Le clonage animal est-il possible ?

08 août, 2020
Depuis toujours, nous vivons entourés de clones qui existent dans la nature. Cela a poussé les scientifiques à se demander s'il était possible de le faire de façon artificielle et, quelques années plus tard, le clonage est né chez les animaux, avec la brebis Dolly.
 

En 1996, on a créé le premier organisme né du clonage animal : la brebis Dolly. Depuis lors, les chercheurs ont fait des expériences sur le bétail à des fins reproductives et pour d’autres applications, comme l’usage thérapeutique en biomédecine ou la conservation d’animaux.

Ce sujet a été un motif de débat au sein de la communauté scientifique et dans notre société car la bioéthique est à l’ordre du jour. Si vous voulez savoir en quoi consiste le clonage animal, vous êtes au bon endroit !

Le clonage animal : des êtres identiques

À partir de la découverte de l’ADN, les scientifiques se sont dit : et si nous nous servions de cette molécule, qui contient toute l’information sur un organisme, pour en créer un autre exactement identique ?

Le clonage animal consiste à créer des copies génétiquement identiques d’un être vivant. En d’autres termes, à partir d’un animal donneur, on en obtient un autre avec la même séquence d’ADN. Ceci peut être obtenu à partir d’une cellule ou d’un organisme entier.

Cela peut nous sembler nouveau mais ce processus de reproduction asexuelle (il n’y a pas de fusion de cellules sexuelles) existait depuis toujours dans la nature. Par exemple :

  • Les bactéries peuvent se reproduire de manière asexuelle par bipartition et créent donc deux cellules exactement égales qui se reproduiront de la même façon. Au final, il y aura des millions de cellules clones.
  • Les pucerons vierges.
  • Les tatous, dont les petits sont tous des clones qui proviennent du même zygote.
 

Le clonage a été réalisé sur de nombreux êtres, aussi bien chez les espèces du bétail bovin, porcin, ovin et caprin que chez d’autres animaux comme les souris, les lapins, les chiens et les chevaux.

Nous devons bien prendre en compte que les animaux clonés naissent comme le reste des animaux ou, plutôt, comme si des jumeaux identiques naissaient à différents moments. Tout comme les jumeaux qui ont le même ADN, les clones possèdent le même matériel génétique que l’organisme originel.

Du clonage animal en cours.

La brebis Dolly

En 1996, à l’Institut Roslin (Écosse) est née Dolly, la plus célèbre des brebis et la plus importante dans le domaine de la biomédecine.

Son clonage s’est fait à partir du noyau d’une cellule de la glande mammaire (cellule adulte) d’une brebis de six ans, de la race Finn Dorset. Ce noyau a été introduit dans un ovule non fécondé et c’est ainsi qu’est né le premier mammifère cloné, après de nombreuses tentatives.

Au cours de son existence, Dolly a eu six petits et a pu démontrer que les animaux clonés peuvent se reproduire de façon naturelle. Malheureusement, on a dû l’euthanasier en 2003 car elle souffrait de plusieurs pathologies comme de l’arthrite et des tumeurs pulmonaires.

 

Même si les brebis de cette race vivent jusqu’à 12 ans, il n’y a rien d’étonnant à ce que Dolly n’ait vécu que six ans et demi car elle a été développée à partir d’une cellule adulte d’une brebis qui avait déjà six ans.

Pourquoi le clonage animal ?

C’est peut-être la question la plus intéressante sur ce sujet car elle implique diverses considérations éthiques.

Le clonage de Dolly s’est fait dans le but de créer des médicaments dans le lait du bétail et, depuis lors, les scientifiques ont utilisé cette technique sur différents animaux pour le développement de médicaments et le progrès en matière d’ingénierie génétique. Il existe cependant d’autres fins :

Par exemple, au cours de l’accouplement ou de la mise bas des animaux du bétail, il existe un risque élevé de lésions ou de transmission de maladies sexuelles. Par conséquent, si l’objectif est d’obtenir de nombreux descendants, l’accouplement naturel n’est pas le plus efficace.

La reproduction assistée est donc en plein essor : il s’agit de la méthode que la majorité des éleveurs utilisent. Au fil du temps, ces derniers ont sélectionné, petit à petit, les animaux ayant les meilleures qualités afin de les transmettre à leur descendance et ainsi faire en sorte que ces traits se répètent chez les générations suivantes.

En d’autres termes, le clonage permet à l’éleveur de contrôler ces caractéristiques dans son bétail.

Nous allons maintenant voir d’autres bénéfices offerts par ce processus dans le bétail.

 

Des animaux en bonne santé

Les éleveurs ne sont pas intéressés par des animaux qui souffrent de maladies, non seulement à cause du coût supplémentaire des médicaments et des consultations vétérinaires mais aussi parce que cela affecte la production de viande et de lait. Il est donc plus rentable d’avoir un troupeau d’être sains et résistants aux maladies.

Pourquoi le clonage animal : des animaux adaptés au climat

Le clonage permet de sélectionner les animaux qui se développent le mieux dans des endroits où la température et l’humidité sont les plus appropriées. Ils grandiront ainsi dans l’environnement le plus propice à leur bien-être, où ils pourront également produire des aliments de haute qualité.

Capacités corporelles et fertilité

Bien évidemment, les éleveurs cherchent les meilleures qualités en fonction de l’animal. Par exemple, les vaches doivent être grandes pour produire plus de lait et être très fertiles, comme les taureaux.

Nous nourrir de clones : n’est-ce pas risqué ?

Si vous êtes en train de vous demander si vous pouvez manger de la viande d’un organisme qui a été cloné, la réponse est oui. La FDA, l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux, assure que les produits obtenus d’animaux clonés sont aussi sains et sûrs que ceux qui viennent de n’importe quel autre animal.

Nous devons bien garder à l’esprit que la principale finalité des clones dans ce secteur est l’élevage.

Des chiots issus du clonage animal.
 

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Nous pouvons maintenant répondre à la question de notre titre et confirmer que le clonage animal est possible. Il est vrai que ce procédé, qui a été réalisé pendant des années et avec succès, n’est pas seulement utile chez le bétail ; il présente aussi de nombreux bénéfices pour la santé des personnes dans le domaine de la médecine.

Mais cela justifie-t-il le fait de modifier l’ordre naturel des choses, pour un bénéfice qui est seulement humain ? Le débat est ouvert.

 

  • https://www.fda.gov/animal-veterinary/animal-cloning/primer-cloning-and-its-use-livestock-operations
  • http://www.animalresearch.info/es/avances-medicos/linea-de-tiempo/la-clonacion-de-la-oveja-dolly/
  • Chuaire, L., Sánchez, M.C. and Franco, M.L. Clonación animal: avances y perspectivas. Colombia Médica. (2004) 35(2):101-111.