Le Bec-en-sabot du Nil : comportement et habitat

Le Bec-en-sabot du Nil est un oiseau incroyable, un animal endémique du continent africain à l'aspect préhistorique.
Le Bec-en-sabot du Nil : comportement et habitat

Dernière mise à jour : 24 janvier, 2019

Le Bec-en-sabot du Nil est un oiseau très curieux originaire d’Afrique. Un documentaire de National Geographic a décrit cet oiseau comme un oiseau aux pattes de cigogne, au bec de pélican et à la tête d’aigle. Et en effet, il s’agit d’une bonne description. Le Bec-en-sabot du Nil semble être le résultat des dessins d’une créature imaginaire d’un enfant.

Le Bec-en-sabot du Nil est un oiseau caractéristique que les scientifiques ont appelé le «roi à tête de baleine» ou encore le Balaeniceps rex. Cet oiseau a un aspect presque préhistorique. Il est classé comme vulnérable et en danger d’extinction. Malheureusement, il présente une très petite population, qui continue à diminuer.

Depuis sa découverte au XIX siècle, le Bec-en-sabot du Nil a suscité beaucoup d’intérêt parmi la communauté scientifique. Il s’agit d’une race de très gros oiseaux, bien que les femelles soient toujours plus petites que les mâles.

Un Bec-en-sabot de Nil mâle peut atteindre 150 centimètres de haut et la distance entre le bout de ses ailes va de 230 à 260 centimètres. En revanche, les femelles mesurent environ 20 centimètres de moins qu’un mâle moyen.

Étonnamment, un Bec-en-sabot du Nil peut vivre jusqu’à l’âge de 50 ans, ce qui en fait l’un des oiseaux sauvages à la longévité la plus importante. En raison de leur développement lent, ils atteignent la maturité sexuelle à partir de quatre ans.

Le plumage de ces oiseaux curieux est gris bleuâtre et cendré, avec une nuance verdâtre sur le dos. Le ventre et les plumes de la queue, en revanche, sont presque blancs. Leurs yeux sont jaunes et leurs pattes, noires.

Bec-en-sabot du Nil

 

Comportement de l’oiseau Bec-en-sabot du Nil

Le Bec-en-sabot du Nil a un comportement curieux. Il s’agit d’oiseaux très solitaires, qui ont tendance à être sédentaires. Ils n’aiment pas être dérangés et, en général, ils ne sont pas proches des autres Bec-en-sabot du Nil, sauf au moment de la saison des amours. Cependant, même dans ces situations, il n’y a généralement pas plus de trois nids au kilomètre carré.

Une fois qu’un Bec-en-sabot du Nil trouve un endroit qui lui semble agréable et où il peut trouver de la nourriture sans incident majeur, il y reste généralement longtemps . Ces oiseaux construisent des nids même lorsqu’il s’agit de gros oiseaux. Les nids d’un Bec-en-sabot du Nil sont généralement constitués de roseaux.

Les aliments qu’ils consomment le plus sont les poissons. Parmi eux, ils préfèrent le poisson-léopard, le bichir du Sénégal, le poisson-chat et le tilapia. Cependant, le poisson n’est pas leur seul aliment. Un Bec-en-sabot se nourrit également d’amphibiens, de jeunes crocodiles, de rongeurs, de couleuvres d’eau et, très rarement, d’autres oiseaux aquatiques.

Malheureusement pour les touristes, cette espèce d’oiseau est principalement nocturne. Il reste généralement caché pendant la journée pour éviter les prédateurs. Il sort chercher de la nourriture pendant la nuit. Les touristes ne les voient donc généralement pas en action.

Pendant la période de reproduction, les Bec-en-sabot du Nil forment des couples monogames. Les parents pondent leurs œufs dans des nids de végétation piétinée de trois ou quatre mètres de large. Chaque couple peut avoir deux ou trois œufs, mais un seul poussin survivra.

Les petits des Bec-en-sabot du Nil peuvent mesurer un mètre seulement deux mois après leur naissance. Les parents s’occuperont malgré tout de lui et ne le laisseront pas quitter le nid avant cinq mois.

Habitat de l’oiseau bec-en-sabot

Le Bec–en-sabot du Nil habite principalement dans la zone orientale et tropicale de l’Afrique. Cela signifie que les plus fortes concentrations de Bec-en-sabot du Nil se situent du Soudan à la Zambie. Pendant la période de reproduction, le Bec-en-sabot du Nil vit généralement dans les zones marécageuses qui s’inondent en saison, telles que la Tanzanie et l’Ouganda.

Bec-en-sabot du Nil dans l'eau

 

Le reste de l’année, l’habitat de l’oiseau Bec-en-sabot du Nil se caractérise par ses basses eaux et une végétation peu dense. En raison de leur taille, ces oiseaux préfèrent rester dans des zones où ils disposent d’une bonne visibilité.

Les eaux faiblement oxygénées sont idéales pour le Bec-en-sabot du Nil car les poissons doivent nager plus près de la surface, ce qui en font des proies faciles pour eux. Dans des régions comme le Soudan, le Bec-en-sabot du Nil se nourrit également de riz et d’autres cultures similaires.

Menaces pesant sur le Bec-en-sabot du Nil

La destruction de son habitat est l’une des menaces les plus importantes de cet oiseau. Les endroits qu’il choisit pour la reproduction sont également les meilleurs endroits pour la culture.

Ainsi, lorsque la zone de reproduction est affectée, les Bec-en-sabot du Nil forment moins de couples et pondent moins d’œufs. Cela réduira de fait leur population en très peu de temps.

En outre, cette espèce est victime du commerce illégal d’animaux en danger d’extinction. Les commerçants illégaux volent des œufs pour les vendre au plus offrant. Chasser le Bec-en-sabot du Nil est légal dans certains pays. C’est le cas en Tanzanie, où il est chassé pour être mangé.

Plusieurs initiatives internationales cherchent néanmoins à le protéger. Il existe des projets d’élevage en captivité pour augmenter leur population. Nous espérons que dans les années à venir, il y aura davantage de Bec-en-sabot du Nil libres et protégés.

 

Cela pourrait vous intéresser ...
L’histoire de Klepetan et Melena, deux oiseaux amoureux
My AnimalsLisez-le dans My Animals
L’histoire de Klepetan et Melena, deux oiseaux amoureux

La cigogne blanche est l'un des oiseaux les plus emblématiques dans diverses cultures européennes. Deux oiseaux amoureux sont apparus en Croatie.



  • Distribution and conservation of the shoebill (Balaeniceps rex) in the southern Sudan Guillet A Biological Conservation, vol. 13, issue 1 (1978) pp. 39-49
  • The phylogenetic affinities of the Shoebill (Balaeniceps rex) Mayr G J. Ornithol, vol. 144 (2003) pp. 157-175 Published by Deutsche Ornithologen-Gesellschaft/Blackwell Verlag