Quel était le rôle du chien dans la Préhistoire ?

09 novembre, 2020
Dans la Préhistoire, le chien était un protecteur, un berger, un chasseur et un ami de l'être humain. Découvrez quand cette relation symbiotique a été forgée.

Le chien a toujours joué un rôle très particulier dans la vie humaine, de la Préhistoire à nos jours. Animal de protection, d’élevage, de travail et de compagnie, le chien a aidé les humains depuis ses origines.

Savez-vous quand cette ancienne symbiose a commencé ? De quelles preuves disposons-nous concernant la coexistence entre les humains et les chiens ? Nous vous donnons ici les réponses à ces questions et à bien d’autres.

Dans la Préhistoire, les chiens aidaient les humains à chasser

Les peintures rupestres et les restes fossiles donnent aux archéologues des indices sur la vie de nos ancêtres. La première preuve de coexistence avec les chiens remonte à environ 11500 ans sur le continent asiatique.

Malgré cela, on pense que la coexistence et la domestication du chien ont commencé beaucoup plus tôt. L’introduction de chiens comme aides à la chasse peut expliquer la forte augmentation de lièvres et d’autres petites proies dans les vestiges archéologiques néolithiques.

Un cas particulier est le site de Shubayqa 6, dans le nord-est de la Jordanie, car les os trouvés là-bas présentaient des signes de passage dans le tube digestif d’un animal. Bien trop gros pour avoir été avalés par des humains, ils ont sans doute été digérés par des chiens qui côtoyaient les humains.

Ces chiens n’étaient pas tenus à l’écart de la colonie préhistorique. Ils étaient intégrés dans tous les aspects de la vie quotidienne. Cela expliquerait la présence de leurs restes, l’augmentation des petites proies et même les excréments fossilisés dans les sites humains préhistoriques.

Le chien est représenté dans les peintures rupestres.

Des chiens dans les peintures rupestres

Dans la péninsule arabique, il y a également des preuves  indiquant que les chiens étaient des compagnons de chasse pendant la Préhistoire. Dans ces peintures rupestres vieilles de 8 000 ans, la figure du chien apparaît à plusieurs reprises. Les chiens accompagnaient les humains pour chasser les gazelles, les bouquetins et les équidés, ou pour garder le bétail.

Le plus curieux est que ces chiens sont même représentés avec des laisses autour du cou. De plus, ils nous rappellent la race des chiens de Canaan ; tous les chiens ont des oreilles dressées, un museau court, une poitrine très anguleuse et une queue recourbée.

L’amitié du chien et de l’humain dans la Préhistoire

Les chiens n’étaient pas seulement des animaux de travail. Les vestiges archéologiques suggèrent que, déjà à l’époque préhistorique, les humains et les chiens entretenaient un lien affectif. La tombe de Bonn-Oberkassel qui date d’environ 14 000 ans contenait les squelettes d’un homme plus âgé et d’une jeune femme, ainsi que les restes incomplets de deux chiens.

Et ce n’est pas le seul fait étonnant. Les dents de l’un des chiens indiquent qu’il a souffert de la maladie de Carré. Cette maladie a probablement mis fin à sa vie, mais il semble que la maladie ait mis du temps à s’aggraver. L’animal aurait survécu plus longtemps que prévu.

Ce fait semble montrer que le chien n’a pas été abandonné, malgré le fait de ne pas être apte au travail : il aurait survécu plus longtemps grâce à l’attention et aux soins reçus de ses maîtres. En somme, la relation entre les chiens et les humains ne semblait pas seulement utilitaire ; ils en sont venus à développer des liens émotionnels et affectifs.

Bien que les chiens soient issus du loup, la domestication et la sélection artificielle ont rendu les chiens très différents des chiens préhistoriques. En fait, les chiens sont plus étroitement liés les uns aux autres qu’ils ne le sont aux loups aujourd’hui.

La relation entre le chien et l'Homme remonte à la Préhistoire.

La rétention des caractères juvéniles, la docilité et les compétences sociales acquises après des milliers d’années avec les humains, ont rendu les chiens de plus en plus liés à notre espèce, malgré leur rôle initial dans la Préhistoire en tant qu’animaux de travail.

Une ancienne symbiose

Les chiens ont appris à interpréter notre langue et à s’intégrer dans les sociétés humaines. Leur rôle va bien au-delà de l’aspect utilitaire. Ils ont même sauvé des vies dans de nombreux cas.

Une chose est claire pour nous à chaque fois que nous regardons un chien dans les yeux : la société telle que nous la connaissons aujourd’hui ne serait pas la même si cette espèce n’était pas présente dans le monde. Nous en sommes certains.

  • Lisa Yeomans, Louise Martin, Tobias Richter. Close companions: Early evidence for dogs in northeast Jordan and the potential impact of new hunting methods. Journal of Anthropological Archaeology, Volume 53, 2019, Pages 161-173, ISSN 0278-4165.
  • Maria Guagnin, Angela R. Perri, Michael D. Petraglia. Pre-Neolithic evidence for dog-assisted hunting strategies in Arabia. Journal of Anthropological Archaeology. Volume 49, 2018. Pages 225-236, ISSN 0278-4165.
  • Luc Janssens, Liane Giemsch, Ralf Schmitz, Martin Street, Stefan Van Dongen, Philippe Crombé. A new look at an old dog: Bonn Oberkassel reconsidered. Journal of Archaeological Science, Volume 92, 2018, Pages 126-138, ISSN 0305-4403.