Le syndrome du hérisson bancal

19 août, 2020
De plus en plus de foyers ont un animal exotique en guise d'animal de compagnie. Beaucoup de ces animaux souffrent de maladies uniques et le hérisson africain en connaît une particulièrement létale.

Qu’elle est loin, l’époque où la majorité des animaux de compagnie étaient des chiens, des chats ou, à la limite, des oiseaux ! La diversité d’espèces d’animaux de compagnie qui existent actuellement sur le marché est immense. Les vétérinaires, en tant que médecins pour animaux, doivent leur accorder, à tous, la même attention.

Même s’il est vrai qu’ils ne peuvent pas tout savoir sur tous les animaux, ceux qui sont chargés de traiter des animaux de petite taille doivent apporter des soins médicaux à tous ceux qui ont besoin de leur aide. Nous allons donc aujourd’hui nous intéresser à un sujet très pointu : celui du syndrome du hérisson bancal.

Le syndrome du hérisson bancal

Le syndrome du hérisson bancal (WHS pour Wobbly Hedgehog Syndrome, en anglais) est une maladie dégénérative du système nerveux. Son origine est actuellement inconnue.

Il s’agit d’une pathologie similaire à la sclérose en plaques des humains, à laquelle beaucoup de chercheurs la comparent. Cependant, dans le cas du hérisson africain, on pense qu’elle est due aux croisements génétiques indistincts auxquels cette espèce a été soumise.

Il faut ici souligner qu’aujourd’hui, il existe un vide légal considérable en ce qui concerne l’élevage de hérissons africains. Ils sont en effet interdits parce qu’ils constituent une espèce potentiellement envahissante depuis quelques années : les institutions professionnelles n’ont donc pas l’autorisation de les élever.

Le syndrome du hérisson bancal pourrait être dû à un élevage continu avec des parents proches, par des personnes qui n’ont ni l’autorisation, ni les connaissances suffisantes.

Le syndrome du hérisson bancal.

Développement du syndrome du hérisson bancal

Cette maladie touche les hérissons de terre africains domestiques qui ont environ trois ans. Elle peut surgir à d’autres âges, plus tôt ou plus tard, mais les probabilités sont plus minces.

Le développement de ce syndrome est progressif et commence habituellement par les pattes arrière, pour ensuite toucher les pattes avant. Elle peut aussi attaquer par les côtés ; d’abord le gauche, puis le droit, ou inversement.

Une perte du contrôle musculaire se produit sur le corps du hérisson, ce qui le pousse à marcher en chancelant (ataxie), d’où le nom du syndrome.

Il est important de préciser que la maladie du hérisson bancal peut facilement être confondue avec le syndrome vestibulaire : il faut donc le prendre en compte lors des possibles diagnostics différentiels.

Lorsque la symptomatologie et le balancement font leur apparition, les animaux commencent à avoir du mal à vivre une vie normale. La perte de poids survient lors des premières étapes de la maladie, en raison des difficultés pour accéder à la mangeoire.

Normalement, les animaux meurent entre un mois et un an après l’apparition des premiers symptômes. La survie dépend en grande mesure des soins palliatifs que l’on donne au hérisson.

Traitement et soins

Même s’il n’existe pas de traitement spécifique, offrir au hérisson des soins fondamentaux améliorera et prolongera notablement sa qualité de vie.

Alimentation

Il faudra fournir une alimentation de haute qualité au hérisson, avec des insectes ou du blanc de poulet/dinde cuit et sans peau. Par ailleurs, nous devons compléter son menu par de petits morceaux de fruits et de légumes cuits au four ou bouillis.

Il est recommandé de fournir à notre animal un supplément d’acides gras oméga-3 et oméga-6. Enfin, un complexe vitaminique est tout autant recommandé.

À un stade avancé de la maladie, l’alimentation assistée peut devenir nécessaire car l’animal a du mal à manger tout seul. Par ailleurs, l’abreuvoir doit se composer d’un bec pour que le hérisson puisse boire facilement.

Pour l’alimentation assistée, le mieux est d’opter pour une bouillie maison administrée à travers une seringue. Cette bouillie peut être élaborée à partir des aliments habituels de son menu et complétée avec des éléments pertinents.

Nous devons particulièrement surveiller son hydratation lors des phases avancées de sa maladie. Les hérissons se déshydratent rapidement. Nous devrons donc essayer de toujours avoir une seringue d’eau à disposition pour lui en donner fréquemment.

Physiothérapie

Maintenir la musculature du hérisson dans le meilleur état possible est important pour ralentir la progression de la maladie. Nous y parviendrons en réalisant des massages au niveau des pattes de l’animal pour essayer de conserver un tonus musculaire.

Les massages au niveau de l’abdomen du hérisson sont également recommandés. Nous pouvons caresser tout doucement son ventre, qui est doux et n’a pas de pics, pour stimuler la motilité gastro-intestinale.

Huff le hérisson.

En résumé, l’article d’aujourd’hui est un peu triste car il n’y a jamais rien de réjouissant à parler de maladies sans traitement. Nous espérons malgré tout que ces conseils vous seront utiles et, si votre petit animal souffre malheureusement de ce syndrome, que vous pourrez lui apporter de bons soins et prolonger sa qualité de vie le plus longtemps possible.