Comment les lapins voient-ils ?

Grâce à la position latérale de leurs yeux, ces animaux ont un champ de vision de plus de 360 degrés. Apprenez-en plus ici !
Comment les lapins voient-ils ?

Dernière mise à jour : 19 septembre, 2021

Vous êtes-vous déjà demandé comment voient les lapins ? Nous sommes certains que oui, car c’est l’un des doutes les plus courants au sujet de cette espèce. Nous vous disons ici comment ces mammifères lagomorphes, qui appartiennent à la famille des Léporidés, voient.

Nous passons également en revue d’autres caractéristiques physiques qui font du lapin un animal incroyable. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus sur le lapin et ses sens !

Les principales caractéristiques des lapins

Le lapin (Oryctolagus cuniculus) est un animal aux longues oreilles et aux dents proéminentes. C’est un mammifère lagomorphe unique en son genre, puisque tous ses parents directs ont disparu. Ses plus proches parents appartiennent au genre Lepus (lièvres). Ce taxon compte plusieurs espèces.

Ces mammifères de taille moyenne se distinguent par leurs oreilles proéminentes, leurs pattes postérieures adaptées au saut et leur pelage doux et dense. Un spécimen moyen mesure entre 34 et 50 centimètres et peut peser jusqu’à 2,5 kilos. Voyons plus en détail quelques-unes de leurs caractéristiques.

Pelage

Le pelage des lapins, qu’il soit court ou long, a pour fonction de les protéger et de réguler leur température corporelle. Pour cette raison, au printemps, commence la mue qui dure jusqu’au début de l’été. Pendant la saison la plus chaude, le pelage tombe et pousse si nécessaire. Ainsi, pendant l’hiver, l’animal a un nouveau pelage.

Lorsque le spécimen est domestique, le tuteur doit lui fournir du malt en permanence pour éviter la formation de boules de poils. Les lapins, comme de nombreux mammifères, font fréquemment leur toilette et sont donc sensibles à ces formations qui affectent la santé digestive. Pour cette même raison, il est également très important de brosser régulièrement le pelage.

Dents

Incroyable mais vrai, les dents de lapin ne cessent jamais de pousser. Il est ainsi important qu’ils puissent ronger les branches et les objets durs, afin qu’ils puissent limer leurs dents au fur et à mesure de leur croissance. On estime que leurs dents poussent jusqu’à 3 millimètres par semaine, un chiffre très élevé pour une petite structure.

Au total, les lapins ont 6 incisives, 4 au niveau supérieur et 2 au niveau inférieur. Ils ont également 12 prémolaires et 12 molaires. Entre les incisives et les prémolaires, se trouve un espace libre appelé diastème.

Un lapin entre les mains de son gardien.

L’habitat des lapins

Les lapins vivent dans les forêts, les buissons et les zones où la végétation est abondante, car il leur est plus facile de se réfugier contre les prédateurs potentiels. Ils aiment aussi les terrains avec de la terre molle, afin de pouvoir creuser et créer leurs terriers, dans lesquels ils prennent soin de leur progéniture et s’abritent dans les moments les plus dangereux.

Lorsqu’ils vivent en captivité, il est courant que les lapins construisent instinctivement des nids parmi les meubles. Par conséquent, il convient qu’ils puissent réaliser cette activité dans leur propre cage.

Oreilles

Le lapin a des oreilles assez longues et voyantes qui ont deux fonctions importantes. Elles leur permettent d’entendre la présence des prédateurs à une bonne distance, et elles contribuent à la régulation du corps.

Lorsque le lapin entend un prédateur, il donne un coup de patte au sol pour avertir ses compagnons présents dans la zone. Les lapins se mettront alors à chercher un abri. De plus, dès qu’un spécimen sait que son prédateur est derrière lui, il se met à courir en zigzag pour le tromper jusqu’à ce qu’il trouve un endroit sûr.

Leurs oreilles les aident également à réguler leur température corporelle. Lorsqu’un lapin a chaud, il sépare les oreilles de la tête, et les vaisseaux sanguins de la zone se dilatent, ce qui facilite l’échange de chaleur avec l’environnement. À l’inverse, par temps froid, les oreilles sont baissées, ce qui réduit le flux sanguin dans la zone.

Comment voient les lapins ?

Voyons maintenant ce qu’il en est de leur vision. Les yeux des lapins sont en position latérale et non frontale comme chez les humains. Cela leur donne une vision binoculaire avec une plage d’extension de près de 360 degrés.

Bien qu’il y ait peu de recherches sur le fonctionnement de ce sens chez les lapins, on sait que ces mammifères peuvent détecter des mouvements sur de longues distances même en basse lumière. En effet, dans l’obscurité, le lapin voit 10 fois mieux que l’être humain, une capacité qui lui permet de développer des habitudes crépusculaires et nocturnes.

Quant à la quantité de couleurs qu’ils perçoivent, les lagomorphes sont connus pour distinguer le bleu et le vert. Comme les chiens et les chats, ils ont une troisième paupière semi-transparente (membrane nictitante) qui empêche l’entrée de résidus contaminants (comme la terre) et qui prévient les blessures causées entre les mâles pendant la saison des amours.

Les lapins ont une excellente vision qui couvre un grand space, car ils doivent pouvoir fuir les prédateurs sur de longues distances.

Un lapin.

Au-delà de la vision des lapins

Bien que les lapins voient beaucoup mieux que les autres animaux, ce n’est pas leur sens le plus développé. Toutes les caractéristiques de cet animal (vision, ouïe, dents, force dans les pattes et agilité) font de lui un animal très perspicace.

Le lapin est si habile que, s’il se retrouve piégé, il combattra son prédateur quelle que soit sa taille. Pour ce faire, il utilisera ses pattes pour frapper fort, et ses dents pour mordre. Il ne fait aucun doute que ces animaux paisibles ont des outils pour se sortir de situations délicates.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les maladies transmises par les lapins
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Les maladies transmises par les lapins

Les maladies transmises par les lapins à l'homme peuvent être bactériennes, fongiques, virales ou parasitaires. Apprenez-en plus ici !



  • Hughes, A. (2004). Relaciones topográficas entre la anatomía y fisiología del sistema visual del conejo. Documenta Ophthalmologica, 30 , 33-159.