Le comportement des lapins

Découvrez ici comment les communiquent verbalement et non verbalement, et comment vous devez interpréter chacun de leurs gestes et sons.
Le comportement des lapins

Dernière mise à jour : 02 juillet, 2021

Comprendre le comportement des lapins – ainsi que la façon dont ils communiquent – est d’une importance vitale si vous voulez en avoir un comme animal de compagnie. En plus d’être mignons, ce sont des animaux très sympathiques et intelligents, des caractéristiques plus facilement observables si vous comprenez leur nature.

Les lapins sont des animaux sociaux, grégaires et nécessitent une stimulation mentale constante pour être heureux. Ils peuvent ainsi développer des problèmes à long terme en captivité s’ils ne reçoivent pas un minimum de soins en fonction de leur comportement. Si vous voulez en savoir plus sur ces animaux, poursuivez donc votre lecture.

Les caractéristiques des lapins

Les lapins sont des animaux de proie. Par conséquent, ils sont plutôt calmes, afin d’éviter d’attirer l’attention des autres animaux. Bien qu’ils soient souvent confondus avec les rongeurs, ce sont des mammifères lagomorphes. Comme les études l’expliquent, ils jouent un rôle vital dans le maintien des processus écologiques. Ils font partie du même ordre que les lièvre.

Les lapins sont des herbivores et réalisent leurs activités à l’aube et au crépuscule. Étant des animaux de proie, ils ont envie de fuir et de se cacher lorsqu’ils se sentent en danger. Vous remarquerez ainsi souvent que votre lapin semble nerveux dans sa cage, mais en réalité il est sur le qui-vive.

Leurs grandes oreilles permettent à ces animaux de percevoir beaucoup de choses. De plus, ils possèdent un champ de vision assez large qui leur permet d’identifier les prédateurs dans de multiples directions. Leur odorat fait partie de leurs sens les plus développés.

Le comportement des lapins est très curieux.

Le caractère des lapins

Les lapins sauvages sont néophobes, c’est-à-dire que face à tout stimulus, ils fuient et se cachent. Cependant, les spécimens domestiques ont perdu une grande partie de ces comportements instinctifs. Ils sont plus calmes et moins craintifs —bien qu’ils conservent beaucoup de leurs instincts—, ce qui nous permet de construire avec eux une relation de confiance.

Comme le montrent les recherches, les lapins sont des animaux grégaires qui apprécient la compagnie de leurs parents pendant leur temps de repos. En fait, n’avoir qu’un seul lapin rendra ce dernier destructeur et agressif, car ces petits mammifères s’ennuient facilement.

C’est la raison pour laquelle vous devriez envisager d’avoir toujours plus d’un spécimen à la maison. Mais attention, ne mettez pas deux lapins mâles dans la même cage, car ils peuvent finir par se blesser en voulant établir une hiérarchie. En ce qui concerne les femelles, elles sont plus pacifiques et ont tendance à coexister plus facilement.

Communication

Les lapins utilisent un langage verbal et non verbal pour communiquer entre les membres de leur groupe. Nous vous en disons plus ci-dessous.

Langage verbal

Bien que les lapins ne parlent pas, ils peuvent émettre des sons, ce que l’on appelle la communication verbale. Chacune des tonalités émises a une signification : la faim, la peur, la douleur et même le bonheur. Voici quelques exemples:

  • Sons de parade nuptiale : pour que la femelle se fixe sur le mâle, le lapin émet différents sons – comme des bourdonnements et des sirènes – combinés à certains mouvements.
  • Grognement et gémissement : s’il se sent acculé, nerveux ou mal à l’aise, le lapin tentera de s’enfuir. Incapable de le faire, il gémira pour exprimer ses sentiments et grognera pour avertir que, s’il n’est pas libéré, il attaquera par morsure.
  • Sifflement : un lapin émet un son aigu lorsqu’il souhaite éjecter un autre lapin de son espace.
  • Cri : le lapin émet ce son déchirant lorsqu’il souhaite exprimer leur un sentiment de peur intense, notamment lorsqu’il est poursuivi ou chassé.  Ce son permet aussi d’avertir les autres lapins.
  • Ronronnement : les lapins émettent des ronronnements semblables  à ceux des chats en se frottant doucement les dents. Ces ronronnements indiquent qu’ils sont heureux, calmes et qu’ils apprécient votre contact.
  • Gloussement : Lorsqu’un lapin mâche quelque chose qu’il apprécie, il émet ce son semblable à un gloussement.

