5 reptiles domestiques pour les débutants

Vous souhaitez vous lancer dans le monde des animaux exotiques mais vous ne savez pas par où commencer ? Nous vous listons ici 5 reptiles idéaux en tant que premier animal de compagnie.
5 reptiles domestiques pour les débutants

Dernière mise à jour : 04 août, 2021

Le monde des animaux exotiques est aussi fascinant que dangereux. Il existe de nombreuses espèces d’amphibiens et de reptiles domestiques, mais toutes ne s’adaptent pas bien à la vie en captivité, et certaines possèdent des toxines non négligeables.

A cela, il faut ajouter que certains de ces animaux s’échappent de leur milieu naturel pour être vendus, ce qui est contraire à l’éthique et nocif pour l’environnement. En somme, avoir un reptile à la maison n’implique pas seulement une responsabilité vis-à-vis du spécimen, mais avec l’ensemble de l’écosystème.

Comme l’indique la revue Nature, des milliers d’espèces d’animaux exotiques sont en danger d’extinction, en partie à cause de la vente et du retrait de spécimens adultes de leur environnement naturel. Ainsi, si vous voulez avoir un lézard chez vous, il doit toujours provenir d’une écloserie.

Nous vous invitons à découvrir ici 5 espèces de reptiles faciles à entretenir pour les débutants. Pour choisir les représentants, nous avons pris en compte les éléments suivants : la facilité des soins, la disponibilité en magasin, l’historique d’élevage en captivité et le comportement de l’espèce.

1. Le gecko léopard (Eublepharis macularius), l’un des reptiles domestiques

Le gecko léopard est l’exemple parfait d’un animal de compagnie exotique pour les débutants. C’est un animal facile à entretenir, il n’est pas agressif et il est élevé depuis des décennies dans des installations spécialisées. De plus, en raison de la sélection génétique, de nombreux morphotypes étonnants ont été créés, de sorte que sa variété est écrasante.

Originaire des déserts d’Asie du Sud, ce reptile nécessite un terrarium sec avec un gradient thermique. Pour imiter son environnement naturel, vous pouvez placer du sable de calcium pour reptiles (substrat) et d’abondantes bûches creuses qui serviront d’abri.

Il est aussi nécessaire de se procurer une couverture thermique et de la placer sous le terrarium pour que le reptile puisse s’exposer au soleil autant qu’il le souhaite.

  • Dimensions du terrarium : 60 x 30 x 45 centimètres de long, haut et large pour un seul spécimen.
  • Température : environ 25 ºC dans la zone froide et 32-33 ºC dans la zone chaude.
  • Humidité : l’humidité relative doit être faible, mais vous pouvez humidifier légèrement la partie froide du terrarium une fois par semaine.
  • Régime alimentaire : exclusivement insectivore. Ce reptile mange des cafards, des grillons et des vers. Il ne faut pas abuser des vers, car ils ont une teneur trop élevée en matières grasses.
  • Compatibilité : les mâles peuvent être agressifs les uns envers les autres. Ainsi, si vous souhaitez avoir tout un groupe, celui-ci doit être composé d’1 mâle et de 2-3 femelles.

L’utilisation de sable normal dans le terrarium peut causer de graves problèmes intestinaux chez le reptile. Si vous n’avez pas de sable spécial, vous feriez mieux d’opter pour du papier toilette comme substrat.

Un gecko léopard avec ses petits.

2. Le gecko africain à queue grasse (Hemitheconyx caudicinctus)

Très similaire au gecko léopard, le gecko à queue grasse fait partie des reptiles domestiques idéaux. Cette espèce est endémique de l’Afrique de l’Ouest : on la trouve du Sénégal au Cameroun, mais elle préfère des environnements beaucoup plus humides et plus sombres que le gecko léopard.

Ls paramètres généraux mentionnés pour l’espèce précédente peuvent tout à fait être appliqués pour celle-ci, mais il y a une chose à garder à l’esprit : elle nécessite beaucoup plus d’humidité. Pour cette raison, il est recommandé de placer dans le terrarium un substrat de fibre de coco, de la mousse et des plantes naturelles pour créer un environnement un peu plus “tempéré” que tropical.

Cette espèce nécessite une humidité relative d’environ 70 %. Pour atteindre ce paramètre, le substrat doit être aspergé d’eau périodiquement.

L'un des reptiles idéaux comme animal de compagnie.

3. L’agame barbu (Pogona vitticeps)

L’agame barbu est une espèce de sauropside de la famille des agamidae, établie depuis longtemps dans le monde des animaux exotiques. Malgré des soins assez simples, vous devez garder à l’esprit qu’un spécimen adulte peut mesurer jusqu’à 60 centimètres de long, il aura donc besoin d’une installation assez grande pour être à l’aise.

De plus, ce reptile présente une « difficulté » supplémentaire en matière de soins, car il nécessite une source de lumière ultraviolette spéciale pour pouvoir se développer correctement. Mieux qu’une couverture chauffante, une lumière qui émet de la chaleur doit être placée dans la partie supérieure du terrarium, afin de créer le hot-spot sur un rocher.

  • Dimensions du terrarium : 150 x 60 x 60 centimètres de long, haut et large pour un trio composé d’un mâle et de deux femelles. 2 mâles ne doivent jamais être mis ensemble, car ces reptiles sont très territoriaux.
  • Température : entre 28 et 30 ºC dans la zone froide et environ 40 ºC dans le hot-spot. La température peut descendre jusqu’à environ 25°C la nuit.
  • Humidité : comme nous sommes confrontés à une autre espèce désertique, l’humidité relative doit être très faible, entre 35 et 40 %.
  • Régime alimentaire : ces reptiles domestiques sont omnivores. Les apports en protéines sous forme d’insectes doivent être alternés avec des légumes frais, des fruits et des feuilles. Le calcium est très important pour le développement de ces reptiles.
  • Compatibilité : vous pouvez avoir un seul spécimen de cette espèce ou bien un groupe composé d’un mâle et de deux femelles.

