Existe-t-il des grenouilles avec des poils ?

Le mâle de l'espèce de grenouille avec des poils est en charge de prendre soin des œufs jusqu'à leur éclosion, c'est pourquoi ils sont les seuls à développer des poils (trichomes).
Existe-t-il des grenouilles avec des poils ?

Dernière mise à jour : 29 mai, 2021

Même si cela semble fou, il existe des grenouilles avec des poils. Les grenouilles sont des amphibiens qui se caractérisent par une peau humide et collante. Elles peuvent être de différentes tailles et couleurs, et nous pouvons même faire la différence entre les grenouilles et les crapauds. Mais personne n’imaginait que des grenouilles avec des poils pouvaient exister.

Des poils ? Pourquoi une grenouille en aurait-elle besoin ? Ces villosités jouent un rôle adaptatif important dans la biologie de ces amphibiens. Si vous voulez en savoir plus sur cet animal poilu et singulier, poursuivez donc votre lecture.

À quoi ressemble la grenouille avec des poils ?

L’espèce est connue sous le nom de Trichobatrachus robustus et fait partie du groupe des anoures. C’est une grenouille brune, avec des tons grisâtres au niveau du ventre. Les mâles ont des poils sur les jambes et les côtés de leur corps, des poils pouvant mesurer jusqu’à 19,7 millimètres de long.

Ces  grenouilles mesurent entre 8 et 13 centimètres de long, leur corps est ovale et leur tête est assez grande. Elles présentent un dimorphisme sexuel : les mâles sont plus gros que les femelles. De plus, elles ont des griffes cachées au niveau de leurs doigts, qui leur permettent de se défendre contre les prédateurs.

Les grenouilles velues sont originaires d’Afrique. Elles habitent des régions du Cameroun, du Nigéria, du Congo, du Gabon et de la Guinée. On les trouve généralement à proximité de rivières rocheuses avec un courant rapide et une végétation abondante. On peut parfois les trouver dans des zones boisées, des grottes et des forêts.

Un lac en Afrique au coucher du soleil.

Vie et reproduction

Ces grenouilles passe généralement par un stade larvaire – têtard -, dans lequel elles sont complètement aquatiques et herbivores. Les spécimens adultes, eux, sont insectivores et consomment une grande variété d’arthropodes.

Cet amphibien a besoin de maintenir son humidité, raison pour laquelle il s’agit d’une espèce nocturne. Cela explique également pourquoi ces grenouilles s’accouplent pendant la saison des pluies. Toutefois, on pense que les grenouilles velues peuvent avoir plus d’une saison d’accouplement par an.

Une fois adulte, cette grenouille choisit entre 2 types d’habitat : terrestre et aquatique. Elle occupe une niche aquatique dans une rivière ou dans un ruisseau lors de l’accouplement et lorsqu’elle prend soin de ses petits. En dehors de cette saison, elle reste à terre, entre la litière forestière et la boue.

Grenouilles et poils ?

En réalité, cette espèce n’a pas de poils en tant que tels, mais plutôt de fines extensions de peau, appelées trichomes. Bien qu’il semble s’agir de poils, ce n’est rien de plus qu’une peau étirée. Ce point est important, car les amphibiens respirent à travers leur peau.

Plus la peau a de surface sous forme de plis, plus cette grenouille sera capable d’extraire l’oxygène du milieu aquatique.

Ainsi, dans un environnement aquatique, chaque poil aide cette grenouille à mieux respirer. Il est à noter que ces trichomes ne couvrent pas tout son corps, juste une partie de son dos et de ses jambes.

À quoi sert cette adaptation ? Cette grenouille a au moins deux bonnes raisons de développer des villosités. D’abord, pour l’accouplement. Pendant l’accouplement, ces grenouilles utilisent beaucoup d’énergie et ont besoin d’obtenir de l’oxygène plus efficacement.

En effet, les poumons de ces grenouilles sont assez petits. C’est pourquoi elles ont donc besoin d’une autre façon de respirer. Grâce aux trichomes, leur métabolisme devient plus efficace pendant la saison des amours. À la fin de cette étape, elles se débarrassent de leurs trichomes, car elles se déplacent à travers la terre. Si elles ne s’en débarrassaient pas, elles perdraient en humidité.

La deuxième raison a à voir avec la progéniture. Cette espèce pond généralement ses œufs dans l’eau et doit pouvoir respirer tout en prenant soin d’eux. Grâce à ses extensions de peau, l’amphibien parvient à se submerger pendant de longues périodes.

