Le comportement du dègue du Chili

On trouve ces rongeurs dans de plus en plus de foyers en tant qu'animaux de compagnie. Cela a permis une étude plus approfondie du comportement de cette espèce, que nous vous invitons à découvrir ici.
Le comportement du dègue du Chili

Dernière mise à jour : 14 août, 2021

Le protagoniste de cet article est un petit mammifère rongeur hystricomorphe qui vit dans les zones semi-arides du Chili. Nous vous invitons à découvrir le comportement du dègue du Chili (Octodon degus) dans sa vie quotidienne. Vous découvrirez ainsi pourquoi il est devenu populaire comme animal de compagnie.

Ces rongeurs peuvent vivre entre 4 et 6 ans et se nourrissent principalement d’herbes, de feuilles et de graines. Grâce à leurs pattes avant habiles (semblables à de petites mains), ils sont capables de sélectionner et de manipuler leur nourriture et de creuser leurs terriers. Ils sont également dotés d’une grande intelligence.

Le dègue du Chili, contrairement à celui des autres rongeurs, est un animal crépusculaire : il passe la majeure partie de la journée à parcourir les sols de sa région à la recherche de nourriture, et se repose la nuit.

C’est aussi un animal grégaire, affectueux, et au caractère nerveux et timide. Dans les sections suivantes, apprenez-en davantage sur son comportement dans les différents domaines de sa vie.

Exploration et surveillance

Le dègue du Chili a un fort instinct d’exploration, c’est pourquoi il passe une grande partie de son temps en dehors du terrier pour connaître son environnement. Dans la journée, des groupes coordonnés partent à la recherche d’eau et de nourriture : tandis que certains d’entre eux s’aventurent en terrain inconnu, les autres surveillent pour les avertir en cas de danger.

Plus l’espace qu’ils explorent est ouvert, plus les efforts fournis pour surveiller cet espace sont importants. En cas d’attaque, ils se mobilisent dans le refuge le plus proche pour se réorganiser et fuir.

Un dégue du Chili.

Le rythme circadien

Ces rongeurs dépendent fortement du cycle de la lumière et de l’obscurité. Et ce, car leurs principaux pics d’activité se situent à l’aube et au crépuscule. Avec le changement des heures de clarté au fil des saisons, leurs habitudes changent, comme le temps d’exposition en dehors du terrier.

La température ambiante influence également leur activité : ils sortent à des moments où la chaleur ou le froid ne sont pas sous-optimaux.

Le comportement social du dègue du Chili

Ces rongeurs sont des animaux fortement grégaires. Dans la nature, ils forment des colonies de 5 à 10 spécimens, composées principalement de femelles adultes apparentées (mères, filles et sœurs, tantes et cousines). Les mâles sont moins nombreux : il n’y en a généralement pas plus de 3 par groupe.

Les terriers souterrains dans lesquels ils vivent sont creusés de manière coordonnée. Les adultes communiquent au moyen de vocalises pour former une chaîne dans laquelle chaque individu enlève la terre que celui qui se trouve devant lui creuse. Le comportement coopératif est un comportement courant chez cette espèce.

Le dègue du Chili est un mammifère avec une enfance prolongée, car il a un système de communication et social complexe à travers le jeu qui nécessite la compagnie d’autres jeunes. Les communautés sont organisées de manière hiérarchique, ce qui leur permet d’établir un ordre à l’heure de se nourrir et de se reproduire.

La communication du dègue du Chili

Dans cette section, vous verrez comment chaque sens remplit sa propre fonction dans la communication. Le comportement du dègue du Chili repose sur l’intégration même de tous ces modes de transmission des messages, ce qui le rend encore plus complexe.

Communication visuelle

Leur vue est principalement utilisée pour lire le langage corporel. À travers les postures, ces rongeurs expriment leurs humeurs, la douleur, la maladie, la prédisposition à l’accouplement et bien plus encore.

Étant des animaux crépusculaires, ils ont un bon sens de la vue. Ils ont une vision des couleurs, mais seulement avec deux types de cônes : ultraviolet et vert. Cette première longueur d’onde, invisible pour l’homme, influence également la communication, car les poils de leur ventre et leur urine réfléchissent intensément la lumière ultraviolette.

