Qu'est-ce que l'aposématisme ?

23 février, 2019
L'aposématisme est un mécanisme de défense répandu chez les insectes, les reptiles et les amphibiens qui permet d'avertir ou d'éloigner les autres animaux au moyen de particularités frappantes pour les sens. Autrement dit, les animaux aposématiques avertissent leurs prédateurs qu'ils sont en présence d'un animal potentiellement venimeux.

L’aposématisme se présente généralement sous forme visuelle. Les animaux aposématiques se distinguent souvent par leurs couleurs éclatantes. En général, les animaux les plus colorés sont ceux qui possèdent les glandes venimeuses les plus létales. L’aposématisme se manifeste également par l’émission de sons, comme l’avertissement sonore des serpents à sonnette.

Le mot aposématisme est formé à partir de deux racines grecques : “apo” qui signifie “loin” ou “à part” et “sema” qui signifie “signal”. L’aposématisme est donc radicalement opposé aux techniques de camouflages et d’attirance de certaines espèces.

Comment fonctionne l’aposématisme chez les animaux

L’aposématisme chez les animaux joue presque systématiquement un rôle défensif. Il permet de signaler aux prédateurs qu’ils s’apprêtent à faire face à un animal dangereux. Afin que ces signaux d’alarme soient efficaces, le prédateur doit connaitre la signification des signaux visuels ou sonores qu’émet l’éventuelle proie venimeuse. Cette connaissance peut être instinctive. Autrement dit, il peut s’agir d’une réaction innée ou d’une réaction acquise à la suite d’une mauvaise expérience passée.

L’aposématisme est un mécanisme de défense redoutablement efficace car l’animal qui possède ces caractéristiques n’a pas besoin de mettre en place un autre type de stratégie. Il lui suffit d’utiliser ces signaux d’avertissement sans avoir à dépenser d’énergie. C’est pourquoi les animaux qui utilisent l’aposématisme n’ont pas de prédateurs, à l’exception de quelques espèces adaptées qui sont affectées par certains types de venins.  

Certains animaux qui ne sont pas venimeux prennent également l’apparence d’animaux aposématiques. Ce phénomène est appelé le mimétisme. Il s’agit d’un autre type de mécanisme de défense.

De cette manière, ces animaux font croire à leurs prédateurs qu’ils sont des animaux dangereux en raison de la couleur brillante qu’ils arborent. Pourtant, ceux-ci sont en réalité inoffensifs. La couleuvre faux corail constitue un exemple typique. Elle partage les même couleurs que le serpent corail, mais celles-ci ne sont pas disposées dans le même ordre.

aposématisme : faux serpent corail

L’aposématisme est également présent chez certaines plantes, même si le phénomène est rare. Certaines plantes qui sont relativement toxiques, qui ont mauvais goût ou qui présentent des épines attirent l’attention des consommateurs et les avertissent du fait qu’elles ne sont pas comestibles.

Certains animaux sont aposématiques

Les espèces aposématiques les plus communes et les plus connues sont les guêpes et les abeilles. Leur corps présente des anneaux de couleur jaune et noire clairement visibles. Ces couleurs annoncent aux éventuels prédateurs que ces animaux possèdent un dard venimeux dont ils n’hésiteront pas à se servir lorsqu’ils se sentent menacés ou lorsque leur nid est attaqué.

Les chenilles se servent aussi de leur pigmentation pour maintenir les prédateurs naturels à l’écart. C’est pourquoi il existe une grande variété de chenilles aux différentes couleurs et aux différentes formes. Ces couleurs traduisent la présence de toxines qui s’accumulent dans le corps des chenilles à cause de leur consommation de plantes aux substances toxiques ou au mauvais goût.

Les grenouilles à fléchettes empoisonnées (Dendrobatidae) sont d’autres exemples d’animaux aposématiques. Celles-ci montrent aux prédateurs qu’elles sont venimeuses par le biais de leurs couleurs flamboyantes et éclatantes. Elles renferment des substances hautement toxiques sur toute la surface de leur peau. Elles vivent dans toute l’Amérique centrale et l’Amérique du Sud.

Les serpents corail sont eux aussi des animaux aposématiques. Ils font partie du groupe de serpents dont la peau présente des anneaux colorés et ils sont extrêmement venimeux. Les plus connus sont ceux dont les couleurs se succèdent dans l’ordre suivant : rouge, noir et blanc. Ils peuplent les régions tropicales situées aussi bien dans le Nouveau Monde, avec 73 espèces, que sur l’Ancien Monde, avec 16 espèces.

Le poisson à antennes (Pterois antenna) qui vit dans l’océan Indien et dans l’océan Pacifique est également un animal aposématique. Il se distingue par ses rayures rouges et blanches frappantes et par son aspect étrange et menaçant.

aposématisme : poisson à antennes

Les épines qui se dressent sur ses nageoires dorsales sont pourvues de glandes venimeuses qui renferment un venin puissant capable d’affecter gravement des mammifères de grande taille.

 

Mappes, J.; Marples, N. &  J. Endler (2005). “The complex business of survival by aposematism”. Trends in Ecology & Evolution, Vol. 20, N° 11: 598-603.