La piqûre d'une raie est-elle mortelle ?

Évitez d'appliquer un remède maison sur une piqûre de raie, car cela pourrait entraîner des infections. Rendez-vous immédiatement chez le médecin.
La piqûre d'une raie est-elle mortelle ?

Dernière mise à jour : 18 janvier, 2022

Les raies et raies manta appartiennent au groupe des poissons cartilagineux. Elles se caractérisent par un corps aplati en forme de losange qui les aide à “planer” dans l’eau. Bien qu’elles n’aient pas une apparence effrayante, certaines espèces ont une piqûre venimeuse capable de causer une douleur intense aux victimes. Savez-vous quoi faire en cas de piqûre d’une raie ?

Des accidents de piqûre de raie ou de raie manta se produisent souvent près de la côte. Certaines espèces se reposent généralement sur le sable du fond marin, de sorte que les baigneurs peuvent marcher dessus et provoquer cet accident. Bien que cette piqûre soit facile à traiter, cela ne signifie pas qu’elle n’a pas de répercussions. Poursuivez donc votre lecture pour savoir si les blessures causées par ces animaux sont mortelles.

Raie manta et raie : est-ce le même animal ?

Les termes raie manta et raie sont souvent utilisés comme synonymes. Cela n’est pas tout à fait faux, car les deux font référence aux incroyables espèces de l’ordre des Rajiformes. Cependant, du point de vue de la taxonomie, il existe des différences irréconciliables qui ne doivent pas être négligées.

Le terme raie peut identifier n’importe quelle espèce du groupe des Rajiformes, tandis que le terme raie manta ne fait référence qu’aux espèces du genre Mobula. Parmi leurs différences les plus évidentes, figurent les suivantes :

  • Apparence. Les raies manta se caractérisent par des nageoires latérales plus allongées, comme s’il s’agissait d’ailes, tandis que le corps des raies ressemble à une couverture homogène en forme de losange.
  • Taille. Les espèces du genre Mobula mesurent entre 7 et 5 mètres de long. En revanche, la plupart des rajiformes ne mesurent pas plus de 2 mètres de long.
  • Alimentation. Les raies manta ont une bouche édentée spécialisée pour manger du krill, du plancton et certains œufs de poisson par filtrage. Les raies ont, elles, des dents aplaties et se nourrissent de mollusques, de crustacés et de certains poissons.
  • Piqûre. Les raies manta n’ont pas de piqûre venimeuse, elles utilisent donc leur grande capacité de nage comme mécanisme de défense. En revanche, les raies peuvent être problématiques à ce niveau-là !
  • Habitude de nage. Les raies se caractérisent par le fait qu’elles nagent dans le fond de l’océan – ce sont des animaux benthiques – et se cachent dans le substrat, tandis que les raies manta ont tendance à plonger près de la surface pour se nourrir.
Une raie géante d'eau douce.

Une raie manta pique-t-elle ?

Les raies mantas n’ont pas la capacité de provoquer une piqûre. Ces animaux n’ont aucun poison, il leur est donc impossible de blesser les baigneurs. C’est pourquoi elles sont plutôt timides et fuient au moindre signe de danger.

De leur côté, les raies sont capables de blesser gravement les personnes. Et ce, pas seulement à cause du poison qu’elles s’injectent, mais aussi parce que certains d’entre eux utilisent leur longue queue comme fouet. Bien qu’il ne semble pas menaçant, la force avec laquelle il impacte cette structure peut pénétrer profondément dans la peau de la victime.

La piqûre d’une raie est-elle mortelle ?

La piqûre de la raie, parfois mal nommée raie manta, n’est généralement pas mortelle. Cependant, elle est assez douloureuse et peut provoquer un grand saignement à l’endroit de la blessure. Les symptômes du poison ne sont pas graves, mais le patient nécessite des soins médicaux dans tous les cas, sans exception.

Entre 750 et 2000 cas de piqûres de raie sont enregistrés par an. Les symptômes les plus courants sont l’évanouissement, la faiblesse musculaire, les nausées et l’anxiété, bien qu’ils varient un peu d’une personne à l’autre.

Le taux de mortalité par piqûre de raie est extrêmement faible. Aussi douloureux soit-il, le poison n’est pas considéré comme mortel chez l’homme.

Que faire en cas de piqûre d’une raie ?

En cas de piqûre de raie, la première chose à faire est de laver la plaie avec un peu d’eau salée. Cela permettra de mieux déterminer la gravité de la blessure et d’éliminer les résidus de l’animal. Le saignement est susceptible d’être assez abondant, il faudra donc exercer une pression sur la zone pour le réduire.

L’ardillon de la raie peut rester attaché à la peau et provoquer ainsi une infection. Malgré cela, il est déconseillé de l’enlever sans aller chez le médecin, car il y a un risque qu’il ait endommagé un vaisseau sanguin. Peu importe la taille de la plaie : dans tous les cas, le patient aura besoin de soins médicaux immédiats.

La majorité des cas sont résolus par une cure simple et un traitement palliatif. Cela, tant que la piqûre n’a pas causé de graves dommages et que des soins médicaux appropriés ont été prodigués. Dans certains cas, une intervention chirurgicale peut même s’avérer nécessaire pour réparer les lésions de la plaie.

Gardez à l’esprit que les blessures peuvent s’infecter et compliquer le pronostic de récupération. C’est pourquoi il est si important d’être suivi par un médecin ; seuls les professionnels de santé sont capables d’évaluer l’évolution de la blessure. Votre vie ne sera pas menacée par la piqûre d’une raie, mais soyez assuré que ce ne sera pas une expérience agréable.

This might interest you...
Les poissons utiliseraient les oiseaux pour coloniser de nouveaux endroits, selon une étude
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Les poissons utiliseraient les oiseaux pour coloniser de nouveaux endroits, selon une étude

Les poissons pourraient utiliser les oiseaux pour coloniser de nouveaux endroits : leurs œufs voyageraient dans le tube digestif de l'oiseau.



  • Nogué, S., Sanz-Gallén, P., Garrido, M., & Gili, J. M. (2001). Lesiones por picadura o contacto con los animales de nuestro litoral marítimo. Med Integral, 38, 140-148.
  • Franco, H., Posso Zapata, C., & Cardenas, Y. A. (2009). Necrosis cutánea severa por picadura de raya en el miembro inferior: presentación de un caso y revisión de la literatura. Cirugía Plástica Ibero-Latinoamericana, 35(4), 327-331.
  • dos Santos Ferreira, P. R. R., & Diaz, R. Caracteristicas de las lesiones por rayas de agua dulce (Potamotrygon sp.) en la Isla-de-Marajó, Pará, Brazil (2017). Revista Eletrônica Acervo Saúde/Electronic Journal Collection Health| ISSN, 2178, 2091.
  • Field-Cortázares, J., & Calderón-Campos, R. (2009). Picadura por Mantarraya. Boletín Clínico Hospital Infantil del Estado de Sonora, 26(1), 33-37.