Le cimetière de manchots en Antarctique

18 décembre, 2018
Selon les recherches scientifiques, ces spécimens momifiés périrent en raison des effets du changement climatique.

Il existe un immense cimetière de manchots, situé en Antarctique. Le cimetière fut découvert en janvier 2016 par un groupe d’explorateurs attachés à l’Université des sciences et technologies de Chine.

Ils retrouvèrent les cadavres en excellent état sur la péninsule de Long, en Antarctique oriental. Les restes momifiés de la plupart des manchots possèdent en effet encore la peau et une bonne partie du plumage.

Les corps de ces centaines de manchots momifiés en Antarctique déroutèrent nombre de scientifiques. Ce cimetière de manchots n’est toutefois pas le signe d’une ancienne maladie qui aurait exterminé ces animaux. Le cimetière des manchots n’est par ailleurs pas le résultat d’un massacre perpétré par un prédateur affamé.

Selon l’équipe du Dr Liluang Sun, responsable de la recherche, la cause de la mort était certainement le fruit du changement climatique. Deux terribles saisons de pluies auraient tué des milliers de manchots transformés en fossiles momifiés par le froid glacial.

Les manchots d’Adélaïde

Les manchots sont généralement des animaux de climats glacés et inhospitaliers. Il s’agit de la raison pour laquelle ils habitent l’Antarctique sans la moindre difficulté. Le climat changea cependant rapidement dans le monde entier au cours des 1000 dernières années. Ces changements générèrent de brusques modifications dans des zones climatiques auparavant stables.

Le changement climatique est une réalité très dangereuse pour les manchots. Ils sont en effet habitués au froid glacial, lequel est également très sec. Il s’agit de la raison pour laquelle les changements peuvent affecter sérieusement leur population.

cimetière de manchots

Le département des sciences de la Terre auquel appartient le Dr. Sun mena plusieurs enquêtes. Elles soutiennent que l’Antarctique subit au moins deux événements extrêmes de pluie et de neige au cours des 1 000 dernières années.

La plupart des corps momifiés trouvés correspondent à des bébés manchots. Ces petites créatures ne possèdent pas le plumage imperméable des manchots adultes.

Ils sont donc plus sensibles à la pluie et à la neige. Si un bébé manchot est mouillé, le vent glacial le fera souffrir d’hypothermie. L’équipe de recherche du Dr Sun pense que l’hypothermie est la cause la plus probable de décès dans ce cimetière de manchots.

Un cimetière de manchots

Il est fréquent de trouver des restes de manchots Adélaïde en Antarctique, notamment des plumes et des os. Il s’agit après tout de l’habitat principal de ce genre de manchot. Il est cependant très inhabituel de trouver une telle quantité de restes de l’espèce Adelaïde au même endroit et datant de la même date. Ce type de constatation ne peut qu’indiquer que la mort massive et simultanée de la progéniture de ces manchots.

Le processus de datation par radiocarbone révéla que les manchots sont morts lors de deux saisons bien distinctes. La première se passa il y a environ 750 ans. La seconde il y a environ 200 ans. Après avoir étudié les sédiments autour des restes momifiés, les chercheurs découvrirent que les manchots survivants avaient déplacé leurs colonies loin du site du massacre.

Comprendre le comportement des manchots dans le passé peut aider à prévoir leur comportement lors de situations de crise futures. Les chercheurs utilisent ces connaissances pour élaborer des stratégies de prévention et de protection de la faune. Les principaux chercheurs sur les manchots Adélaïde sont des équipes chinoises et australienne.

cimetière de manchots
Source: http://www.pinguinopedia.com/

Un monde qui se réchauffe

Les recherches nous permettent de comprendre que les manchots ont besoin de climats secs et froids pour survivre. Face à la réalité du réchauffement climatique, les scientifiques ne sont pas très optimiste quant à l’avenir des manchots Adélaïde.

“Nous pensons généralement que le réchauffement climatique actuel se poursuivra et s’aggravera. Alors que ces changements réchauffent la planète, l’Antarctique verra de plus en plus de neige et de pluie. Cela augmentera le risque de décès massifs parmi la population de manchots “, déclara le Dr LiLuang Sun.

Les manchots Adélaïde sont originaires de l’Antarctique, leur seul habitat. Ils disposent actuellement d’environ 250 zones de reproduction, selon les chercheurs. Cela signifie qu’ils ne sont pas en danger d’extinction imminente.

L’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, ou UICN pour son acronyme anglais, estime que le manchot Adélaïde est l’une des espèces les moins menacées. Cela signifie qu’ils ne sont actuellement pas en danger d’extinction imminente. Les changements climatiques soudains constituent néanmoins une menace réelle pour leur survie.

Entre 2013 et 2014, tous les bébés nés au cours de cette saison de reproduction décédèrent. Ces décès ont été causés par une pluie incessante et des chutes de neige constantes. Les bébés pingouins Adélaïde ne peuvent pas survivre à l’hypothermie. Le nombre total de cette espèce diminuera si les pluies continuent dans les années à venir. Le cimetière de manchots deviendra de plus en plus important.

Le Dr. Sun lança un appel à l’humanité pour travailler ensemble afin de lutter contre le réchauffement climatique. La vie des manchots Adélaïde en dépend.

 

There Are Hundreds of Ancient, Mummified Penguins in Antarctica – https://www.livescience.com/63525-penguin-mummies-antarctica.html