Grand requin-marteau : habitat et caractéristiques

Le grand requin-marteau fait partie des espèces victimes de la pratique du « finning », qui consiste à couper les nageoires et à jeter le reste du corps. Et ce, parce que le kilo de la nageoire a un prix approximatif de 100 dollars.
Grand requin-marteau : habitat et caractéristiques

Dernière mise à jour : 05 septembre, 2021

Le grand requin-marteau est la plus grande des 3 espèces de requins-marteaux. Bien que son museau caractéristique en forme de “T” ne soit pas unique, il peut facilement être reconnu par la taille de sa première nageoire dorsale. Malgré leur apparence féroce, ces requins sont menacés par la pêche accidentelle et le commerce de leurs ailerons.

Le nom scientifique de l’espèce qui nous intéresse est Sphyrna mokarran. Elle fait partie de la famille des sphyrnidae, plus connue sous le nom de “requins marteaux”. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus sur cet animal cartilagineux et gigantesque.

L’habitat du grand requin-marteau

Cet énorme animal habite les zones tropicales de l’océan, le long des côtes, des plateaux continentaux et des lagons des atolls coralliens. C’est un animal migrateur : il se déplace vers le nord pendant l’été. Il préfère les eaux proches de la surface : il ne descend pas en dessous de 80 mètres de profondeur.

Caractéristiques physiques

Le grand requin-marteau géant peut mesurer jusqu’à 6 mètres de long. Cependant, il est rare de voir des spécimens aussi grands. Généralement, il mesure environ 4 mètres. Un spécimen adulte pèse généralement plus de 500 kilos, et les femelles sont plus grosses et plus lourdes que les mâles.

Sa première nageoire dorsale est très haute et pointue, alors que la seconde est plus réduite. Sa nageoire anale est en forme de “V”, et la partie supérieure de cette nageoire est plus longue que la partie inférieure. Le dos de ce requin est gris-brunâtre, tandis que son ventre est de couleur claire, une adaptation qui lui permet d’attraper plus facilement des proies.

La principale caractéristique de ce requin est sa gueule en forme de T. Ses yeux et ses narines sont situés aux extrémités de ce T. Ce trait particulier est à l’origine de sa nage ondulante : il doit déplacer sa gueule d’un côté à l’autre pour pouvoir observer environnement avec ses yeux.

Le requin-marteau fait partie des espèces menacées.

Le comportement du grand requin-marteau

Cette espèce solitaire et nomade possède l’une des nages les plus efficaces parmi les requins. La façon dont il parvient à réduire ses dépenses semble incroyable, puisque ce poisson cartilagineux nage « couché », afin de réduire la résistance de son corps à l’eau. Cela n’est possible que grâce à sa grande nageoire dorsale, qui lui permet de réduire jusqu’à 10 % l’énergie dont il a besoin pour nager.

D’autre part, la gueule de ce spécimen a deux fonctions importantes : elle lui permet de réceptionner les odeurs et de chasser ses proies. En effet, il peut utiliser sa gueule comme une antenne, avec laquelle il peut recevoir et localiser les odeurs de sa proie. Et pendant la chasse, le requin utilise sa gueule pour guider ses proies vers le fond marin et les attaquer.

Comportement alimentaire

Ce requin est un prédateur par excellence et son régime alimentaire est composé d’une grande variété de proies. Parmi ses victimes naturelles, figurent les crabes, les homards, les calmars, les poulpes, les poissons et même les petits requins. Ses dents sont pointues et acérées, car il doit faire face à la consistance dure de certaines de ses proies.

Comportement reproducteur

Le grand requin-marteau est une espèce vivipare dont la gestation dure environ 11 mois. Son cycle de reproduction est biannuel et les accouchements ont lieu entre les mois de juillet et septembre. La femelle donne naissance à environ6-42 spécimens environ, qui à la naissance mesurent entre 46 et 70 centimètres.

Chacun de ces petits atteindra la maturité sexuelle à partir de l’âge de 8 ans, car c’est à ce moment-là qu’ils mesurent plus de 2 mètres. Certaines d’entre eux se retrouvent regroupés dans des zones de nurserie, dans lesquelles leurs prédateurs sont peu nombreux et où ils peuvent donc croître plus rapidement.

Les zones de nurserie aident les nouveau-nés et les jeunes à améliorer leurs chances de survie jusqu’à atteindre la maturité.

Le statut de conservation du grand requin-marteau

L’Union internationale pour la conservation de la nature classe  ce requin parmi parmi les espèces en danger critique d’extinction. Cette situation est une conséquence indirecte de la pêche commerciale accidentelle. De plus, ces poissons sont également très appréciés dans la pêche de compétition, car ils sont souvent considérés comme d’excellents trophées.

Actuellement, différentes lois réglementent la chasse et la vente de ces animaux. Cependant, bon nombre de ces actions n’ont pas encore pris effet : les populations ont continué de décliner pendant des années. En fin de compte, le conflit auquel cette espèce est confronté est aussi social, puisque la consommation de viande et d’ailerons de requin est ancrée dans de nombreuses cultures.

La soupe aux ailerons de requin est un plat très prisé dans certains pays, comme la Chine par exemple.

Cela ne veut pas dire que tout est perdu, nous pouvons encore éviter son extinction. Les informations qui existent sur ce requin sont rares, ce qui rend difficile la formulation d’un plan qui profite à sa population. Pour cette raison, avant de s’aventurer à protéger l’espèce, il est important de connaître sa situation en profondeur.

Cela pourrait vous intéresser ...

Les 11 animaux les plus rapides de l’océan
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Les 11 animaux les plus rapides de l’océan

Les animaux les plus rapides de l'océan utilisent leur hydrodynamique et leur puissance musculaire pour nager à grande vitesse dans l'eau.



  • Chapman, B. (2017). Shark Attacks: Myths, Misunderstandings and Human Fear. CSIRO PUBLISHING.
  • Strong, W. R., Snelson, F. F., & Gruber, S. H. (1990). Hammerhead shark predation on stingrays: an observation of prey handling by Sphyrna mokarran. Copeia1990(3), 836-840.
  • Cliff, G. (1995). Sharks caught in the protective gill nets off Kwazulu-Natal, South Africa. 8. The great hammerhead shark Sphyrna mokarran (Rüppell). South African Journal of Marine Science15(1), 105-114.
  • Roemer, R. P., Gallagher, A. J., & Hammerschlag, N. (2016). Shallow water tidal flat use and associated specialized foraging behavior of the great hammerhead shark (Sphyrna mokarran). Marine and freshwater behaviour and physiology49(4), 235-249.
  • Stevens, J. D., & Lyle, J. M. (1989). Biology of three hammerhead sharks (Eusphyra blochii, Sphyrna mokarran and S. lewini) from northern Australia. Marine and Freshwater Research40(2), 129-146.
  • Macdonald, C., Jerome, J., Pankow, C., Perni, N., Black, K., Shiffman, D., & Wester, J. (2021). First identification of probable nursery habitat for critically endangered great hammerhead Sphyrna mokarran on the Atlantic Coast of the United States. Conservation Science and Practice, e418.