Communication olfactive

Par l’odorat, les spécimens reçoivent des informations sur l’état de santé (ou de reproduction) de leurs congénères, en plus de leur présence.

Chez les mâles, il a également été documenté qu’ils utilisent des bains de sable pour imprégner certaines zones de leur parfum, en guise de marque. Les femelles, en revanche, n’affichent pas ce comportement de manière aussi établie.

Audition et vocalisation

Le système auditif de ces rongeurs est également bien développé, les vocalisations étant leur principal moyen de communication. Ils sont capables de distinguer les différents membres de leur groupe par le timbre de leur voix.

15 types de vocalisations ont été catégorisés chez cette espèce, avec des variations au sein de chacun selon le contexte, la hiérarchie, le sexe et la saison de l’année. Certaines catégories de sons sont propres aux relations mère-enfant, et les jeunes apprennent tout le répertoire à mesure qu’ils grandissent.

Le comportement reproducteur du dègue du Chili

Ces rongeurs ne se reproduisent qu’une fois par an, au début de la saison des pluies. La gestation dure entre 90 et 95 jours, et la lactation environ 5 semaines. Une femelle peut mettre bas entre 4 et 8 petits.

Les petits naissent précoces, c’est-à-dire qu’ils naissent assez développés et indépendants : ils ont des poils, des dents, leurs yeux sont ouverts et leur système auditif est fonctionnel. Ils restent dans le nid jusqu’à l’âge de 3 semaines.

Les mâles atteignent la maturité sexuelle à 16 semaines, tandis que les femelles à 12-16 semaines. Ils forment des groupes sociaux avec d’autres compagnons du même sexe, dans lesquels ils développent leurs compétences sociales jusqu’à ce qu’ils se dispersent.

L’allaitement et l’éducation sont pris en charge au niveau communautaire : les femelles nourrissent et s’occupent des petits de leurs proches. Les mâles participent également à l’éducation des petits.

La philopatrie fait partie du comportement de ces rongeurs. Ainsi, bien qu’ils se séparent du groupe lorsqu’ils atteignent la maturité, ils ne s’éloignent pas trop de leur lieu d’origine.

Par ailleurs, les mâles sont assez territoriaux pendant la saison de reproduction. Ils ne permettent pas aux autres groupes de s’approcher de leur zone, même s’ils sont familiers.

Comportement alimentaire

Lors de la recherche de nourriture, le comportement du dègue du Chili est collaboratif : les membres du groupe se coordonnent pour communiquer à travers des vocalisations spécifiques.

La situation orographique a une influence sur le comportement de stockage du dègue du Chili. En effet, à des altitudes plus élevées, ils accumulent plus de nourriture dans le terrier.

Voulez-vous connaître le comportement du dégue du Chili ?

La popularité de cette espèce comme animal de compagnie a favorisé la possibilité de mener des études d’observation en captivité et de démêler certains aspects de son comportement inconnus à ce jour. Cependant, avant d’adopter un de ces mammifères, il est nécessaire de bien s’informer sur son mode de vie, afin de garantir qu’il ait une bonne qualité de vie

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment prendre en charge les tumeurs chez les rongeurs ?
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Comment prendre en charge les tumeurs chez les rongeurs ?

Les rongeurs doivent aussi être suivis par le vétérinaire...Avec l'âge, les tumeurs sont courantes chez les rongeurs. Quels sont les différents typ...



  • Ebensperger, L. A. (2000). Dustbathing and intra-sexual communication of social degus, Octodon degus (Rodentia:Octodontidae). SciELO. https://scielo.conicyt.cl/scielo.php?script=sci_abstract&pid=S0716-078X2000000200011&lng=es&nrm=iso
  • Long, C. V. (2007). Vocalisations of the degu Octodon degus, a social caviomorph rodent. Bioacoustics16(3), 223-244.
  • Quispe Valdés, R. (2006). Variación geográfica en las conductas de forrajeo asociadas al almacenamiento de alimento en Octodon degus.