Le substrat idéal pour cette espèce est une terre argileuse compacte ou désertique qui durcit avec l’ajout d’eau. Encore une fois, le sable n’est jamais une bonne option.

Un des reptiles domestiques.

4. Le gecko à crête (Correlophus ciliatus)

Le gecko à crête est originaire de la Nouvelle-Calédonie, un archipel situé dans l’océan Pacifique. Bien qu’il soit élevé en captivité depuis plusieurs années, il est à noter que la population de ce reptile est dans un état « Vulnérable (VU) » dans son milieu naturel. Par conséquent, l’acquisition de spécimens retirés de leur environnement peut être extrêmement préjudiciable à la biodiversité.

Contrairement au reste des espèces mentionnées, celle-ci est éminemment arboricole et nécessite un environnement tropical, avec des plantes vivantes, des branches et de multiples cachettes dans lesquelles où elle peut se réfugier. Bien qu’il s’agisse d’un animal nocturne, la mise en place d’une lampe UV pendant la journée est également recommandée pour simuler l’environnement naturel du reptile.

  • Dimensions du terrarium : 45 x 60 x 45 de long, de haut et de large pour un spécimen. Dans ce cas, la hauteur est plus importante que la largeur.
  • Température : un point de chaleur d’environ 28 ºC et une température générale de 25 ºC sont nécessaires. La nuit, la température peut baisser.
  • Humidité : étant une espèce tropicale, elle nécessite une humidité relative de 60-80 %. Cela est possible en ajoutant des plantes naturelles dans le terrarium et en aspergeant l’installation d’eau quotidiennement. Le substrat en fibre de coco retient également bien l’eau.
  • Alimentation : ce sont des animaux éminemment insectivores, mais ils consomment aussi des fruits. L’apport en protéines doit être complété par des aliments spécialisés pour les geckos à crête.
  • Compatibilité : Ce sont des animaux solitaires, il est donc préférable de n’avoir qu’un seul spécimen par terrarium. Si vous souhaitez avoir plus d’un spécimen, il doit toujours s’agir de femelles.

Ce reptile vit mieux seul.

Un des reptiles domestiques.

5. Le scinque à langue bleue (Tiliqua gigas)

Tiliqua gigas est une espèce de lézard de la famille des scinques qui se distingue par son corps allongé et ses membres courts. Malgré sa taille (environ 60 centimètres), c’est un animal très doux qui peut être manipulé sans problèmes majeurs. De plus, il a une durée de vie extrêmement longue : avec des soins appropriés, il peut vivre jusqu’à 30 ans.

Cette espèce est endémique de l’île de Nouvelle-Guinée et ne doit pas être confondue avec son proche parent, Tiliqua scincoides. Cette dernière espèce se trouve en Australie et nécessite un environnement beaucoup plus sec que le reptile qui nous intéresse ici. Les paramètres que nous citons ci-dessous ne lui sont donc pas applicables.

  • Dimensions du terrarium : 1,2 x 0,6 x 0,6 mètres de long, de large et de haut pour un spécimen. Ce reptile nécessite une grande installation pour prospérer.
  • Température : 25 ºC dans la zone froide du terrarium et environ 32-33 ºC dans la partie chaude. La température peut baisser la nuit.
  • Humidité : étant une espèce tropicale, elle nécessite une humidité relative comprise entre 60 et 90 %. Choisir un substrat qui recueille l’eau et placer de la mousse dans l’installation peut aider à retenir l’eau.
  • Régime alimentaire : ce sont des animaux omnivores et ils adorent manger des fruits, des légumes, des feuilles fraîches et des invertébrés vivants ou morts, tels que les vers, les cafards et les grillons. On peut aussi leur proposer sporadiquement du pâté et de la nourriture pour chiens.
  • Compatibilité : ces animaux peuvent être gardés en couple, mais déterminer le sexe est très difficile. Pour cette raison, ce sont des reptiles domestiques qui restent généralement seuls.
Scinque à langue bleue.

Que pensez-vous de cette liste de reptiles domestiques ? Si l’un d’entre eux a retenu votre attention, n’hésitez pas à en savoir plus sur sa biologie et ses besoins, car les données fournies ici ne sont que des informations générales sur les soins à leur prodiguer. Avoir un animal de compagnie est une source de plaisir, mais c’est aussi une grande responsabilité.

Cela pourrait vous intéresser ...
Tortue sillonnée : habitat et caractéristiques
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Tortue sillonnée : habitat et caractéristiques

La tortue sillonnée est l'un des plus grands chéloniens habitués aux climats désertiques. Apprenez-en plus ici sur ce reptile.



  • Siriwat, P., Nekaris, K. A. I., & Nijman, V. (2019). The role of the anthropogenic Allee effect in the exotic pet trade on Facebook in Thailand. Journal for Nature Conservation, 51, 125726.
  • Warwick, C. (2014). The morality of the reptile” pet” trade. Journal of Animal Ethics, 4(1), 74-94.
  • Cain, C. R., Tyre, D., & Ferraro, D. (2009). Incidence of Salmonella on reptiles in the pet trade. RURALS: Review of Undergraduate Research in Agricultural and Life Sciences, 4(1), 1.