10 curiosités sur les mille-pattes

Les mille-pattes sont un groupe d'invertébrés assoiffés de sang et très agressifs. Apprenez-en plus ici sur eux.
10 curiosités sur les mille-pattes

Dernière mise à jour : 02 septembre, 2021

Les mille-pattes présentent de nombreuses particularités, mais malheureusement, elles passent souvent inaperçues du grand public. Ces magnifiques myriapodes génèrent un certain rejet, car leur taille allongée leur nombre inhabituel de membres et leur mâchoire puissante intimident. Et il y a de quoi être intimidé, car certaines espèces ont un poison très douloureux, qui est même mortel.

Bien qu’il ne faille jamais attraper un mille-pattes à mains nues, l’observer de loin reste un cadeau de la nature. De leur capacité de chasse aux soins parentaux qu’ils prodiguent, les mille-pattes ne vous laisseront pas indifférent : découvrez avec nous 10 faits intéressants à leur sujet.

1. Les mille-pattes sont des parents des diplopodes

Avant de découvrir les particularités comportementales des mille-pattes, il nous paraît intéressant de les situer au niveau taxonomique. Tout d’abord, il convient de noter que ces invertébrés appartiennent au phylum des arthropodes et au sous-phylum Myriapoda, un groupe qui comprend également leurs parents pacifiques qui ont encore plus de membres : les diplopodes.

Les mille-pattes typiques appartiennent à la classe Chilopoda, qui comprend également les lithobiomorpha, les geophilomorpha et les scutigères. Tous ces invertébrés présentent certaines caractéristiques similaires, mais leurs adaptations et habitudes varient. Selon des études, il existerait plus de 8000 espèces de mille-pattes dans le monde, mais seulement environ 3000 d’entre elles ont été découvertes.

L’ordre scolopendromorpha représente les espèces typiques de mille-pattes.

2. Ont-ils vraiment 1000 pattes ?

Malgré leur nom, les mille-pattes ont un nombre de membres variable selon les espèces : certaines ont moins de trente paires de pattes, et d’autres peuvent avoir quelques centaines de paires. Fait intéressant, tous ces arthropodes ont un nombre impair de paires de pattes, ils ne peuvent donc pas posséder 1000 membres. Les scolopendres, les mille-pattes les plus typiques, ont un nombre fixe de pattes de marche.

Les scolopendres ont 21 ou 23 paires de pattes, sauf exceptions.

Un mille-pattes qui marche.

3. Combien de temps les mille-pattes peuvent-ils vivre ?

Tous les mille-pattes présentent un certain nombre de caractéristiques similaires : une tête aplatie, une paire d’antennes très visible, des mâchoires fortes et puissantes et un nombre variable de segments corporels (au minimum 15) avec une paire de pattes mobiles dans chaque section.

Les scolopendres sont les mille-pattes qui viennent d’abord à l’esprit lorsqu’on évoque ce groupe, mais ce ne sont pas les seuls représentants. Il y a les geophilomorpha, par exemple, qui sont des chilopodes beaucoup plus petits avec beaucoup plus de pattes. Il y a aussi l’espèce Nannarrup hoffmani, qui détient le record du plus petit mille-pattes du monde, car il mesure seulement 1 centimètre de long.

Bien que cela puisse ne pas en avoir l'air, c'est aussi un mille-pattes.
Bien qu’il n’en ait pas l’air, c’est aussi un mille-pattes.

4. Des invertébrés des ténèbres et de l’humidité

Les mille-pattes habitent les sols, tant qu’ils présentent des recoins sombres et humides. Ils ont colonisé un grand nombre d’habitats (y compris des zones méditerranéennes sèches), mais ils recherchent toujours des microécosystèmes à forte humidité. La perte d’eau est un grand danger pour eux.

Étant donné que les mille-pattes n’ont pas de revêtement cireux qui minimise leur perte d’eau, ils doivent rester humides pour éviter la déshydratation.

5. Certains prédateurs naturels

Tous les mille-pattes sont des prédateurs généralistes. Bien qu’ils puissent manger des plantes lorsqu’ils sont sur le point de mourir de faim, la réalité est que la matière végétale constitue un pourcentage minime de leur alimentation. Par conséquent, ils sont considérés comme des carnivores stricts.

Selon leur taille, ces arthropodes peuvent s’attaquer aux collemboles, aux isopodes, aux petits insectes, aux vers et même aux souris et aux petits oiseaux. L’invertébré le plus meurtrier au sein de ce groupe est Scolopendra gigantea, car avec ses plus de 30 centimètres de long et ses mâchoires puissantes, il est même capable de chasser les serpents de taille moyenne.

Un spécimen de Scolopendra gigantea dans un terrarium.