Langage non verbal

Les lapins n’émettent pas seulement des sons pour s’exprimer, ils expriment également leurs sentiments par le biais d’un langage non corporel. Voyons quels sont les comportements de ce langage :

  • Tranquillité d’esprit : les lapins expriment cette sensation en se couchant sur le ventre ou sur le côté, les pattes tendues. Un autre point commun avec les chats. De plus, ils baissent également leurs oreilles et leurs paupières, montrant ainsi qu’ils ont baissé leur garde.
  • Colère : si vous voyez que votre lapin frappe le sol avec ses pattes, éloignez-vous, car c’est ce qu’il essaie de vous dire. Essayer de mordre est une autre façon de dire « je suis en colère ».
  • Peur : le lapin tend ses oreilles vers l’arrière lorsqu’il a peur, il baisse aussi la tête et cache ses pattes avant. De plus, ses yeux sont plus exorbités que d’habitude, sa respiration est plus rapide et son corps semble raide.
  • Joie : les lapins montrent leur joie en jouant, en sautant et en courant partout. Leurs oreilles restent dressées et très détendues. Si vous êtes dans les parages, ils partiront à votre recherche et vous feront savoir qu’ils veulent que vous les choyiez.

La sociabilité du lapin

Comme déjà commenté précédemment, les lapins sont des animaux grégaires. Dans la nature, ils vivent en groupes composés entre 2 et 9 spécimens, car c’est ainsi qu’ils se protègent des menaces et des prédateurs.

Comme ils ont des hiérarchies très marquées, il n’y a généralement qu’un seul mâle par groupe. La présence de plus d’un mâle se traduirait par des disputes constantes pour le leadership.

Entre eux, ils se dorlotent : ils se toilettent, dorment ensemble et créent des liens fraternels. C’est la raison pour laquelle un lapin domestique aura besoin de reproduire ces comportements avec les humains et les autres animaux avec lesquels il vit.

Il existe de nombreux types de jouets pour lapins.

Leur comportement quotidien

Les lapins ont des comportements routiniers, c’est-à-dire des comportements qu’ils reproduisent tous les jours. Nous pouvons citer les suivants :

  • Ronger : c’est l’un des comportements les plus routiniers des lapins. Ils rongent tout ce qui se présente à eux et ils trouvent cela intéressant. Pas seulement de la nourriture, mais tout autre élément avec lequel ils pensent pouvoir faire un nid.
  • Pulvérisation d’urine : Il s’agit d’un comportement de marquage typique. Les lapins marquent également le terrain avec leurs excréments, en particulier les mâles.
  • Creuser : comme dans leur habitat naturel ils vivent dans des terriers qu’ils creusent habituellement eux-mêmes, chez vous, vos lapins essaieront d’en faire de même.
  • Se tenir sur deux pattes : lorsqu’un lapin perçoit quelque chose autour de lui qu’il ne peut pas voir à l’œil nu, il se tient sur ses deux pattes postérieures, afin d’élargir son champ de vision.
  • Manger des excréments : bien que ce comportement puisse paraître inconfortable, il est normal chez le lapin. Il le fait dans le but de réutiliser les nutriments.
  • Toilettage : les lapins sont assez propres, vous verrez donc les vôtres se toiletter très souvent. S’ils arrêtent de se toiletter, vous devriez consulter un vétérinaire.
  • Frotter le menton sur des objets : les lapins marquent aussi leur territoire grâce à leurs phéromones. Ils frottent alors leur menton sur tous les objets qui se trouvent sur leur territoire.

Le comportement quotidien des lapins dépend de leurs besoins physiologiques en tant qu’espèce.

