5 curiosités sur l'intelligence des chats

26 août, 2020
Si vous vous êtes déjà demandé ce qu'il se passait dans la tête de votre chat en l'observant, vous n'êtes pas seul. Les études cognitives sur les animaux sont à l'ordre du jour.

Les chats sont incroyablement agiles et habiles. Ils peuvent en effet sauter cinq fois leur taille tout en gardant de l’équilibre grâce à leur queue. Ils sont également capables de courir jusqu’à la vitesse de 30 kilomètres à l’heure. Bien sûr, ces sursauts d’énergie se reconstituent via un sommeil allant jusqu’à dix-huit heures par jour !

Même leurs moustaches, que nous trouvons jolies, ont une fonction pratique : mesurer la taille d’un trou pour déterminer si leur corps peut passer.

Comme chez l’homme, tout le traitement de l’information qui permet au chat d’acquérir une compétence exquise est lié au contrôle neural et à sa capacité d’apprentissage.

Voici 5 exemples de la façon dont l’intelligence des chats peut aller bien au-delà de ce que l’on pense au départ.

1. Les chats ont une remarquable capacité à apprendre de l’expérience

L’intelligence est définie comme la capacité d’apprendre d’une expérience, de retenir ces connaissances et de les utiliser pour résoudre des problèmes dans un nouvel environnement. L’organe qui assure la médiation de ces fonctions est le cerveau.

En ce sens, on sait que le cerveau félin occupe environ 0,9 % de sa masse corporelle. Cependant, la chose la plus importante pour évaluer l’intelligence d’une espèce est le pliage de la surface et de la structure du cerveau, et non sa taille.

Les chats adorent jouer.

 

2. La structure du cerveau félin est très similaire à celle des humains

Il est intéressant de savoir que le cortex cérébral régit non seulement les fonctions supérieures de la pensée rationnelle, mais aussi la résolution des problèmes. C’est également la zone de stockage pour la mémoire à court et long terme.

En outre, la mémoire est la façon dont le cerveau stocke, se souvient et utilise les informations apprises lors d’expériences passées. La mémoire à long terme nous rappelle le “quoi”, le “où” et le “quand” de chaque expérience et événement de la vie.

Il est surprenant de savoir que des études scientifiques ont montré que les chats peuvent se souvenir et utiliser des informations provenant de “quoi” et “où” d’expériences vécues.

Ces chats ont environ deux fois plus de neurones dans leur cortex cérébral que les chiens, qui est la zone du cerveau responsable du traitement des informations.

3. Ce n’est pas votre imagination : les chats peuvent garder un objet à l’esprit et raisonner l’endroit où il pourrait se trouver

Selon plusieurs études, les experts en comportement animal estiment que l’intelligence d’un chat adulte est comparable à celle d’un enfant humain de 2 ans.

À cet égard, plusieurs tests de laboratoire ont montré que les chats ont une reconnaissance de “permanence d’objet”. C’est-à-dire qu’ils sont conscients de l’existence d’objets qui ne sont pas directement visibles. Ils savent donc que si un objet est hors de vue, cela ne signifie pas qu’il a disparu à jamais.

4. Ils peuvent aussi comprendre nos gestes

Si les chats ne comprennent pas ce que vous dites avec vos mots, ils peuvent capter vos gestes. Les chercheurs ont découvert qu’ils comprennent les gestes humains et qu’ils les suivent pour trouver de la nourriture.

Dans une étude de 2005, un test a été réalisé pour confirmer cette idée :

  • Les scientifiques ont présenté aux chats deux bols fermés, dont l’un contenait de la nourriture pour chats et l’autre était vide
  • Les chats pouvaient s’approcher et choisir un des bols tandis qu’un chercheur montrait le bol avec la nourriture à l’intérieur
  • Presque tous les chats ont suivi le signal, ont choisi le bon bol et ont reçu la récompense sous forme de nourriture

Cela suggère qu’ils possèdent ce que les scientifiques appellent une “théorie de l’esprit”, c’est-à-dire la capacité d’attribuer des connaissances, des désirs et des intentions à d’autres personnes. Dans ce cas, les chats ont découvert que le scientifique “pointeur” essayait de leur montrer quelque chose.

Les chats interagissent beaucoup avec leur maître.

 

5. Des félins compteurs

Les chats savent compter ! Eh bien, pas exactement. Une étude a examiné la capacité des chats domestiques à distinguer l’image en deux et trois points pour la nourriture :

Les résultats ont montré qu’ils peuvent être formés pour distinguer les deux quantités. Les auteurs de la recherche concluent que les chats n’utilisent pas spontanément les informations numériques. Plus que cela, ils semblent lier des images qui varient en fonction de la quantité pour résoudre la tâche.

Toutes ces données montrent que les félins domestiques ont un certain degré de compréhension, d’assimilation et de résolution des problèmes. C’est pourquoi il est essentiel de traiter notre animal de compagnie avec intégrité, affection et compréhension. Ils comprennent à la fois le bien et le mal.

 

  • Shreve, K. R. V., & Udell, M. A. (2015). What’s inside your cat’s head? A review of cat (Felis silvestris catus) cognition research past, present and future. Animal cognition, 18(6), 1195-1206.https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26154131
  • Lewis, A., & Berntsen, D. (2020). Pet memoirs: The characteristics of event memories in cats and dogs, as reported by their owners. Applied Animal Behaviour Science, 222, 104885.
  • Roth, G. & Dicke, U. (2005). Evolution of the brain and intelligence. Trends in cognitive sciences, 9(5), 250-257.
  • Pisa, P. E. & Agrillo, C. (2009). Quantity discrimination in felines: a preliminary investigation of the domestic cat (Felis silvestris catus). Journal of Ethology, 27(2), 289-293
  • Takagi, S., Tsuzuki, M., Chijiiwa, H., Arahori, M., Watanabe, A., Saito, A., & Fujita, K. (2017). Use of incidentally encoded memory from a single experience in cats. Behavioural processes, 141, 267-272.
  • Miklósi, Á., Pongrácz, P., Lakatos, G., Topál, J. & Csányi, V. (2005). A comparative study of the use of visual communicative signals in interactions between dogs (Canis familiaris) and humans and cats (Felis catus) and humans. Journal of comparative psychology, 119(2), 179.