouveau serpent a été appelé Bungarus suzhenae et appartient à la fa famille des Elapidae. A ses côtés, se trouvent 16 espèces de son genre, auxquelles s’ajoutent les découvertes de ces dernières années : B. slowinski identifié en 2005 au nord du Vietnam, et B. persicus identifié en 2014 en Iran.

Un serpent Krait aux couleurs vives.

Les caractéristiques du krait de Suzhen

Cette nouvelle espèce a un motif de couleur très frappant, mais ne vous y trompez pas : elle transporte un poison qui peut être mortel. Elle se caractérise par sa coloration noire sur la partie dorsale, où se trouvent entre 26 et 38 bandes blanches (certaines incomplètes), et par ses 12 bandes blanches dans la zone de la queue.

La région ventrale est claire, blanc jaunâtre. Les écailles de sa tête sont lisses. Quant à ses yeux, ils sont petits, de forme ovale et de couleur foncée.

Dans le cas de la taxonomie de B. suzhenae, le nombre de bandes est l’un des aspects utilisé pour le différencier des autres kraits.

La taille de l’espèce varie. L’un des jeunes spécimens collectés mesurait 72,9 centimètres de long. Du côté des adultes, un mâle peut mesurer jusqu’à 114 centimètres de long.

Un autre aspect qui se démarque de sa morphologie est la présence de 3 dents postérieures supérieures qui présentent une légère courbure vers l’arrière. Les hémipènes sont grands, légèrement allongés et avec des épines en forme de défense. Ils ont une consistance dure, car ils sont kératinisés.

Les reptiles Bungarus suzhenae ont été collectés dans des cultures de riz et près de ruisseaux dans des forêts de mousson entre 800 et 1560 mètres d’altitude, dans le comté de Yingjiang dans la province du Yunnan (Chine) et dans l’État de Kachin au Myanmar.

Nous ne connaissons pas toute la biodiversité de notre planète, puisque chaque jour de plus en plus de spécimens s’ajoutent à la liste des êtres vivants. C’est le cas de ce nouveau serpent venimeux originaire de Chine.

Fait curieux : cette espèce consomme des anguilles et autres petits serpents en captivité et n’aime pas les grenouilles ni les souris.

En résumé, le reptile que nous avons présenté ici est un serpent au motif de couleur frappant dans lequel se démarquent plusieurs bandes blanches. Cependant, il produit un poison qui peut être mortel et sa morsure est assez douloureuse. Par conséquent, méfiez-vous si vous le croisez un jour.

This might interest you...
Les serpents ont-ils des os ?
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Les serpents ont-ils des os ?

Découvrez ici si les serpents ont des os. Nous vous disons tout sur leur système de soutien et leurs adaptations qui leur donnent de la flexibilité...



  • Kuch, U., Kizirian, D., Nguyen, Q., Lawson, R., Donnelly, M., & Mebs, D. (2005). A new species of krait (Squamata: Elapidae) from the Red River System of Nothern Vietnam. Copeia, 4, 818-833.
  • Ze-Ning, C., Shen-Chao, S., Gernot, V., Li, D., & Jing-Song, S.(2021). Multiple lines of evidence reveal a new species of Krait (Squamata, Elapidae, Bungarus) from Southwestern China and Northern Myanmar. Zookeys, 1025, 35-71.