10 curiosités sur les termites

Les termites mènent un mode de vie similaire aux fourmis, mais ils se distinguent de ces dernières sur le plan génétique. Saviez-vous qu'ils sont liés aux cafards ?
10 curiosités sur les termites

Dernière mise à jour : 30 août, 2021

Les termites présentent de nombreuses particularités intéressantes, mais malheureusement la plupart des personnes ne veulent pas connaître leur existence. S’il est vrai qu’ils causent de réels dégâts au niveau architectural, ces petits insectes possèdent de nombreux traits biologiques propres à leur groupe qui les rendent très spéciaux.

Les termites forment d’énormes colonies, s’organisent en castes et digèrent des aliments que les autres êtres vivants sont incapables d’assimiler. Si vous souhaitez en savoir plus sur eux, poursuivez donc votre lecture !

1. Les termites sont des parents des cafards

Avant de parler de leur organisation sociale, il est nécessaire de préciser le statut taxonomique de ces invertébrés. Les termites appartiennent à la classe Insecta (avec les coléoptères, les sauterelles, etc.) et au groupe inférieur appelé l’ordre Blattodea. Cela signifie qu’au niveau génétique, ce sont des parents très proches des cafards.

À leur tour, les termites forment leur propre groupe inférieur, le sous-ordre Isoptera. Environ 3 000 espèces ont été décrites au sein de ce taxon, mais il y en a sûrement beaucoup plus. Plus de 1000 de ces espèces ont été localisées en Afrique, où les monticules et galeries souterraines marquent le paysage.

Les termites sont des parents directs des cafards et ont évolué à partir d’eux.

2. Les termites ne sont pas des fourmis

Les termites sont souvent confondus avec des fourmis en raison de leur caractère colonial et de leur petite taille, mais ces deux groupes ne sont pas des proches parents. Le groupe d’insectes qui nous concerne ici est de couleur blanchâtre, n’a pas d’yeux et a un plan d’organisation beaucoup plus plat et plus épais que celui d’une fourmi typique.

Le corps des termites est divisé comme celui de tout insecte : prothorax, mésothorax et métathorax. Chacune de ces 3 sections comprend une paire de pattes et de plaques protectrices, appelées tergites sur le plan dorsal et sternites sur le plan ventral.

Les termites ouvriers n’ont pas d’ailes. Les mâles et les femelles reproducteurs sont ailés pendant une courte période.

L'un des insectes qui mangent du bois.

3. Tous les termites sont petits ?

Les termites sont très petits, puisqu’ils mesurent en moyenne de 0,4 à 1,5 centimètre. Cependant, il existe certaines exceptions à cette règle : la reine de l’espèce Macrotermes bellicosus mesure jusqu’à 10 centimètres de long, tandis que ses ouvrières mesurent rarement plus de 0,36 centimètre. La race du spécimen détermine sa taille.

4. Les rois de l’eusocialité

Bien qu’ils ne soient pas des parents directs, les termites partagent un système d’organisation eusocial clair avec les abeilles et les fourmis. Cela signifie que la population est divisée en castes selon leur morphologie et leur travail dans le groupe. Dans la termitière, nous trouvons les représentants suivants :

  • Ouvriers : ils sont chargés de chercher la nourriture, de la stocker, de construire le nid, de s’occuper des larves et de nourrir la reine. Il semble que les ouvriers les moins expérimentés passent leur temps à protéger leur reine, tandis que les autres vont à l’extérieur pour chercher de la nourriture.
  • Soldats : leur seule tâche est de protéger la colonie. Ils ont des mâchoires évidentes et une grosse tête. En raison de leur anatomie, ils sont parfois incapables de se nourrir seuls, les ouvriers s’occupent alors d’eux.
  • Reine et roi : Ils restent ensemble pour la vie, et la reine pond constamment des œufs.

Dans les organismes eusociaux, la structure biologique est beaucoup plus grande que la somme de ses parties. Les ouvriers et les soldats sont stériles et un seul couple se reproduit.

5. Une eusocialité différente

Comme vous pouvez le voir, la structure sociale est assez différente de celle des fourmis. Chez ces derniers insectes, les mâles ailés vivent très peu de temps et leur seule tâche est de se reproduire. Pour cette raison, dès qu’ils fécondent une femelle ailée, ils meurent. Chez les termites, ce n’est pas le cas, puisque le roi et la reine restent ensemble à vie.

