L'allaitement chez les animaux de ferme

L'allaitement des animaux d'élevage est soumis à des conditions qui favorisent la production de lait en grandes quantités, bien plus qu'une mère n'en produirait pour ses petits dans la nature.
L'allaitement chez les animaux de ferme

Dernière mise à jour : 28 février, 2021

L’allaitement revêt une double importance sanitaire et économique pour les élevages. Une gestion réussie de l’élevage implique de trouver un équilibre difficile à trouver lié à la période de sevrage. L’avancer ou le retarder augmente ou diminue la quantité de lait à vendre et le risque pour la santé des animaux.

L’importance du colostrum pour les animaux d’élevage

Les espèces de ruminants, en raison des caractéristiques particulières de leurs placentas, naissent pratiquement sans anticorps dans leur sang. Les nouveaux -nés sont particulièrement sensibles aux maladies infectieuses. Pour cette raison, ils dépendent de l’ingestion de colostrum maternel pour le transfert passif de leurs anticorps.

Le colostrum ou premier lait maternel est leur premier vaccin d’origine naturelle. La manière la plus fréquente de « caler » les progénitures des ruminants est de fournir du colostrum de leur mère ou d’un pool de mères dans un biberon.

Il est également commun de laisser les petits à leur mère les premiers jours après l’accouchement. Pour référence, on estime que les ruminants devraient consommer une quantité de colostrum équivalant à 10 à 12 % de leur poids pendant leurs premières heures de vie.

Qu’apporte le colostrum ?

En plus des anticorps, le colostrum est une source de nutriments et de facteurs de croissance qui contribuent à la maturation du tube digestif. Il est intéressant de savoir que l’intestin grêle d’un veau nouveau-né est perméable, c’est-à-dire qu’il est « ouvert » au passage de substances.

Pour cette raison, la progéniture absorbe les immunoglobulines maternelles contenues dans le colostrum. Malheureusement, cette caractéristique est contre-productive, car elle peut également absorber les agents pathogènes pathogènes de l’environnement.

Ainsi, un allaitement précoce et suffisant du colostrum est le premier soin devant être fourni aux nouveau-nés pour leur santé et leur survie ultérieures. Le colostrum est également riche en graisses et fournit ainsi de l’énergie aux jeunes animaux.

La reproduction des vaches.

Le processus d’allaitement chez les chèvres

La durée approximative de l’allaitement chez les chèvres de ferme est d’environ 250 jours. Et la production d’une chèvre pesant 40 kilos est de 1 à 2,5 litres par jour.

Dans tous les cas, la production de lait est influencée par différents facteurs tels que la race, l’âge et le nombre de livraisons, entre autres. En règle générale, les chèvres devraient bénéficier d’un repos de 60 à 70 jours sans allaitement.

Une fois le bébé né, l’heure de l’allaitement est décidée. Plus le temps passé avec la mère est élevé, plus le niveau d’immunocompétence du veau est élevé.

Le cycle d’allaitement chez les vaches

La production initiale de lait immédiatement après l’accouchement est plutôt modérée, autour de 10 litres. Dans les deux ou 3 semaines suivantes, la production peut atteindre un pic 40 litres par jour. De là, la production diminue  jusqu’à ce qu’une nouvelle naissance approche, moment où elle s’arrête.

Pour simplifier les choses : lorsque la vache met bas, la traite commence. Au bout de 60 jours, elle retombe enceinte. Le lait est trait pendant 240 jours de plus. Vient ensuite une période de séchage des mamelles pendant 50-60 jours pour le séchage et une autre naissance a lieu.

Cette période de séchage permet à la vache de reprendre de l’énergie avant l’arrivée d’un nouveau veau lorsqu’un nouveau cycle est redémarré. Certaines vaches produisent 20 000 litres pendant l’allaitement qui dure de 9 à 10 mois qu’elle dure, bien que la normale soit de l’ordre de 12 000.

Les vaches laitières.

Le sevrage, la phase la plus délicate de l’allaitement

S’il n’est pas pratiqué correctement, le sevrage est une étape à haut risque pour la survie de la progéniture. Chez les chèvres, il existe plusieurs façons de sevrer :

  1. Le sevrage précoce : Le veau est séparé de la mère après quelques semaines. Ce type de sevrage est utilisé dans les élevages techniques pour obtenir le niveau maximum de production de lait des adultes. C’est une caractéristique de l’élevage intensif.
  2. Le sevrage normal : Le veau est séparé de la mère après sa petite enfance. C’est la méthode la plus utilisée dans les pratiques d’élevage extensif.
  3. Le sevrage tardif : Le veau est séparé de la mère comme cela se produirait dans la nature. Cette méthode de sevrage est surtout utilisée dans les centres de sélection génétique des meilleurs animaux.

Le sevrage est l’une des étapes les plus délicates de l’élevage, car les veaux manquent de lait, ils sont obligés de s’adapter à de nouveaux aliments. Pendant ce temps, ils s’affaiblissent et deviennent plus sensibles aux maladies et infections parasitaires.

Comme nous l’avons vu, la production de lait dans les installations humaines est loin d’être le processus naturel. Sans aller plus loin, 48 heures après leur naissance et après avoir consommé du colostrum, les veaux commencent à être nourris avec un sérum spécifique.

Le lait est un aliment largement consommé dans le monde. Mais il implique une modification du cycle de vie naturel des animaux impliqués dans son obtention.

Cela pourrait vous intéresser ...
La fièvre Q, une arme biologique possible
My AnimalsLisez-le dans My Animals
La fièvre Q, une arme biologique possible

La fièvre Q est une maladie causée par une bactérie parasite intracellulaire. Cette pathologie affecte tous les types de mammifères domestiques et ...