10 curiosités sur les tritons

Les tritons sont des parents directs des grenouilles et des crapauds, ils partagent donc de nombreuses similitudes avec ces amphibiens. Apprenez-en plus sur eux ici !
10 curiosités sur les tritons

Dernière mise à jour : 03 septembre, 2021

Les tritons présentent de nombreuses caractéristiques intéressantes car, comme les grenouilles et les crapauds, ils se sont habitués à vivre à la fois sur terre et dans l’eau. Ces animaux ont généralement un de reproduction complexe, ils ont une queue qui les aide à nager et ils se nourrissent d’insectes aquatiques (parmi d’autres invertébrés).

Les termes triton et salamandre sont souvent interchangés. Or, ce sont deux espèces différentes. Chacune d’entre elles a ses propres traits qu’elle ne partage avec aucun autre amphibien. Découvrez sans plus attendre le monde des tritons.

1. Les tritons sont des amphibiens

Les tritons appartiennent à la classe des amphibiens, qui comprend également les grenouilles, les crapauds, les salamandres et les cécilies. 88 % des amphibiens sont des anoures (grenouilles), mais on compte environ 695 espèces vivantes dans l’ordre Caudata (salamandres et tritons), un nombre non négligeable. Ces dernières diffèrent des autres amphibiens par la présence d’une queue.

Les tritons sont des urodèles, mais pas tous les urodèles sont des tritons. Il existe plus de 100 espèces de tritons. Ils ont tendance à différer des salamandres par leurs habitudes plus aquatiques et par l’absence de glandes parotoïdes derrière les yeux. Il est également courant que certains tritons aient des pattes palmées, ce qui les aide à nager.

Il y a entre 14 et 17 genres de tritons vivants aujourd’hui.

2. La situation taxonomique des tritons

Les tritons appartiennent à la famille des Salamandridae, mais se distinguent du reste de leurs parents en étant inclus dans la sous-famille des Pleurodelinae. Les genres d’amphibiens appelés « tritons stricts » sont les suivants : Cynops, Echinotriton, Euproctus, Neurergus, Notophthalmus, Pachytriton, Paramesotriton, Pleurodeles, Taricha, Triturus et Tylototriton.

Au niveau génétique, les salamandres appartiennent aux genres Chioglossa, Mertensiella et Salamandra.

Un triton qui nage à la surface.

3. Les tritons habitent des endroits très divers

L’une des caractéristiques les plus frappantes des tritons est leur distribution hétérogène. On les trouve dans les plans d’eau et les zones humides d’Amérique du Nord, d’Europe, d’Afrique du Nord et d’Asie. La plupart des représentants de ce groupe se trouvent dans l’Ancien Monde, car l’Asie abrite plus de 40 des 100 espèces existantes.

Les tritons sont semi-aquatiques, ils ont donc besoin de sources d’eau semi-permanentes pendant au moins les mois les plus chauds de l’année. Dans des endroits comme la péninsule ibérique (où les sources d’eau s’assèchent en automne-hiver), ils peuvent adopter une phase terrestre qui dure plusieurs mois.

4. Une série de caractéristiques générales communes

Comme tous les amphibiens, les tritons ont 4 membres, une grande bouche, des yeux frappants et une peau très fine. Cependant, contrairement aux anoures, ils ont un corps cylindrique, une tête généralement aplatie et une queue très puissante qui les aide à nager.

En général, les tritons arborent une couleur foncée au niveau de la zone dorsale et sur les côtés, et des tons beaucoup plus frappants au niveau de la partie ventrale. Ce constat a du sens : vu d’en haut, ils se fondent dans le fond de la masse d’eau, tandis que d’en bas, on peut voir leurs couleurs qui indiquent une certaine toxicité.

Certains tritons sont aposématiques : ils arborent des couleurs frappantes qui montrent leur capacité à produire des toxines.

5. Une respiration pas si pulmonaire

Les poumons des amphibiens sont assez basiques, dépourvus des structures et des chambres spongieuses présentes dans les voies respiratoires des mammifères et des oiseaux. Par conséquent, ils doivent compter sur leur peau pour respirer. Chez certaines espèces, le taux d’échange d’oxygène épidermique atteint jusqu’à 100 % du total.

Bien qu’elles ne soient pas des tritons en tant que telles, les salamandres du genre Plethodontidae se distinguent des autres amphibiens par leur absence totale de poumons. Ces vertébrés ne respirent que par la peau et par les épithéliums situés dans la cavité oropharyngée.