Ce changement se reflète également au niveau génétique : les fourmis mâles sont haploïdes (n), ce qui signifie qu’elles possèdent la moitié de l’information génétique et éclosent à partir d’œufs non fécondés. Chez les termites, ce n’est pas le cas, car les rois sont le produit de la reproduction sexuée et ont la même quantité d’ADN que le reste des membres de la colonie.

6. Les ouvriers ont plus de “personnalité”

Au sein des fourmilières, toutes les ouvrières sont des femelles et se comportent de la même manière. Dans les termitières, ce n’est pas le cas : il y a des ouvriers et des ouvrières qui peuvent avoir des rôles différents au sein de la colonie. Cependant, leur couleur est toujours jaunâtre pâle et ils sont plus petits et plus fragiles que le roi et la reine.

Au-delà des distinctions écologiques, ces deux insectes ont des points communs. Comme les études l’indiquent, la présence d’ailes chez les rois et les reines avant de fonder la colonie dans les deux familles indique une nette convergence évolutive. Il est également curieux que dans les deux groupes, les ouvriers se soient adaptés au creusement des souterrains et, par conséquent, aient perdu la capacité d’avoir des ailes.

7. Des colonies gigantesques

L’une des curiosités les plus choquantes des termites est qu’ils vivent dans des sociétés gigantesques. Les « gratte-ciel » en terre sont célèbres dans des pays comme l’Afrique et met en évidence la capacité de construction de ces insectes. Une seule colonie peut comprendre entre 60 000 et 1 000 000 d’ouvriers, selon l’espèce et les conditions environnementales.

Une “mégapole” de termites a été enregistrée au Brésil, couvrant 230 000 kilomètres carrés, soit la taille de la Grande-Bretagne.

8. La base de l’écosystème

Les termites sont des organismes détritivores responsables du métabolisme de la matière organique végétale à n’importe quel niveau de décomposition. Fait intéressant, ils sont considérés comme l’une des principales usines biologiques de méthane atmosphérique (11 %), car ils le libèrent lors du processus de dégradation de la cellulose. Pour digérer ce composé végétal complexe, ils ont besoin de l’aide de certains micro-organismes.

L’une des curiosités les plus fascinantes à propos des termites est qu’ils abritent des protozoaires et des protistes dans leur système digestif. Ces organismes sont chargées de produire les enzymes nécessaires à la dégradation de la cellulose, et en retour, ils reçoivent un milieu adapté à leur survie. C’est un mécanisme de symbiose évident, puisque les deux parties y gagnent.

Des espèces plus « évoluées » peuvent produire l’enzyme cellulase et décomposer la cellulose, mais elles dépendent toujours des bactéries pour la plupart du travail.

9. Les termites ne naissent pas avec leur mécanisme de symbiose

Les petits ne viennent pas au monde avec les micro-organismes producteurs d’enzymes dans leur système digestif. Par conséquent, ils doivent se nourrir des déchets des spécimens adultes, afin d’obtenir leur capacité à digérer la cellulose.

Des termites.

10. Une relation conflictuelle avec l’être humain

Enfin, il faut noter que la relation de certaines espèces de termites avec l’homme est très conflictuelle. Rien qu’aux États-Unis, ces insectes causent une perte de 5 000 milliards de dollars chaque année, car ils s’installent dans les cloisons et les meubles en bois et causent de très graves dégâts.

Bien que ces insectes n’aient aucune once de méchanceté, il est parfois nécessaire de les tuer à cause de leur condition de ravageur. Le débat reste ouvert : sommes-nous ceux qui occupent leurs écosystèmes, raison pour laquelle ils profitent des constructions humaines ?

Cela pourrait vous intéresser ...
10 curiosités sur les solifuges
My AnimalsLisez-le dans My Animals
10 curiosités sur les solifuges

Les solifuges ont dû s'adapter à la vie dans des climats arides et désertiques. Apprenez-en plus ici sur ces arachnides fascinants.



  • Bourguignon, T., Lo, N., Dietrich, C., Šobotník, J., Sidek, S., Roisin, Y., … & Evans, T. A. (2018). Rampant host switching shaped the termite gut microbiome. Current biology, 28(4), 649-654.
  • Maurice, N., & Erdei, L. (2018). Termite gut microbiome. In Termites and Sustainable Management (pp. 69-99). Springer, Cham.
  • Nishimura, Y., Otagiri, M., Yuki, M., Shimizu, M., Inoue, J. I., Moriya, S., & Ohkuma, M. (2020). Division of functional roles for termite gut protists revealed by single-cell transcriptomes. The ISME Journal, 14(10), 2449-2460.
  • Snyder, T. E. (1926). The biology of the termite castes. The Quarterly Review of Biology, 1(4), 522-552.