Les problèmes liés aux déchets générés par la pandémie

La protection de l'environnement et des espèces est aujourd’hui la responsabilité de chacun d'entre nous. La pandémie a mis davantage en évidence un certain nombre de problèmes que nous ne pouvons plus ignorer.
Les problèmes liés aux déchets générés par la pandémie

Dernière mise à jour : 11 janvier, 2021

Malheureusement, les problèmes découlant des déchets générés par la pandémie commencent à se voir. La production massive de plastiques est aujourd’hui un obstacle important pour les écologistes, car il s’agit de l’une des diverses situations nocives que le coronavirus a amené avec lui.

Quels sont les déchets que nous générons le plus aujourd’hui ? Comment leur présence influence-t-elle l’environnement et les animaux qui l’habitent ? Nous répondons à ces questions et à d’autres dans le cadre du présent article.

Les déchets générés par la pandémie

Le monde doit aujourd’hui faire face à une pandémie qui affecte gravement les êtres humains. Les animaux en subissent également les conséquences : ce sont des victimes indirectes.

En effet, les déchets générés par la pandémie entraînent la mort de différentes espèces animales. Récemment, on a beaucoup entendu parler de la mort d’un Manchot de Mangellan.

Le cadavre d’un manchot apparemment en bonne santé a en effet été retrouvé au Brésil. L’autopsie a déterminé que sa mort résultait de l’ingestion d’un masque N95.

Le groupe en charge de la réalisation de l’autopsie appartient à l’ONG «Instituto Argonauta para la Conversación Costera y Marina». Cette institution se consacre à la lutte contre les effets dérivés des résidus marins.

Plus précisément, ses membres se chargent de réhabiliter toutes les espèces marines qui tombent malades à cause desdits résidus. La situation mondiale actuelle a généré l’apparition de masques dans l’océan.

Leur présence dans les océans est le résultat d’une mauvaise élimination des déchets générés. Cette situation peut malheureusement provoquer la mort d’animaux, comme cela a été le cas pour ce Manchot de Mangellan.

Cette espèce migre chaque année de la Patagonie argentine à la recherche de nourriture. Certains spécimens se perdent et sont sauvés par cette institution.

L’institut les libèrent une fois qu’ils sont en état de retrouver leur état naturel. Ceux qui meurent font l’objet d’une autopsieL‘institut lancent un appel à la population pour les aider dans cette lutte contre les déchets.

Des déchets sur une plage.

Les effets des déchets générés par la pandémie

Divers effets découlent de l’utilisation et de l’élimination incorrectes des produits destinés à affronter la pandémie actuelle. Nous vous les présentons ci-dessous.

L’augmentation de la production de plastiques

Nous savons que le plastique rend la vie beaucoup plus facile aujourd’hui. Il représente toutefois un risque pour la santé humaine et pour les différents écosystèmes de la planète. 

La pandémie engendre en effet une forte augmentation des déchets contenant du plastique. Parmi eux, les plastiques à usage unique tels que les masques ou les gants.

Les experts considèrent par ailleurs que d’ici 2030 le nombre de déchets plastiques dans le monde doublera. Cela entraînera alors une série d’effets à court et à long terme pour les humains et l’environnement.

Malgré le fait que la consommation de plastique améliore la qualité de vie, nous devons rechercher des solutions durables qui remplacent ce matériau. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons éviter de porter préjudice aux animaux.

L’augmentation du risque écologique en raison de l’utilisation de désinfectants

L’utilisation de désinfectants a des impacts négatifs sur la flore et la faune locales. Nous avons un exemple de cela : une plage d’Andalousie, en Espagne, a été aspergée de désinfectant.

Le but de cet acte était d’arrêter la propagation rapide du virus actuel. Les biologistes et les défenseurs de l’environnement ont cependant mis en garde les autorités contre les conséquences négatives de cet acte pour la zone.

Parmi les conséquences néfastes figurent l’impact sur les oiseaux  de mer, sur différentes espèces de crabes et sur la flore de la plage. Les élevages d’animaux peuvent aussi être affectés.

Des études antérieures ont établi un lien entre l’utilisation de désinfectants et un risque accru pour la santé des travailleurs et des animaux. Il s’agit cependant aujourd’hui de l’un des rares moyens de lutter contre le virus.

Les décès d’animaux

Ces résidus atteignent d’une manière ou d’une autre les différents écosystèmes existants. Nous estimons qu’environ 700 espèces océaniques ingèrent les microparticules de plastique.

La mort d’animaux survient à la suite d’une élimination incorrecte ou d’un recyclage inapproprié des déchets. De sorte que nous devons réduire la consommation de matériaux difficiles à éliminer.

Il faut également réduire l’incorporation de microplastique dans la chaîne alimentaire. Cela nous éviterait d’ingérer inconsciemment cette matière à travers la consommation de poissons et de crustacés.

Cela nous éviterait également de lire d’autres nouvelles comme celle du Manchot de Magellan. Fournir des efforts nous permettra d’influencer positivement la nature et de favoriser un avenir meilleur pour tout le monde.

Une tortue morte sur une plage.

Il est extrêmement important de comprendre le lien entre la santé humaine et celle de l’environnement qui nous entoure. Il est donc nécessaire de s’impliquer dès maintenant dans la mise en œuvre de mesures durables.

Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons éviter ces problèmes et d’autres liés aux déchets générés par la pandémie. La protection des animaux et des écosystèmes est aujourd’hui la responsabilité de chacun d’entre nous.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les effets des courants océaniques sur la faune marine
My AnimalsRead it in My Animals
Les effets des courants océaniques sur la faune marine

Dans certains endroits des océans, il existe une grande quantité et variété d'animaux. Comment les courants sont-ils liés à la faune marine ?