Les maladies les plus courantes chez les grenouilles

Diverses maladies peuvent mettre en danger la vie des grenouilles domestiques et sauvages. Découvrez-les ici.
Les maladies les plus courantes chez les grenouilles

Dernière mise à jour : 12 avril, 2022

Les amphibiens dont les grenouilles sont des êtres extrêmement délicats. Pour cette raison, dans la nature, jusqu’à 41 % des espèces analysées sont en danger d’extinction selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

En effet, en respirant partiellement à travers une peau qui est très fine, ces animaux ont une certaine propension à souffrir de maladies de nature épidermique et superficielle.

Les grenouilles et les crapauds sont des créatures fascinantes, mais ils ne font pas de bons animaux de compagnie exotiques en raison de leur complexité en matière de soins.

Si vous avez de l’expérience dans le domaine de la terrariophilie et que vous souhaitez adopter l’un de ces petits vertébrés comme animal de compagnie, vous aurez envie de savoir quelles sont les maladies les plus courantes chez ces animaux. Découvrez-les ci dessous !

1. La chitridiomycose, une des maladies courantes chez les grenouilles

La chytridiomycose est la maladie qui a causé le plus de dommages aux populations naturelles d’amphibiens. Plus de 500 espèces de grenouilles et de crapauds ont été décimées par cette maladie.

Cela va plus loin, puisque 90 d’entre elles ont disparu du seul fait de l’action du pathogène causal. Il s’agit sans aucun doute d’une pandémie mortelle pour les anoures.

La cause de cette affection est Batrachochytrium dendrobatidis, un champignon qui infecte progressivement la peau des grenouilles et des crapauds. Lorsque l’infestation est très importante, l’amphibien affecté est incapable de respirer, de s’osmoréguler et de coaguler, ce qui entraîne une insuffisance cardiaque et la mort.

Des antifongiques peuvent être utilisés pour prévenir la progression de maladie. Mais cette dernière ne sera jamais complètement éradiquée.

Cette maladie est courante chez les grenouilles sauvages, mais pas chez celles élevées en captivité. Votre grenouille ne tombera malade que si elle a été retirée de son environnement naturel.

Une grenouille aux yeux rouges sur une feuille.

2. L’hypothermie

Les grenouilles et les crapauds sont des animaux ectothermes, c’est-à-dire que leur température corporelle dépend de l’environnement. S’il fait très froid dans votre maison, l’amphibien réduira très probablement son métabolisme à des limites insensées.

Un animal au bord de l’hypothermie sera apathique, figé au toucher et immobile. Il mourra si vous n’agissez pas rapidement.

Pour éviter cela, il est toujours recommandé de placer une couverture thermique sur un côté et à l’extérieur du terrarium de l’amphibien. La plupart des espèces se développent bien à une température moyenne de 25 °C. Cependant, il existe des exceptions.

3. L’occlusion intestinale

Les grenouilles ont généralement une bouche assez grande par rapport à la taille de leur corps. De plus, elles sont strictement insectivores et ne chassent que pour la nourriture vivante.

Leur stratégie de chasse – sit and wait – leur fait parfois commettre des erreurs. Elles peuvent finir par mettre des morceaux de substrat et même des cailloux dans leurs pièces buccales.

Si l’amphibien ingère beaucoup de substrat, il finira par souffrir d’une occlusion intestinale. Cette condition est potentiellement mortelle et se manifestera par un manque d’appétit et une nette difficulté à déféquer.

Les cas les plus légers peuvent être résolus avec des bains tièdes et un massage doux au niveau des côtés de l’intestin. Une chirurgie est nécessaire dans les cas les plus graves.

Il est recommandé d’utiliser un grand substrat dans le terrarium, tel que des écorces et des cailloux. Cela permet à l’amphibien de le cracher plus facilement s’il le met dans sa bouche par erreur. Le sable est le pire choix.

4. L’intoxication

L’empoisonnement est l’une des maladies les plus courantes chez les grenouilles. Ces vertébrés ont un épiderme très perméable, elles ont donc tendance à absorber les produits chimiques toxiques qui les entourent. Dans la plupart des cas, ces substances se trouvent dans les mains du gardien ou dans les décorations du terrarium (savon, eau de javel et autres).

