Pourquoi les chats ont-ils des moustaches sur leurs pattes avant ?

21 février, 2020
Saviez-vous que les chats ont des moustaches sur l'arrière de leurs pattes avant ? On les appelle les vibrisses carpiennes et elles font partie de leur sixième sens.
 

Cela vous surprend ? Les chats ont des moustaches sur leurs pattes avant et vous ne les avez peut-être pas remarquées avant aujourd’hui. Si vous ne les avez jamais vues auparavant, regardez votre chat maintenant : vous remarquerez qu’elles ressemblent exactement à celles de leurs sourcils et de leur gueule. Les vibrisses sur les pattes poussent à l’arrière de ses jambes autour du cinquième orteil.

L’anatomie des moustaches

Toutes les moustaches sont connues sous le terme technique de vibrisses. Celles qui poussent sur les pattes du chat sont appelées “vibrisses carpiennes”.

Tout d’abord, il faut reconnaître que les moustaches ne sont pas des poils communs. Sous la peau, leurs follicules pileux diffèrent du pelage ordinaire du chat tant dans leur structure que dans leur fonction.

Elles sont beaucoup plus rigides dans leur texture et sont plus profondément ancrées dans le corps du chat que la fourrure ordinaire. Une caractéristique particulière des moustaches sur les pattes est qu’elles sont exquisément sensibles ; elles sont fortement innervées et irriguées par le sang. Pour cette raison, le moindre contact avec les moustaches envoie des informations de l’environnement au cerveau.

Des moustaches de chat
 

Sait-on pourquoi les chats ont des moustaches sur leurs pattes ?

Rappelons-nous d’abord ce que sont les vibrisses et ce qu’elles font. Il s’agit de poils épais qui poussent à l’intérieur d’une cellule sensorielle et leur principale fonction est de détecter les mouvements. Et elles sont très efficaces.

Les moustaches faciales sont si sensibles qu’elles peuvent détecter même de petits courants d’air ; elles fonctionnent comme des radars. Ainsi, elles aident les chats à chasser, à s’orienter et à anticiper leurs mouvements.

Cependant, les chats ont des moustaches sur leurs pattes, non pas pour calculer l’espace qu’ils vont traverser, car c’est la fonction de leurs homologues faciales.

Celles positionnées sur les pattes avant les aident à calculer la position de leur proie. Ainsi, elles sont importantes pour les chats quand il s’agit d’attraper et de garder leur “victime” captive.

Certaines études sur les moustaches carpiennes suggèrent leur rôle dans l’ajustement de la rigidité des jambes, anticipant ainsi le passage en fonction des différents substrats qu’elles rencontrent, une fonction intéressante que nous tentons d’appliquer dans la locomotion robotisée.

Les moustaches sur les pattes sont des restes d’animaux sauvages. Bien que les chats domestiques d’aujourd’hui n’aient pas à chasser pour leur nourriture, beaucoup le font encore par choix.

Les vibrisses carpiennes, éléments clés du sixième sens du chat

Il faut se rappeler que les chats n’ont pas une vision courte particulièrement aiguisée, ce qui signifie que lorsqu’un chat est proche de quelque chose, comme une proie, il ne pourra pas voir ses petits mouvements.

 

Bien sûr, la perception dans ces circonstances peut faire la différence entre une prise réussie et un retour bredouille à la maison. Les moustaches carpiennes aident à compenser la vision féline.

Un chat chassant une souris grâce à ses moustaches

Les chats ont des moustaches parce qu’ils en ont besoin et il ne faut jamais les couper

Une autre erreur courante est de supposer que les moustaches des chats doivent être taillées. Certains chats, comme le Cornish rex, ont même des moustaches faciales bouclées, alors certains propriétaires pourraient penser qu’il ne serait pas nuisible de les redresser avec un peu de parage. C’est une erreur !

Vous ne devriez jamais tailler les moustaches d’un chat. Sans leurs poils tactiles, les chats deviennent très désorientés et effrayés.

En résumé, les vibrisses permettent aux chats de mesurer et de donner un sens à leur environnement. Les chats ont besoin qu’elles restent intactes. En effet, ils les utilisent à peu près de la même façon que nous utilisons les récepteurs tactiles au bout de nos doigts pour nous mouvoir dans le noir et nous alerter de situations potentiellement douloureuses.

 

 
  • Ahl, A. S. (1986). The role of vibrissae in behavior: a status review. Veterinary research communications, 10(1), 245-268.
  • Nilsson, B. Y., & Skoglund, C. R. (1965). The tactile hairs on the cat’s foreleg. Acta Physiologica Scandinavica, 65(4), 364-369.
  • Helbig, T., Voges, D., Niederschuh, S., Schmidt, M., & Witte, H. (2014, July). Characterizing the Substrate Contact of Carpal Vibrissae of Rats during Locomotion. In Biomimetic and Biohybrid Systems: Third International Conference, Living Machines 2014, Milan, Italy, Proceedings (Vol. 8608, p. 399). Springer.
  • Schmidt, M., Witte, H., Zimmermann, K., Niederschuh, S., Helbig, T., Voges, D., … & Steigenberger, J. (2014, September). Technical, non-visual characterization of substrate contact using carpal vibrissae as a biological model: an overview. In Proceedings of the 58th International Scientific Colloquium.