6. Peut-être que le secret de la régénération est en eux…

Les larves de salamandre du genre Ambystoma ont été utilisées pour de multiples expériences, car elles sont capables de développer des organes entiers après une blessure. Les tritons affichent également une capacité de régénération inhabituelle.

L’une des théories les plus répandues est que les cellules de ces urodèles sont capables de se dédifférencier, de proliférer et de se re-spécialiser pour reconstruire les tissus endommagés. Ainsi, au lieu de former du tissu cicatriciel (comme les humains), ils sont capables de remplacer une section amputée par une autre également fonctionnelle.

7. Les tritons ont un mode de reproduction complexe

La saison de reproduction des tritons dans l’hémisphère nord a lieu entre juin et juillet. Dans des endroits plus secs comme la péninsule ibérique, ils peuvent commencer à développer l’instinct de copulation beaucoup plus tôt, vers mars-avril. Le dimorphisme sexuel est généralement très évident : les mâles ont des callosités sur les pattes, des crêtes et des cloaques enflés.

Selon les recherches, certains tritons adoptent un comportement reproducteur appelé lekking : les mâles occupent un plan d’eau de manière ordonnée et en suivant une certaine hiérarchie. Ils s’exhibent et la femelle choisit le plus étonnant. 

La coloration, la position hiérarchique et le dimorphisme sexuel du mâle donnent des indications sur sa qualité génétique.

8. Comme tous les amphibiens, ils passent par un stade larvaire

Tous les tritons passent par un stade larvaire aquatique. Cependant, contrairement aux grenouilles et aux crapauds, les nouveau-nés n’ont pas la forme d’un têtard. En effet, ils sont plus allongés, développent les membres plus tôt et ont des branchies externes en forme d’ “arbre”.

Lorsque les larves se métamorphosent, elles perdent leurs branchies, développent leurs poumons et passent par une phase terrestre de durée variable.

9. Ces amphibiens font de leur mieux

Certains tritons produisent des substances toxiques à partir de certaines glandes pour intimider leurs prédateurs, car ce sont des animaux lents et maladroits avec peu de moyens de s’échapper. L’ espèce Taricha granulosa est particulièrement remarquable sur ce front, car elle produit suffisamment de tétrodotoxines pour tuer un humain sans aucun problème.

D’autres espèces ont des méthodes de défense plus rudimentaires. Par exemple, le triton ibérique Pleurodeles waltl possède une série de glandes toxiques dans tout son corps. Lorsqu’il est menacé, il colle ses propres côtes sur les glandes et les retire, intoxicant ainsi tout prédateur potentiel qui essaie de le manger.

L'un des types d'amphibiens.

10. Les tritons ne sont pas dangereux et sont menacés

En guise de concluion, nous tenons à souligner que ces urodèles ne sont pas dangereux pour l’homme. À moins qu’une personne ne mette intentionnellement un spécimen dans sa bouche ou ne se frotte les yeux après l’avoir manipulé, il est impossible que ses toxines atteignent notre corps (s’il en a).

Les tritons et 41 % des amphibiens en général sont en danger d’extinction, car le changement climatique et la pollution de l’eau détruisent leurs habitats d’origine. Il est nécessaire de prendre soin de ces êtres vivants impressionnants pour continuer à profiter d’eux pendant encore de nombreuses années.

Cela pourrait vous intéresser ...
Caïman à lunettes : habitat et caractéristiques
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Caïman à lunettes : habitat et caractéristiques

Le caïman à lunettes est un reptile prudent et perspicace, capable d'effectuer des mouvements agiles pour chasser. Apprenez-en plus ici sur cet ani...



  • Hedlund, L., & Robertson, J. G. (1989). Lekking behaviour in crested newts, Triturus cristatus. Ethology, 80(1‐4), 111-119.
  • Zhang, P., Papenfuss, T. J., Wake, M. H., Qu, L., & Wake, D. B. (2008). Phylogeny and biogeography of the family Salamandridae (Amphibia: Caudata) inferred from complete mitochondrial genomes. Molecular phylogenetics and evolution, 49(2), 586-597.
  • Oberpriller, J. O., & Oberpriller, J. C. (1974). Response of the adult newt ventricle to injury. Journal of Experimental Zoology, 187(2), 249-259.
  • Oldham, R. S., Keeble, J., Swan, M. J. S., & Jeffcote, M. (2000). Evaluating the suitability of habitat for the great crested newt (Triturus cristatus). Herpetological Journal, 10(4), 143-155.