La solution pour éviter ce problème est très simple. Ne manipulez jamais votre grenouille sauf si cela est strictement nécessaire et, au cas où vous ne pourriez pas l’éviter, portez des gants en nitrile et jetez-les après usage. Par ailleurs, lavez le terrarium et ses accessoires à l’eau bouillante, et jamais avec des produits chimiques ordinaires.

5. Les déséquilibres vitaminiques

Dans la nature, les grenouilles ont une alimentation très variée et assimilent les nutriments que leurs proies ont préalablement consommés. En particulier les vitamines d’origine végétale.

Il est donc nécessaire de badigeonner les insectes que vous allez donner à votre amphibien de suppléments vitaminiques au moins 1 fois par semaine. Et ce, pour combler les carences dérivées de la vie en captivité.

N’en abusez pas trop, autrement vous pourriez générer une hypervitaminose, une maladie mortelle.

6. La déshydratation

La grande majorité des amphibiens ont besoin d’une humidité ambiante de 70 % ou plus pour bien vivre en captivité. En effet, ils ont besoin de garder leur épiderme humide pour respirer à travers celui-ci et effectuer les échanges gazeux.

Certains amphibiens obtiennent jusqu’à  93 % de leur oxygène à travers leur peau. Par conséquent, si leur peau devient sèche, ils se noient.

Pour éviter la déshydratation, remplissez un bol peu profond d’eau et mettez-le à la disposition de votre amphibien. Vous devrez également pulvériser le substrat quotidiennement de manière à ce qu’il soit humide, pas trempé. Nous vous recommandons de vous procurer un hygromètre et un système de pluie pour automatiser le processus.

Un amphibien déshydraté aura la peau sèche et essaiera de réduire sa surface corporelle pour empêcher l’évaporation.

7. La dermatosepticémie bactérienne

Cette pathologie au nom complexe fait référence à une infection cutanée. C’est l’une des maladies courantes chez les grenouilles, en particulier chez celles qui vivent dans des environnements sales, surpeuplés ou inadaptés à l’espèce.

Les bactéries profitent de l’immunosuppression faible de l’amphibien pour se développer sur leur peau. Elles provoquent ainsi les lésions rougeâtres typiques de la maladie.

Le pronostic de cette affection est très sombre, puisque le taux de mortalité oscille entre 80 et 100 %. Si elle est détectée tôt et que des antibiotiques à large spectre sont administrés, il y a une certaine probabilité de succès.

Ce type d’infection est très fréquent chez les grenouilles stressées et qui vivent dans des terrariums inadaptés. Si vous prenez bien soin de votre grenouille, il ne devrait y avoir aucun problème.

L'un des plus beaux animaux d'Equateur.

Comme vous pouvez le voir, il existe de nombreuses maladies courantes chez les grenouilles. Cela n’est pas étonnant, car ce sont des animaux très délicats qui nécessitent des environnements humides et chauds. Ils résistent mal aux changements environnementaux, c’est pourquoi ils sont en grave danger dans la grande majorité des écosystèmes naturels.

Élever une grenouille à la maison est une tâche complexe qui nécessite beaucoup de connaissances. Si vous sentez que vous n’êtes pas prêt, nous vous recommandons d’essayer d’acquérir de l’expérience avec des animaux un peu plus faciles à élever.

This might interest you...
Les grenouilles peuvent-elles respirer sous l’eau ?
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Les grenouilles peuvent-elles respirer sous l’eau ?

Les grenouilles peuvent respirer sous l'eau à travers leur peau, mais l'oxygénation dans ce milieu est insuffisante pour rester immergée.



  • Cassidy, B. S. (2006). One frog, two fish, red leg, few fish: Stress in the aquatic animal’s ecosystem. Animal Lab News (Jan/Feb 2006).
  • Weldon, C., Du Preez, L. H., Hyatt, A. D., Muller, R., & Speare, R. (2004). Origin of the amphibian chytrid fungus. Emerging infectious diseases10(12), 2100.
  • Piotrowski, J. S., Annis, S. L., & Longcore, J. E. (2004). Physiology of Batrachochytrium dendrobatidis, a chytrid pathogen of amphibians. Mycologia96(1), 9-15.