10 curiosités sur les poux

Les poux ont la réputation d'être ennuyeux et gênants, mais de nombreuses choses intéressantes peuvent être racontées à leur sujet. Découvrez ici quelques curiosités sur les poux !
10 curiosités sur les poux

Dernière mise à jour : 09 septembre, 2021

Les poux  présentent de nombreuses particularités intéressantes, mais peu veulent les connaître au niveau biologique. Aux États-Unis seulement, entre 6 et 12 millions de personnes sont infectées chaque année par le parasite Pediculus humanus capitis, surtout entre 3 et 11 ans. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un tableau clinique grave, il est très désagréable et facile à transmettre.

Personne n’aime sentir la croissance d’une population de poux sur sa tête, mais il faut reconnaître qu’il y a beaucoup d’espèces au sein de leur groupe sur la planète qui ne nous affectent pas et qui nous apportent des connaissances biologiques inestimables. Si vous voulez en savoir plus sur ces invertébrés, poursuivez donc votre lecture !

1. Il n’y a pas qu’une seule espèce de pou

Les humains connaissent bien l’ espèce Pediculus humanus et ses deux sous-espèces (capitis et humanus), mais la réalité est qu’il y a beaucoup plus de poux. Tous appartiennent à l’ordre des insectes Phthiraptera, qui comprend quelque 5000 espèces différentes d’hexapodes aptères.

Tous les poux sont des parasites obligatoires : ils ont besoin d’un hôte pour se nourrir et se développer. De plus, ils sont capables de parasiter toutes les espèces d’oiseaux et de mammifères, à l’exception des pangolins, des monotrèmes (ornithorynques et échidnés) et des chauves-souris. Sans aucun doute, leur stratégie évolutive est basée sur l’exploitation des autres.

Il existe plus de 5000 espèces de poux, mais les humains sont plus familiers avec Pediculus humanus.

2. Plusieurs types de poux

Les poux peuvent être classés en 2 groupes en fonction de leurs habitudes vitales. Ce sont les suivants :

  • Poux suceurs : ces insectes obtiennent leur nourriture en suçant les sécrétions sébacées, le sang et d’autres fluides produits par le corps de l’hôte.
  • Poux broyeurs : ce sont des charognards et se nourrissent des restes de matière organique sécrétée par l’hôte. Cela inclut la peau qui s’écaille, les fragments de cheveux et de plumes et les débris trouvés à la surface.

Certains poux sont hautement spécialisés et ne vivent qu’à la surface d’un hôte, tandis que d’autres peuvent coloniser divers systèmes biologiques. Il faut aussi noter que certaines espèces limitent leur rayon d’action à une seule partie du corps, mais d’autres peuvent parasiter toute la surface de l’animal tant qu’il y a de la nourriture disponible.

Un pou vu au microscope.

3. Des êtres minuscules

La plupart des espèces de poux sont minuscules. Leur longueur moyenne est de 2 à 3 millimètres chez l’adulte, bien que certains spécimens exceptionnels mesurent près d’un centimètre. Leur tête est ovale, et leur corps est étroit, semi-transparent et très aplati au niveau dorso-ventral.

Ces insectes n’ont pas d’ocelles et leurs yeux composés sont de taille réduite (ou absents). Leurs antennes sont également très basiques, nous pouvons donc supposer qu’ils ne sont pas aptes à naviguer dans l’espace tridimensionnel. Ils arborent généralement une couleur pâle ou grisâtre, qui s’assombrit avec le temps chez les espèces qui se nourrissent du sang de l’hôte.

Le thorax de ces insectes comporte 3 segments soudés. Les poux ont 6 pattes qui se terminent par des griffes, lesquelles leur permettent de s’attacher à leur hôte.

4. Spécificité ou généralisme ?

Les poux ont tendance à être hautement spécialisés dans l’espèce qu’ils parasitent. Pour cette raison, l’état de conservation de chaque espèce dépend de son hôte : si l’hôte s’éteint, le pou en fait de même. Ces insectes sont d’excellents modèles pour expliquer les processus de coévolution, c’est-à-dire comment parasites-parasités ont évolué dans le temps pour s’adapter à la nature de l’autre.

