La qualité de l'eau peut-elle être le secret de la santé d'un poisson rouge ?

23 mai, 2020
Très peu de soins sont nécessaires pour maintenir la santé d'un poisson rouge ; la clé de sa capacité de survie est son adaptabilité à une eau de mauvaise qualité.
 

Le poisson rouge est l’une des espèces les plus populaires dans les aquariums. C’est un poisson cyprinidé, de la famille des carpes. Il est courant de le voir dans les aquariums en verre ou les grands bassins des parcs urbains où, ayant plus d’espace, ils prolifèrent généralement beaucoup. L’une des principales interrogations de leurs propriétaires porte sur le maintien de leur santé.

Ce poisson est l’un des plus faciles à élever en raison de sa capacité à se reproduire. De même, il s’adapte à une grande variété de climats et résiste à différentes maladies. Il est originaire d’Asie de l’Est et est devenu populaire comme poisson d’ornement il y a des siècles en Europe.

À quoi ressemble un poisson rouge ?

Les variétés courantes de poissons rouges mesurent entre 15 et 30 centimètres de long et pèsent environ 300 grammes. Dans des conditions naturelles, ils peuvent tripler leur taille et peser jusqu’à près de deux kilogrammes. Son corps est court et ovale, avec de longues nageoires et une longue queue. C’est un excellent nageur.

Ces petites carpes arborent généralement différentes nuances de jaune et d’orange, des couleurs fortes et vives qui peuvent être indicatives de l’état de santé d’un poisson rouge.

Ce sont des poissons qui vivent longtemps. S’ils sont bien entretenus, ils peuvent vivre entre 5 et 10 ans. Il y a même des cas où ils ont survécu à la décennie dans des conditions plus naturelles, comme les lacs et les étangs.

 
Un poisson rouge

Le poisson rouge est une espèce très résistante

Le poisson rouge est une espèce d’eau douce que l’on ne trouve pas dans les mers ou les océans. Dans la nature, les poissons rouges préfèrent les eaux peu profondes des lagunes et des rivières à débit lent. Ils aiment aussi une végétation abondante et un fond mou. On les trouve généralement près des côtes.

Cependant, cette espèce est capable de survivre dans des conditions défavorables, comme des eaux polluées à faible concentration en oxygène et à basse température, conditions dans lesquelles d’autres espèces de poissons ne peuvent pas survivre.

Le poisson rouge peut survivre à une faible concentration d’oxygène

Les poissons rouges et autres espèces de poissons peuvent survivre à des périodes d’anoxie, de manque d’oxygène. Et cela pendant quelques heures, voire plusieurs jours. Ces animaux disposent de mécanismes biologiques pour réduire leur demande énergétique dans des conditions défavorables telles que le manque d’oxygène.

Ce processus est connu sous le nom de dépression métabolique et consiste à réduire considérablement le métabolisme du corps du poisson, de sorte qu’il a besoin de beaucoup moins d’énergie pour rester en vie. L’animal présente une série de changements physiologiques pendant la dépression métabolique. En effet, il :

 
  • Réduit sa production de chaleur d’environ trois fois
  • Augmente les réserves de glycogène dans le foie et le cerveau en tant que molécule productrice d’énergie.
  • N’accumule pas de déchets métaboliques, puisque dans les muscles, il transforme l’acide lactique en éthanol et en CO2 qui peuvent être excrétés dans l’eau par les branchies
  • Utilise la glycolyse anaérobique comme voie métabolique pour l’énergie
Le poisson rouge dans l'eau

Et à de très basses températures

Ce type de carpe peut résister à des températures très basses, même dans l’eau glacée, grâce à une série de mécanismes physiologiques comme ceux mentionnés ci-dessus et à son comportement pendant les saisons hivernales.

Lorsque le froid augmente, le poisson rouge peut s’enfouir sous la boue et ainsi survivre pendant un certain temps, moins actif, mais avec une activité cérébrale suffisante pour rester alerte dans son environnement naturel.

Grâce à son métabolisme particulier, à sa grande adaptation à l’environnement, à sa facilité de reproduction et à sa longévité, le poisson rouge est devenu une espèce qui s’est répandue dans le monde entier.

Il existe de nombreux cas de propriétaires qui “se lassent” de leurs poissons et les relâchent dans des parcs et des lacs, où ils grandissent sans aucune restriction d’espace et deviennent l’espèce la plus abondante. Et comme pour la santé d’un poisson rouge, il n’est pas nécessaire d’avoir une eau aux caractéristiques très particulières. Il est devenu une espèce très typique de notre environnement.

 

 

  • Marshall E. Ostrow. Pet Manual: Goldfish (Barron’s Complete Pet Owner’s Manuals), 2003.
  • Carassius auratus (Linnaeus, 1758). Pez rojo.
  • Volodymyr I. Lushchak, Ludmyla P. Lushchak, Alice A. Mota, and Marcelo Hermes-Lima. Oxidative stress and antioxidant defenses in goldfish Carassius auratus during anoxia and reoxygenation, 2001.
  • Hill, Wyse y Anderson. Fisiología animal, 2006.