4 choses à savoir pour prendre soin des chèvres

04 décembre, 2019
Les chèvres sont des animaux intelligents et sympathiques dotés d'un fort caractère. Si vous songez à acheter une chèvre, il est important de savoir comment en prendre soin. Voici donc les principaux aspects auxquels il faut faire attention lorsque vous décidez d'adopter l'un de ces animaux.

Prendre soin des chèvres peut être une activité amusante. La plupart des gens pensent à acheter des chèvres pour le lait, mais également pour le divertissement et la compagnie. Bon nombre d’entre eux veulent même en profiter pour tondre les mauvaises herbes.

Cependant, avant d’acquérir une chèvre, il faut savoir comment la maintenir en bonne santé. Voici donc 4 choses importantes à connaître.

Physiologie des chèvres

Les femelles adultes de race moyenne à grandes -y compris les chèvres alpines, majorera, de Malaga, de Murcie, palmera ou des Pyrénées- pèsent généralement entre 60 et 80 kilos. Les mâles adultes des mêmes races pèsent entre 80 et 100 kilos. D’autres races plus petites comme la serrana, la verata et la retinta pèsent environ 45 kilos.

Les chèvres peuvent vivre entre 12 à 14 ans.

Par ailleurs, soulignons que l’on peut traire une femelle jusqu’à 2 fois par jour. Le lait de chèvre est très apprécié et sa composition est légèrement différente de celle du lait de vache.

Une femme qui sait prendre soin des chèvres

Prendre soin des chèvres : leurs besoins nutritionnels

1. De l’eau fraîche

Il doit toujours y avoir de l’eau propre pour les chèvres car elles en consomment entre 2 et 15 litres par jour. Comme elles sont très agitées, il est préférable d’utiliser des récipients lourds afin qu’elles ne renversent pas l’eau lorsqu’elles donnent des coups.

2. Des minéraux pour prendre soin des chèvres

Les minéraux sont essentiels pour la nutrition quotidienne. Il est important de savoir que, si vous élevez des chèvres et des moutons ensemble, vous devez vous assurer que les minéraux employés sont adéquates pour les deux espèces.

En effet, les brebis ne tolèrent pas le cuivre alors qu’il s’agit d’un complément essentiel pour les chèvres. La carence en cuivre chez ces animaux peut entraîner de nombreux problèmes de santé. Par conséquent, dans le cas d’un élevage conjoint de caprins et d’ovins, il est sera nécessaire d’alimenter séparément les caprins.

3. Alimentation

Les chèvres sont des ruminants. Autrement dit, ce sont des animaux dotés de 4 chambres dans leur estomac, qui se nourrissent principalement de foin ou d’herbe. Ils ont besoin d’au moins 8 heures de pâturage par jour.

Une chèvre qui broute

Le meilleur fourrage comprend le trèfle et les herbes mixtes. Si vous utilisez uniquement des graminées fourragères, faites attention à ne pas sur-doser. En outre, avant que vos chèvres aient accès au pré, assurez-vous que ne s’y trouvent pas de plantes toxiques pour elles.

Il est fortement recommandé de prendre contact avec la municipalité afin d’obtenir une liste complète des plantes caprines toxiques de votre région.

D’autre part, ces ruminants préfèrent manger des feuilles, des mauvaises herbes et des ronces. Sachez que de nombreuses plantes ornementales, comme le rhododendron, peuvent être fatales pour ces animaux.

Les céréales sont très riches en graisses et provoquent des calculs rénaux, surtout chez les femelles. C’est pourquoi, nous vous conseillons de ne pas nourrir les chèvres avec des céréales trop souvent.

Néanmoins, les céréales peuvent être utiles pour compléter l’absence d’herbe. Elles sont essentielles également pour les chèvres avec des problèmes dentaires ou une perte de poids.

Comment gérer les chèvres ?

1. Garder son calme pour prendre soin des chèvres

Au moment de prendre soin des chèvres, il vaut mieux être très calme et doux car ce sont des animaux nerveux de nature. Elles sont facilement effrayées par les cris ou les manipulations brutales.

Par conséquent, il est recommandé d’utiliser un licol ou une corde. En outre, si elles ont des cornes, vous pouvez les tenir avec celles-ci pour les contrôler bien que certaines n’aiment pas ça.

2. Fournir un abri

Les chèvres ont besoin d’un abri couvert, pas seulement d’une remise. Nous vous coonseillons également des sols en terre avec une bonne ventilation, mais sans courants d’air.

De même, elles doivent pouvoir s’allonger sur une paille suffisamment abondante, propre et sècheRappelez-vous que la paille doit être changée tous les jours.

3. Installer un enclos

En plus d’un abri adéquat, le soin des caprins comprend également de fournir un espace extérieur clos. La clôture idéale est un fil de fer vrillé de 4 pieds de hauteur.

 

Les clôtures des champs, qui disposent de grandes ouvertures carrées, représentent un risque pour les chèvres. En particulier pour celles qui ont des cornes dont la tête peut rester coincée. Il est donc judicieux de vérifier régulièrement s’il n’y a pas de trous creusés sous la clôture.

4. Moyen d’attache

Il est déconseillé d’attacher les chèvres -avec une longue laisse– parce que cela peut être stressant pour elles. Les attacher peut être également très dangereux car elles peuvent se pendre accidentellement.

Prendre soin des chèvres : jour après jour

Prendre soin de ces animaux peut être une tâche facile. Les maintenir dans un abri propre, leur fournir du fourrage de bonne qualité, des aliments nutritifs et beaucoup de soleil aide considérablement à réduire les problèmes de santé.

L’un des soins de routine consiste à couper leurs onglons toutes les 4 à 6 semaines. Cela est indispensable car la négligence des sabots peut entraîner la boiterie et des infections. Il s’agit d’une procédure simple que votre vétérinaire pourra vous apprendre à réaliser.

Par ailleurs, lors de vos contacts quotidiens avec vos bêtes, essayez d’être toujours attentifs à tout changement physique ou comportemental. Les symptômes qui signalent une maladie comprennent une perte d’appétit, la boiterie, de l’apathie, une difficulté à respirer, des diarrhées, des yeux qui coulent, et une température corporelle anormale. Si l’un de ces symptômes se manifestent, consultez immédiatement le vétérinaire.

Enfin, assurez-vous que vos chèvres soient vaccinées contre la rage, le tétanos et le clostridium (CTD). Le vaccin antirabique peut entraîner un affaiblissement chez ces animaux. Les autres vaccins doivent donc être administrés au moins un mois avant ou après le vaccin contre la rage.

 

  • Barroso, F. G. (1988). Estudio sobre el comportamiento alimentario y social de la cabra doméstica en el sureste árido español (Doctoral dissertation, Universidad de Granada).
  • Seguí, B., Payeras, L., Ramis, D., Martínez, A., Delgado, J. V., & Quiroz, J. (2005). La cabra salvaje mallorquina: origen, genética, morfología, notas ecológicas e implicaciones taxonómicas. The majorcan wild goat: origin, genetic, morphology, ecological notes and taxonomic implications. Bolletí de la Societat d’Història Natural de les Balears, 48, 121-151.
  • Vives, J. A., & Baraza, E. L. E. N. A. (2010). La cabra doméstica asilvestrada (Capra hircus) en Mallorca ¿Una especie a erradicar? Galemys, 22, 193-205.
  • Mancilla Leytón, J. M. (2014). El papel de la cabra doméstica (Capra hircus L.) en la estructura y conservación del Monte Mediterráneo. Ecosistemas, 23(2).