Découvrez l'effet de la glace sur les chiens

10 mars, 2020
Pendant l'été, les températures peuvent atteindre des niveaux dangereux pour nos animaux. De nombreux propriétaires veulent aider leurs chiens à faire baisser leur température, mais savez-vous quels sont les effets de la glace sur les chiens ?
 

Année après année, durant les fortes chaleurs, nous sommes enclins à offrir à notre chien quelque chose de rafraîchissant. Il peut s’agir, notamment d’eau glacée ou de glaçons. Mais est-ce bon pour lui ? Connaît-on l’effet de la glace sur les chiens ? Poursuivez votre lecture, car nous allons nous pencher sur la question dans cet article.

Le mythe de l’effet mortel de la glace sur les chiens

Il existe une croyance répandue selon laquelle il est dangereux pour les chiens de manger de la glace ou de l’eau glacée. On pense que cela produit un gonflement de l’estomac qui peut conduire au développement du syndrome de dilatation gastrique aiguë. Cette condition est, en effet, potentiellement mortelle.

Qu’est-ce que le syndrome de dilatation gastrique aiguë ou retournement de l’estomac ?

Le retournement de l’estomac est une affection grave, avec des taux de mortalité allant de 10 à 60 %. C’est le résultat de l’accumulation de gaz, de liquide ou d’une combinaison des deux dans l’estomac.

Ainsi, l’estomac se distend avec le gaz ou le liquide, et la rotation se produit le long de l’axe de l’œsophage et du cœur. Les facteurs associés à l’apparition de ce syndrome sont l’aérophagie, l’exercice physique immédiatement après avoir mangé un repas et la suralimentation.

Quelles sont les races susceptibles d’être touchées par ce syndrome ?

Les animaux les plus souvent touchés par le retournement sont les chiens de races grandes ou géantes, à poitrine profonde. Cette description inclut les Grands Danois, les Bergers allemands, les Caniches standards et les grands chiens de races mixtes.

 

Le diagnostic précoce, la stabilisation médicale, l’intervention chirurgicale et le suivi postopératoire sont des facteurs importants pour réduire le taux de mortalité.

Un chien plongeant sa tête dans la glace

L’ingestion de glace peut-elle induire ce syndrome ?

Rien ne prouve que la prise de glace ait un rapport avec le développement du retournement de l’estomac. Le véritable danger pour votre chien vient du fait que l’animal consomme trop d’eau ou le fait trop rapidement après avoir avalé une bonne quantité d’air en chemin.

Malgré l’absence de danger du syndrome, les vétérinaires ne recommandent pas de donner trop d’eau glacée à un chien après une séance de jeu intense. Pensez-y, si vous avez chaud et que vous prenez un verre d’eau glacée et que vous le buvez rapidement, que se passe-t-il ?

Ce qui devrait normalement vous soulager entraîne des douleurs et des malaises. Ce n’est peut-être pas nocif, mais pourquoi le feriez-vous à votre chien ?

Dans ces circonstances, lorsqu’ils ont chaud et soif, ils sont susceptibles de boire beaucoup d’eau très rapidement. Boire beaucoup d’eau très rapidement est un facteur de risque connu pour le ballonnement de l’estomac.

 

Pour éviter que votre chien ne soit touché par des gonflement, donnez-lui plusieurs petits repas par jour au lieu d’un ou deux gros. Ne le laissez pas boire trop d’eau à la fois et évitez de faire de l’exercice pendant au moins une heure après un repas.

La glace a-t-elle un effet dentaire sur les chiens ?

Oui, en fait, les glaçons sont une cause fréquente de dents cassées chez les chiens. Il est connu que plus le glaçon est grand et dur, plus les chances que cela se produise sont grandes.

Un chien se rafraîchissant avec de la glace

Mâcher quelque chose de dur peut souvent provoquer une usure importante de l’émail des dents. Une option consiste à proposer des glaçons plus petits pour éviter ces problèmes.

Manger de la glace chez un chien peut-il conduire à l’étouffement ?

Il est possible que votre chien s’étouffe avec un glaçon s’il ne parvient pas à le mâcher. Là encore, il est préférable de fournir de petits morceaux de glace pour éviter ce risque.

En revanche, les animaux qui ont perdu des dents ou qui ont une maladie dentaire avancée ont une capacité de mastication plus faible et un risque plus élevé d’étouffement. De même, les chiens qui ont des difficultés respiratoires ou une certaine déficience neurologique peuvent courir un risque accru de s’étouffer avec un glaçon.

 

Il est toujours sage de consulter votre vétérinaire si vous vous inquiétez de la capacité de votre chien à mâcher et à avaler des glaçons.

Puis-je utiliser de la glace sur mon chien en cas de coup de chaleur ?

Dans une situation de surchauffe, les experts déconseillent l’utilisation de la glace. L’indication pour ces cas est d’offrir de l’eau froide, mais pas de la glace. Le chien doit être refroidi progressivement pour éviter une vasoconstriction soudaine.

Lors d’un coup de chaleur, il est important de favoriser le processus de refroidissement sans délai. Il est recommandé de mouiller le chien avec de l’eau à température ambiante – en insistant sur le ventre et le dos – sauf pour la région de la tête. Ensuite, rendez-vous rapidement chez le vétérinaire.

Même si vous parvenez à contrôler un coup de chaleur chez votre chien à la maison, il est bon d’aller chez le vétérinaire pour vous assurer que votre chien n’a pas subi de dommages internes. Il est important de reconnaître les signes d’un coup de chaleur : rougeur des gencives, vomissements, halètement sévère, tremblements, confusion, difficultés respiratoires, peau chaude et salive épaisse.

 

 
  • Carrillo, J. D., Escobar, M. T., Martínez, M., Gil-Chinchilla, J. I., García-Fernández, P., & Jiménez-Peláez, M. (2016). Síndrome de dilatación-vólvulo gástrico (DVG). Clínica Veterinaria de Pequeños Animales, 36, 163-177.
  • Hernández, C. A. (2010). Emergencias gastrointestinales en perros y gatos. Revista CES Medicina Veterinaria y Zootecnia, 5(2), 69-85.
  • Bruchim, Y. (2012). Canine heatstroke. Israel Journal of Veterinary Medicine, 67(2), 92-95.
  • Eisenburger, P., & Safar, P. (1999). Life supporting first aid training of the public—review and recommendations. Resuscitation, 41(1), 3-18.