10 reptiles non recommandés pour les débutants

Chaque espèce de reptile est unique. Par conséquent, lors de l'acquisition de l'un de ces animaux, il est fortement recommandé de tout rechercher à son sujet. Vous vous assurez ainsi que c'est le meilleur choix comme animal de compagnie.
10 reptiles non recommandés pour les débutants

Dernière mise à jour : 25 novembre, 2021

Contrairement à d’autres animaux, les reptiles ne sont généralement pas affectueux. Malgré cela, grâce à leurs couleurs et apparence curieuses, certains spécimens attirent beaucoup l’attention, c’est pourquoi ils sont devenus populaires comme animaux de compagnie. Mais attention… Certains d’entre eux ne sont pas recommandés pour les débutants.

Tous les animaux ont des besoins fondamentaux différents, mais certains sont plus sensibles à certaines situations qui peuvent leur être fatales. C’est pourquoi il vaut mieux éviter d’avoir des reptiles aux soins délicats lorsque l’on débute dans le monde de la terrariophilie.

Les reptiles sont-ils de bons animaux de compagnie ?

Les reptiles sont des animaux aux caractéristiques ancestrales évidentes. Certains semblent être de « petits dinosaures » à première vue. Leurs traits et leurs couleurs incroyables en font des animaux de compagnie originaux qu’il est bon de garder à la maison.

De plus, ces animaux nécessitent généralement moins de soins et d’attention qu’un chien ou un chat, ce qui les rend parfaits pour les personnes disposant de peu de temps pendant la journée. Cependant, pour les élever, un terrarium avec des paramètres spécifiques est nécessaire, ce qui implique généralement un investissement financier important.

Cela ne veut pas dire que posséder un reptile coûte cher, car certaines espèces ne nécessitent pas beaucoup de soins pour survivre. Si vous choisissez bien votre animal de compagnie, soyez assuré que vous aurez un compagnon fidèle qui saura s’adapter à vos besoins et à votre poche.

Les types de reptiles non recommandés pour les débutants

Certains types de reptiles nécessitent des soins stricts, de sorte que toute erreur ou variation dans leur environnement pourrait être mortelle. En effet, les changements de température, d’humidité, de nourriture, d’éclairage, la taille de leur habitat ou la décoration conditionnent leur existence.

Le maître d’un reptile doit connaître tous les paramètres importants pour l’animal, ce qui signifie passer du temps à les apprendre et à s’y adapter. Chaque espèce a un degré de difficulté différent, ce qui signifie qu’elles ne sont pas toutes faciles à garder en captivité. Découvrez ci-dessous quelques spécimens à éviter si vous êtes encore débutant.

1. Les iguanes, des reptiles non recommandés pour les débutants

Il est très probable que leur ressemblance avec les lézards puisse vous faire penser qu’ils sont faciles à entretenir, ce qui n’est pas vrai. Pour commencer, vous devez garder à l’esprit que les iguanes grandissent beaucoup et qu’il vous faudra un habitat assez vaste pour qu’ils se développent correctement.

De plus, ces animaux ne sont pas sociables et leur manipulation peut être compliquée et dangereuse. N’oubliez pas qu’au début, ils peuvent vous voir comme une menace, ils essaieront donc de vous mordre si vous les dérangez.

Il est vrai que certains éleveurs nouent des liens très forts et amicaux avec les iguanes. Mais pour y parvenir il faut avoir beaucoup de patience et d’expérience.

Par ailleurs, l’alimentation de ce reptile doit être très bien équilibrée et très variée à base de fruits. Dans certaines régions, cela implique un coût élevé.

De manière générale, les plus grosses difficultés associées à l’élevage d’un iguane sont le prix de son entretien et de ses soins.

Un des reptiles non recommandés pour les débutants.

2. Le python réticulé (Python reticulatus)

Ces spécimens sont gigantesques. Ils peuvent mesurer jusqu’à 7 mètres et peser jusqu’à 158 kilogrammes. Pour cette raison, le python réticulé est une espèce difficile à élever et qui a besoin d’un grand espace pour vivre. Dans certains cas, cet animal a besoin d’une pièce entière pour vivre, vous devez donc en tenir compte avant d’en acquérir un.

Ces pythons grandissent assez vite et atteignent donc leur taille maximale en un rien de temps. De plus, ces spécimens ne montrent pas d’affection envers leurs maîtres, ce qui signifie que si vous ne faites pas attention, vous pouvez subir un accident en les manipulant. Plusieurs cas mortels ont été enregistrés.