5. Un cycle de vie plus simple qu’il n’y paraît

Les poux sont des insectes hémimétaboliques, ils subissent une métamorphose incomplète et les nouveau-nés ressemblent plus ou moins aux adultes. Ses phases sont très faciles à citer : stade œuf, 3 stades nymphaux et stade adulte. Pour atteindre la maturité sexuelle, la nymphe doit subir 3 mues de l’exosquelette.

38 % des nymphes de l’espèce Pediculus humanus capitis meurent dans les deux premiers jours après leur naissance en captivité. On estime que le taux de mortalité en milieu naturel est beaucoup plus élevé, de sorte que ces insectes doivent se fier davantage au nombre d’œufs qu’ils produisent que sur la qualité de leur progéniture.

Un pou femelle pond en moyenne 6 œufs par jour et vit 30 jours. Pour qu’ils ne se détachent pas, elle les colle avec sa salive à la surface de l’hôte.

6. Quelles espèces affectent les humains ?

L’homme n’est affecté que par 2 espèces de poux parmi les plus de 5000 décrites. Ce sont Pthirus pubis et Pediculus humanus. A noter que cette dernière est divisée en 2 sous-espèces supplémentaires selon son aire de répartition : P. humanus capitis (tête) et P. humanus humanus (corps). Sans aucun doute, dans les pays à revenu élevé, la sous-espèce de la tête est la plus courante.

7. L’insecte au plus petit génome du monde

Le pou du corps humain est l’insecte dont le génome est le plus basique qui existe. La longueur de son ADN est de 108 mégabases (Mo), tandis que celle de l’être humain est de 3 200 Mo. Cela signifie qu’il dispose de très peu d’informations génétiques pour coder les protéines. Cependant, des études indiquent que cet insecte conserve une quantité remarquable d’ADN bien qu’il soit un parasite obligatoire.

Ayant un nombre très faible de gènes, le pou du corps humain a été utilisé comme modèle dans de multiples enquêtes.

8. Quelques chiffres épidémiologiques

A partir d’ici, nous allons nous concentrer un peu plus sur les espèces qui affectent les humains. Les poux, notamment ceux de la tête, génèrent des ondes épidémiologiques à certaines périodes de l’année chez les enfants entre 3 et 11 ans. Sans aller plus loin, aux États-Unis, 6 à 12 millions de cas sont signalés chaque année.

La prévalence varie de 0,7 % à 59 % selon la zone géographique analysée. Dans tous les cas, c’est un parasite qui touche plus les femmes que les hommes, car elles ont plus de poils et il est plus difficile d’identifier les larves et les œufs et de s’en débarrasser.

9. Les poux ne peuvent pas voler

Les poux n’ont pas d’ailes, ils ne peuvent donc pas voler de tête en tête pour coloniser un nouvel hôte. Cependant, ils sont capables de “sauter” d’humain en humain lorsqu’ils voient une opportunité favorable. Cela se produit généralement lorsqu’une personne infectée touche une personne en bonne santé avec sa tête ou lorsqu’une personne non infectée utilise les outils de beauté d’une personne infectée.

Soulignons que la présence ou l’absence de poux sur le corps d’un être humain ne dépend pas de son hygiène. Bien que le manque d’hygiène puisse favoriser la croissance des nymphes et une charge d’œufs plus importante, l’infection est arbitraire et il suffit d’être suffisamment proche d’une personne infectée.

10. Les autres animaux ne vous donneront pas leurs poux

Presque chaque pou est spécifique à son espèce hôte, au moins jusqu’au niveau du genre. Par conséquent, si votre chien ou votre lapin a un pou spécifique, vous pouvez être sûr qu’il ne vous sautera pas à la tête pour y vivre. Comme nous l’avons dit, la coévolution hôte-parasite est forte et nécessite que les deux soient spécifiés dans cette relation.

Que pensez-vous de ces curiosités sur les poux ? Bien que ces invertébrés soient des parasites assez gênants pour l’homme, ils représentent également une excellente opportunité d’explorer la relation hôte-agent pathogène et les sacrifices que ce dernier doit faire pour s’adapter à la vie parasitaire. Bien que nous ne les aimions pas sur la tête, en laboratoire, ils peuvent nous apporter de nombreuses réponses.

Cela pourrait vous intéresser ...
Fourmis charpentières : caractéristiques et contrôle
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Fourmis charpentières : caractéristiques et contrôle

Les fourmis charpentières sont de minuscules arthropodes qui aiment construire leurs nids dans le bois des arbres et des poutres.