6. Un poison cliniquement significatif

Les scolopendres sont les représentants les plus intimidants du groupe des mille-pattes, car leur taille représente un certain danger. La plupart de ces espèces ne peuvent pas tuer un être humain avec le venin qu’elles inoculent lorsqu’elles clouent leurs mâchoires, mais elles provoquent une douleur intense, un œdème érythémateux et un inconfort chronique pouvant durer jusqu’à 2 semaines.

Les poisons de Scolopendra subspinipes et Scolopendra dehaani sont particulièrement dangereux et, malheureusement, ont causé des décès humains occasionnels. Selon les recherches, les douleurs que provoquent ces espèces font partie des douleurs les plus puissantes que l’on puisse ressentir dans une vie.

7. Les mille-pattes et les diplopodes sont différents

Bien qu’ils soient de proches parents (les deux appartiennent au taxon Chilopoda), les mille-pattes et les diplopodes ont subi une divergence évolutive remarquable. Ces détails vous aideront à les distinguer sans problème :

  1. Les mille-pattes ont une paire de pattes sur chaque segment de leur corps, tandis que les diplopodes en ont deux paires. Pour cette raison, en règle générale, les diplopodes ont plus de membres.
  2. Les mille-pattes sont lents, alors que les diplopodes se déplacent à une vitesse très rapide.
  3. Les mille-pattes sont des prédateurs stricts. Les diplopodes, eux, sont considérés comme des détritivores, car ils se nourrissent de plantes en décomposition et d’autres types de matière organique.
  4. Certains mille-pattes se mettent en boule ou émettent des substances chimiques nauséabondes pour se défendre contre les prédateurs, mais qui ne sont pas toxiques. Les diplopodes, pour leur part, inoculent des agents toxiques.

8. Une reproduction très peu romantique

Une autre des curiosités les plus pertinentes au sujet des mille-pattes est que leur reproduction est assez archaïque. Il n’y a généralement pas de copulation chez la plupart des espèces : le mâle laisse un spermatophore protégé par du sperme quelque part et la femelle qui le trouve le récupère et se féconde. Dans le monde des scolopendres, il n’y a pas de danses, de parades nuptiales ni de cadeaux de mariage.

9. Les mille-pattes s’occupent de leurs petits

Ces arthropodes ne sont pas des romantiques, mais ce sont de bons parents. Les geophilomorpha et les scolopendres femelles, par exemple, s’enroulent sur les œufs pour les protéger, éliminant ainsi les acariens et les champignons qui pourraient apparaître à leur surface.

Cela va même plus loin, car la mère reste avec le nouveau-né jusqu’à ce qu’il puisse quitter le nid. Certaines espèces affichent même un comportement appelé matriphagie : les petits nouvellement éclos se nourrissent du corps de leur mère avant de venir au monde. Peu de situations adhèrent autant à la phrase “donner sa vie pour ses enfants”.

Les œufs qui ne sont pas soignés par la mère ont tendance à être infestés de champignons et à pourrir.

10. Une situation mondiale inconnue

En guise de conclusion, nous tenons à souligner que la grande majorité de ces invertébrés n’a pas été évaluée en matière d’état de conservation. Cela signifie qu’on ne sait pas s’ils sont en danger d’extinction ou non, car leur nombre de population ne peut pas être calculé et il n’est pas possible d’établir des programmes de protection spéciaux.

Pour cette raison, il est nécessaire que nous fassions tous notre part et que nous évitions des altercations inutiles avec eux. Si jamais vous trouvez un mille-pattes à la maison, déplacez-le avec un balai sans le toucher, mais ne le tuez pas. Ces prédateurs méritent respect et admiration, malgré le fait que leur apparence physique soit intimidante.

Cela pourrait vous intéresser ...
Morsure de mille-pattes chez le chien : comment agir ?
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Morsure de mille-pattes chez le chien : comment agir ?

La morsure de mille-pattes chez le chien ne provoque généralement pas de symptômes graves chez l'animal, mais il vaut mieux les connaître.



  • Attems, C. (1930). Scolopendromorpha (pp. 1-287). De Gruyter.
  • Cupul-Magaña, F. G. (2014). Los ciempiés escolopendromorfos (Chilopoda: Scolopendromorpha) de México: clave para géneros. Revista Colombiana de Entomología, 40(2), 292-297.
  • Zalesskaja, N. T., & Shileyko, A. A. (1990, July). The distribution of Scolopendromorpha in the USSR. In Advances in Myriapodology, Proceedings of the 8th International Congress of Myriapodology, Innsbruck (pp. 15-20).
  • González-Sponga, M. A. (2000). Miriapodos de Venezuela: diez nuevas especies del genero Newportia (Chilopoda: Scolopendromorpha: Cryptopidae). Memoria de la Fundación La Salle de Ciencias Naturales, 60(153), 103-122.
  • Adis, Joachim; Harvey, Mark S. (2000). “How many Arachnida and Myriapoda are there worldwide and in Amazonia?”. Studies on Neotropical Fauna and Environment. 35 (2): 139–141