Ce qu'il faut savoir sur les dents des chats

08 juin, 2020
Les dents des chats sont essentielles dans toutes leurs activités quotidiennes ; prévenir les problèmes dentaires de votre compagnon félin doit donc faire partie de votre liste de priorités.

La santé des dents des chats est importante pour tous types d’activités : manger, chasser, mordre des jouets… Au fur et à mesure que le félin vieillit, le risque de le voir développer différentes formes de maladies dentaires augmente.

Données à connaître sur les dents des chats

Tout comme les humains, les chats ont deux dentitions dans leur vie. La première se compose de 26 dents de lait ; elles apparaissent autour des trois semaines de vie. Ces dents sont très aiguisées, presque comme des aiguilles, et tomberont à partir des quatre mois de vie.

Par ailleurs, la dentition permanente se compose de 30 dents. Cette dentition du chat se caractérise par des canines très développées, en comparaison avec leurs incisives.

La forme de leurs molaires est également caractéristique ; elle est faite pour déchiqueter l’aliment et le couper, et non pour le mâcher, comme cela se produit avec les molaires humaines.

Les dents des chats sont constituées de matière osseuse : la dentine et l’émail qui recouvrent la couronne et le cément qui recouvre la racine. On retrouve aussi les tissus blancs de la dent, qui incluent la pulpe avec les vaisseaux sanguins et les nerfs.

Si un chat souffre d’une maladie orale, cette dernière est généralement due à l’une de ces quatre causes : maladie périodontale, cancer oral, stomatite féline ou résorption dentaire. Parmi ces quatre maladies orales félines, la résorption dentaire est la plus commune.

Un examen des dents des chats

Qu’est-ce qui caractérise la résorption dentaire ?

En général, dans un processus de résorption, la structure originale s’estompe progressivement jusqu’à se remodeler. Ainsi, dans la résorption dentaire, une destruction graduelle des dents des chats se produit. Le processus est extrêmement douloureux, même si beaucoup de chats n’affichent pas de signes évidents de douleur à moins de toucher cette lésion.

Le processus commence à l’extérieur d’une dent, sur la ligne des gencivesMême si cette maladie peut se produire avec n’importe quelle dent, elle est plus commune au niveau des prémolaires de la mandibule inférieure. Extérieurement, c’est comme si le tissu des gencives poussait sur ou à l’intérieur de la dent.

On peut aussi avoir l’impression d’un trou dans la dent, ce qui explique pourquoi la résorption dentaire peut aussi porter le nom de cavité. On ne doit pas la confondre avec les caries, qui sont rares chez les chats.

Lors des dernières étapes du processus, l’émail se résorbe et la dent se fracture ou remodèle comme une formation visible – de tissu dur similaire à un os – sur la ligne des gencives.

Un chat qui montre les dents

Possibles causes de la résorption des dents chez les chats

On sait que la plaque accumulée sur la surface des dents provoque une réaction inflammatoire qui joue un rôle dans le développement de la résorption dentaire.

Même s’il n’existe pas d’études concluantes, on a suggéré l’idée que l’excès chronique de vitamine D dans l’alimentation peut être la cause – si longtemps recherchée – de la résorption dentaire chez les chats domestiques. Certains aliments industriels pour chats contiennent des niveaux de vitamine D plus élevés que ceux recommandés.

Traitement de la résorption dentaire féline

Le retrait d’une dent soumise à une résorption est le seul traitement de cette maladie. L’extraction peut être difficile à réaliser. En effet, les dents affectées sont généralement assez fragiles et ont tendance à se fracturer et se briser pendant l’opération.

Il est important de garder à l’esprit que les radiographies sont nécessaires pour confirmer le diagnostic et, en outre, visualiser les fragments de dents fracturées. On doit extraire toute la dent et tous les fragments pour éviter des infections ou d’autres problèmes.

Toutes les cliniques vétérinaires ne sont pas équipées pour traiter la résorption dentaire. Une radiographie dentaire est nécessaire, avec un équipement chirurgical et un entraînement adéquats.

 

  • Reiter, A. M., Lewis, J. R., & Okuda, A. (2005). Update on the etiology of tooth resorption in domestic cats. Veterinary Clinics: Small Animal Practice, 35(4), 913-942.
  • Reiter A, Lyon K, Nachreiner R, Shofer F. (2005) Evaluation of calciotropic hormones in cats with odontoclastic resorptive lesions. AJVR; 66: 1446-1452.
  • Vogt, A. H., Rodan, I., Brown, M., Brown, S., Buffington, C. T., Forman, M. L., … & Sparkes, A. (2010). AAFP-AAHA: feline life stage guidelines.
  • Booij-Vrieling H, de Vries T., Schoenmaker T, Tryfonidou M, Penning L, Hazewinkel H, Everts V. (2012). Osteoclast progenitors from cats with and without tooth resorption respond differently to 1, 25-dihydroxyvitamin D and interleukin-6. Research in veterinary science, 92(2), 311-316.