Cela ne veut pas dire qu’il est impossible d’élever ce reptile, mais il faut de l’expérience pour savoir quoi faire en cas d’urgence. En fin de compte, ces animaux ne suivent que leur instinct, vous devez donc très bien comprendre votre animal pour savoir comment interagir avec lui.

Un python réticulé sur fond blanc.

3. Le varan du Nil (Varanus niloticus)

Cet énorme lézard peut mesurer plus de 2 mètres de long, ce qui en fait une autre espèce difficile à garder en captivité. De plus, il aime bien grimper et nager, ce qui est assez difficile à offrir dans un habitat artificiel. Le principal de la vie de cet animal en captivité est donc d’entretenir son habitat.

Par ailleurs, il n’aime pas être manipulé et est capable d’attaquer son maître et de le blesser. Il est difficile d’établir une relation affectueuse entre une personne et un reptile, car cela dépend beaucoup du tempérament de ce dernier. En fin de compte, vous devez être conscient que vous ne pouvez pas le traiter comme un simple animal de compagnie.

Le varan du Nil fait partie des reptiles non recommandés pour les débutants.

4. Les caméléons

Bien qu’ils puissent sembler être de beaux animaux faciles à entretenir, la réalité est que ces reptiles sont assez sensibles au changement. Le problème des caméléons est le stress qu’ils subissent du fait des mauvaises conditions de leur habitat, ce qui entraîne des maladies et une mort possible.

Il y a 3 points essentiels pour leurs soins, puisque leur santé en dépend. Le premier est l’humidité de leur environnement, qui doit être assez élevée. La seconde est la température et l’exposition à la lumière ultraviolette, car les reptiles ont besoin de ces deux paramètres pour que leur métabolisme fonctionne correctement.

Enfin, le troisième point est la décoration de l’habita. Ce sont des reptiles timides qui ont besoin d’un endroit pour se cacher.

Les caméléons aux habitudes arboricoles ont besoin de bûches ou d’une structure pour grimper. Cela a pour objectif de simuler leur environnement naturel, et ainsi de réduire considérablement leur stress.

Quelles sont les maladies les plus courantes chez les caméléons ?

5. Les tortues font partie des reptiles non recommandés pour les débutants

Cela peut vous sembler étrange, car les tortues sont vendues comme si elles étaient faciles à élever. Cependant, tout n’est pas si simple, puisqu’il faut tenir compte de la taille et de la durée de vie du spécimen.

Jeunes, les tortues peuvent vivre dans de très petits aquariums. Mais à mesure qu’elles grandissent, elles ont besoin de beaucoup plus d’espace pour se déplacer facilement.

En plus de cela, les tortues domestiques vivent pendant environ 20 ans en moyenne. Des maîtres irresponsables finissent par les libérer, une situation qui a provoqué un problème écologique dans certains pays.

Prendre soin d’un animal de compagnie peut sembler simple au premier abord. Cependant, tout le monde n’est pas prêt à assumer une responsabilité qui durera des années car, avec le temps, l’entretien a tendance à devenir fastidieux et répétitif.

Un des reptiles non recommandés pour les débutants.

6. Le tégu noir et blanc (Salvator merianae)

L’hygiène et la voracité de cet énorme lézard rendent difficile le maintien de sa santé. Comme si cela ne suffisait pas, ce reptile a besoin d’un habitat doté de plates-formes, de lumière ultraviolette, d’humidité et d’un large espace pour se promener. Cela signifie que sa prise en charge est très spécifique et qu’il faut être très attentif aux conditions de son habitation.

De plus, lorsqu’il mange, il salit généralement tout son habitat. Par conséquent, si cet habitat n’est pas bien nettoyé, des bactéries ou des champignons nocifs peuvent se développer.

Le tégu fait partie des reptiles non recommandés pour les débutants.

7. Les crocodiles

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, s’occuper de bébés crocodiles est assez simple pour des tuteurs expérimentés. Dans certains pays comme le Mexique, il est permis d’avoir ces spécimens comme animaux domestiques.

Le principal défi de leur vie en captivité est leur taille. Si au début il est simple de les entretenir, au fur et à mesure qu’ils se développent, un problème d’espace survient. De plus, les crocodiles sont des êtres aquatiques et une grande quantité d’eau à une certaine température est nécessaire pour les maintenir en bonne santé.