Les comportements anormaux chez le lapin

Jusqu’à présent, nous avons parlé des comportements quotidiens des lapins. Nous allons maintenant parler de ces traits anormaux qui devraient vous préoccuper si vous les observez :

  • Sons étranges : lorsque les lapins souffrent d’un problème de santé – comme des difficultés respiratoires – ils émettent des sons assez étranges.
  • Manque de toilettage : Si le lapin interrompt sa routine de toilettage, c’est préoccupant. Cela indique que le lapin est malade ou stressé. Cela est facilement identifiable, car ses poils seront ternes et sales.
  • Hyperactivité : si le lapin s’ennuie, il va devenir hyperactif, ronger tout ce qu’il trouve sur son passage et creuser compulsivement.
  • Changements d’alimentation : Si votre lapin arrête de manger et de boire de l’eau – ou s’il le fait à de très longs intervalles – consultez votre vétérinaire pour essayer d’en identifier les causes. En plus d’être un signe clair que quelque chose ne va pas, l’animal peut rapidement se déshydrater.
  • Réduction de l’activité : les lapins ont tendance à beaucoup se déplacer, soyez donc vigilant lorsque votre spécimen est très immobile et apathique.
  • Irritabilité : il n’est pas normal que votre lapin devienne irritable et vous morde régulièrement.
  • Grincement de dents : Ce comportement chez le lapin est un signe de souffrance. Consultez un médecin si vous l’observez chez votre animal.

La parade nuptiale chez les lapins

Lorsqu’un lapin mâle identifie qu’il y a une femelle en chaleur, il fera de son mieux pour attirer son attention. Pour ce faire, il émettra des sons très particuliers et commencera à la chasser. S’il parvient à éveiller l’intérêt de la femelle, elle participera au processus en prenant des poses et en sautant.

Au cours de ce processus, des hormones sont libérées par les glandes inguinales, de sorte que les lapins auront la queue dressée. Et comme le montrent les études, le mâle aspergera la femelle d’urine. Il est à noter que le comportement sexuel des lapins domestiques est très similaire à celui des lapins sauvages.

Si l’intérêt est réciproque, un rituel de toilettage débutera entre les deux lapins et ils se lécheront les oreilles et le museau. Ils frotteront également leurs têtes et leurs mentons. 

Éducation

Les lapins sont assez intelligents. Pour cette raison, il sera possible qu’en suivant certaines techniques d’entraînement, vous puissiez leur enseigner tout un tas de choses. Gardez les points suivants à l’esprit :

  • Lui faire suivre des instructions : donner à votre lapin des récompenses saines, telles que des céréales sucrées, des légumes et des fruits frais, vous aidera à lui apprendre à écouter votre appel. Les lapins sont généralement peu sûrs d’eux au premier contact, apprenez alors à votre lapin à être avec vous et faites preuve de confiance. Utilisez des récompenses pour établir une relation de confiance.
  • Présentation d’un nouveau membre : Lorsque vous amenez un nouveau lapin à la maison, ne vous attendez pas à ce que l’ancien l’accepte tout de suite. Laissez-les dans des cages séparées, mais autorisez les rapprochements et les courtes sessions de jeu, afin qu’ils se reconnaissent progressivement. S’il y a un combat, vous devez l’arrêter.
  • Apprenez-lui à utiliser le plateau : le lapin choisira un mur pour uriner et déféquer. Placez un plateau loin de la zone d’alimentation et confinez souvent le lapin dans cet espace pour qu’il s’habitue à y aller. Entraîner le lapin à utiliser son plateau est plus facile lorsqu’il est stérilisé ou à l’âge adulte.
Le comportement du lapin peut être fascinant.

Les lapins ont un comportement fascinant, ce qui en fait d’excellents compagnons. S’ils se sentent en sécurité dans leur environnement, ils s’adapteront pour partager leur espace avec d’autres animaux tels que les chiens et les chats. De plus, ce sont des compagnons amusants et très doux que vous pourrez entraîner afin de partager des moments précieux.

It might interest you...
Les aliments dangereux pour les lapins
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Les aliments dangereux pour les lapins

Les aliments dangereux pour les lapins peuvent être parfaitement bénins pour nous. Nous devons donc les connaître pour ne pas leur en donner.



  • Velázquez, Alejandro. (2012). El contexto geográfico de los lagomorfos de México. Therya. 3. 223-238. 10.12933/therya-12-81.
  • G. Xiccato, A. Trocino. Condiciones de bienestar animal en la especie cunícola, últimos avances. XXX Symposium de Cunicultura: Valladolid, 19 y 20 de mayo de 2005, 2005, págs. 45-62.
  • Fusi, A. El comportamiento sexual del conejo. Universidad Autónoma de Barcelona. Coniglicoltura, 31: 7/8, 31-33. 1 994).