Dans ce groupe taxonomique, il est assez rare de voir des comportements parentaux ; seulement 10 % des espèces d’anoures présentent un certain type de soins parentaux. Il est encore plus rare que les amphibiens qui pondent leurs œufs dans l’eau aient un tel comportement. Un autre point qui fait de Trichobatrachus robustus une espèce unique.

Des poils et des griffes

Si vous pensiez que les poils étaient la seule caractéristique distinctive de cette grenouille, vous vous trompez. Outre sa curieuse morphologie, la grenouille velue a la particularité de présenter des phalanges en forme de griffes, c’est-à-dire que l’os qui compose les doigts se termine par une sorte de crochet.

Ce détail semble sans importance, mais ce n’est pas le cas. Si chez d’autres animaux les griffes servent d’ongles, pour cette grenouille, c’est cet os qui remplit cette fonction. L’os doit abîmer la peau pour exposer la griffe.

On pourrait se croire dans un film de science-fiction : cet amphibien se fait mal pour se défendre. Une caractéristique assez similaire à celle du pleurodèle de Walti, seulement qu’au lieu d’utiliser ses côtes, il utilise ses phalanges. C’est pourquoi, en anglais, il a gagné le surnom de grenouille Wolverine.

La préservation de l’espèce

Selon l’UICN, Trichobatrachus robustus est une espèce qui n’est pas menacée. Cependant, cela peut être dû au manque d’informations sur l’organisme.

Il y a deux situations qui peuvent mettre cet animal africain en danger. Le premier est l’existence de champignons chytrides, qui affectent d’autres populations d’amphibiens. Bien qu’il n’ait pas encore été rapporté que les grenouilles velues peuvent être affectées par ce champignon, cette possibilité ne peut être exclue.

La deuxième raison, aussi surprenante que cela puisse paraître, est la consommation de viande de grenouille par les humains. Dans diverses régions d’Afrique, ces anoures sont considérés comme un mets délicat et comme les principales sources de protéines.

Une grenouille chantante.

Certaines espèces, comme cette grenouille velue, sont peu étudiées, car la science a tendance à avancer lentement et ne dispose pas toujours de suffisamment de personnel. Ainsi, l’un des meilleurs moyens d’aider est d’apprendre à connaître la faune et de diffuser le message. Peut-être que cette grenouille cache plus de secrets que nous n’en connaissons jusqu’à présent.

Cela pourrait vous intéresser ...
Grenouille de Hall, une espèce redécouverte
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Grenouille de Hall, une espèce redécouverte

La grenouille de Hall a été retrouvée après plus de 80 ans dans une petite source chaude du Chili, près de la frontière avec la Bolivie.



  • Blackburn, D. C., Hanken, J., & Jenkins, F. A. (2008). Concealed weapons: erectile claws in African frogs. Biology Letters, 4(4), 355–357. doi:10.1098/rsbl.2008.0219
  • Robischon, M. (2017). Surface-Area-to-Volume Ratios, Fluid Dynamics & Gas Diffusion: Four Frogs & Their Oxygen Flux. The American Biology Teacher79(1), 64-67.
  • Pauwels, O. S., Carlino, P., Chirio, L., Daversa, D. R., Lips, J., & Oslisly Richard, T. O. (2019). Amphibians and reptiles found in caves in Gabon, western Equatorial Africa. Cave and Karst Science46(1), 3-12.
  • Jones, C. (1971). Notes on Hairy Frogs (Trichobatrachus robustus Boulenger) Collected in Rio Muni, West Africa. Herpetologica, 51-54.
  • Akinyemi, A. F., & Ogaga, E. D. (2015). Frog consumption pattern in Ibadan, Nigeria. J. for Stds. in Manage. and Planning1(3), 522-231.
  • Domínguez, R., Pateiro, M., Munekata, P. E., Gagaoua, M., Barba, F. J., & Lorenzo, J. M. (2019). Exotic Meats: An Alternative Food Source. In More than Beef, Pork and Chicken–The Production, Processing, and Quality Traits of Other Sources of Meat for Human Diet (pp. 385-408). Springer, Cham.
  • BAREJ, A. S., & HÖLTING, M. (2014). Relicts of a forested past: Southernmost distribution of the hairy frog genus Trichobatrachus Boulenger, 1900 (Anura: Arthroleptidae) in the Serra do Pingano region of Angola with comments on its taxonomic status. Zootaxa3779(2), 297-300.
  • Soto, E. R., Sallaberry, M., Núñez, J. J., & Méndez, M. A. (2008). Desarrollo larvario y estrategias reproductivas en anfibios. Herpetología de Chile, 333-357.