Comme si cela ne suffisait pas, lorsque le reptile dépasse un mètre de long, sa morsure est mortelle. Cela signifie qu’après un certain temps, vous devrez vous rendre chez un expert pour que l’animal soit transféré dans un endroit où il pourra être soigné. Autrement vous et votre famille courez le risque de subir un accident.

Combien de dents a un crocodile ?

8. Les anacondas

Comme vous pouvez l’imaginer, les anacondas ne sont pas un bon choix pour les gardiens débutants, car ce sont les boas les plus lourds du commerce. De plus, étant des animaux semi-aquatiques, ils ont besoin d’un espace gigantesque pour rester en bonne santé ; leur habitat doit contenir des zones d’eau et de terre.

Comme si cela ne suffisait pas, ces spécimens ont tendance à avoir un tempérament terrible, ce qui signifie qu’il n’est pas facile de les manipuler. Par conséquent, pour garder un anaconda, vous aurez besoin de beaucoup d’expérience et d’un budget important, car sa nourriture et son habitat sont coûteux.

Comment naissent les serpents ?

9. Les serpents venimeux figurent parmi les reptiles non recommandés pour les débutants

Les serpents venimeux font partie des reptiles exotiques les plus difficiles à entretenir. Toute leur difficulté réside dans leur manipulation et leur sécurité. Cela signifie que vous devez non seulement faire attention à maintenir les besoins de votre animal, mais vous devez également être prêt à faire face à tout événement mettant votre vie en danger.

En résumé, pour avoir un serpent, il faut apprendre à manipuler des reptiles venimeux afin de savoir quoi faire en cas d’urgence. De plus, vous devez vous assurer que le spécimen ne peut pas s’échapper, un habitat résistant est donc nécessaire. Pour ces raisons, les serpents venimeux ne seront jamais un bon choix si vous êtes débutant.

Comment naissent les serpents ?

10. Le varan malais (Varanus salvator)

La principale complication de la vie en captivité de cet animal est liée à la taille de ce dernier, qui peut mesurer jusqu’à 3 mètres de long. En plus de cela, ce reptile n’est pas à l’aise avec les intrus. Ainsi, si vous ne faites pas attention, il peut vous attaquer lorsque vous essayez de le manipuler.

Cela signifie que les varans ont besoin d’un grand habitat dans lequel vivre, avec la décoration et les accessoires nécessaires pour qu’ils se développent pleinement. De même, ils ne doivent pas être forcés à établir un contact, vous devez donc faire preuve de patience et acquérir de l’expérience.

Cet animal n’est pas un bon choix pour les débutants, car il faut être habitué à manipuler de très gros reptiles avec des griffes et des mâchoires puissantes.

Un varan sur fond blanc.

En résumé, les reptiles peuvent être d’excellents animaux de compagnie s’ils sont choisis avec soin. Cela ne signifie pas que vous ne pourrez jamais avoir aucune des spécimens précédents, mais en tant que débutant, vous devriez commencer par des animaux plus simples pour acquérir de l’expérience.

Par ailleurs, choisissez un animal adapté à vos besoins. Et ce, afin de pouvoir lui offrir une vie bien remplie.

Cela pourrait vous intéresser ...
Chats et reptiles : la cohabitation est-elle possible ?
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Chats et reptiles : la cohabitation est-elle possible ?

La cohabitation entre chats et reptiles est très compliquée. Nous vous invitons ici à découvrir comment éviter une catastrophe.



  • Luna-Reyes, R., Canseco-Márquez, L., Hernández-García, E., & Comisión Nacional para el Conocimiento y Uso de la Biodiversidad. (2013). Los reptiles. Comisión Nacional para el Conocimiento y Uso de la Biodiversidad (Ed.). La biodiversidad de Chiapas, Estudio de Estado: México. Comisión Nacional para el Conocimiento y Uso de la Biodiversidad (CONABIO)/Gobierno del Estado de Chiapas, 319-328.
  • Rodríguez Molano, H. R. (2015). Manual de diagnóstico y tratamiento de neumonías en saurios y quelonios, mantenidos como mascotas no convencionales. Universidad de La Salle.
  • Viñas, M., & Gnida, G. (1985). Sobre el comercio de anfibios y reptiles en la Argentina. Boletín de la Asociación Herpetológica Argentina, 2.
  • Fuentes-Mascorro, G. EMPLEO DE REPTILES SILVESTRES EN OAXACA. Estudios sobre la fauna silvestre de México y las interacciones humano-animal, 78.
  • Hernández Cordero, A. (2019). Serpientes: atención y cuidados en cautiverio. Universidad Autónoma del Estado de México.