Coléoptère bombardier : habitat et caractéristiques

Le coléoptère bombardier est l'un des insectes les plus fascinants de la planète. Grâce à ses méthodes de défense chimique, il est capable d'éviter la mort et l'attaque des prédateurs.
Coléoptère bombardier : habitat et caractéristiques

Dernière mise à jour : 04 juillet, 2021

Le terme « coléoptère bombardier » désigne divers coléoptères de la famille des Carabidae. Les plus de 500 espèces de coléoptères des tribus Brachinini, Paussini, Ozaenini et Metriini rassemblées dans ce taxon ont une caractéristique fascinante en commun : lorsqu’ils sont menacés, ces invertébrés excrètent un composé chimique corrosif.

Bien qu’il existe de nombreuses espèces de coléoptères bombardiers, nous allons concentrer notre attention sur le genre Brachinus, notamment l’espèce Brachinus fumans, l’une des plus célèbres. Si vous voulez en savoir plus sur ce fascinant groupe de coléoptères, poursuivez donc votre lecture.

L’habitat du coléoptère bombardier

Comme nous l’avons dit, ce terme englobe plus de 500 espèces différentes et il serait impossible de décrire les habitats de toutes ces espèces. Seul le genre Brachinus possède des espèces avec des aires de répartition très disparates, allant de l’Amérique du Nord à l’Espagne, en passant par les Caraïbes, l’Ukraine, le Maroc, le Portugal, la France et de nombreuses autres régions.

Pour sa part, l’espèce Brachinus fumans ne se trouve qu’en Amérique du Nord, tou comme Brachinus alternans et Brachinus audustipennis, entre autres. En général, les coléoptères bombardiers sont cosmopolites et généralistes : ils s’installent dans presque tous les environnements avec un minimum d’humidité et de température pour faire éclore leurs œufs.

La plupart des espèces sont endémiques des prairies et des forêts tempérées ou tropicales. 26 espèces du genre Brachinus se trouvent en Asie. Aux États-Unis, plus de 40 espèces ont été enregistrées.

Un bombardier sur fond blanc.

Caractéristiques physiques

Comme tous les insectes, les coléoptères bombardiers ont un corps segmenté, composé d’une tête, d’un thorax et d’un abdomen. Tousp présentent les caractéristiques suivantes : des antennes lamellaires, 6 pattes qui naissent du thorax et un abdomen composé de 10 segments chez les mâles et 9 chez les femelles.

De plus, ces coléoptères portent des élytres durcis sur la partie dorsale de leur corps. Ces structures gardent les ailes, qui sont considérées comme des vestiges chez les espèces américaines et ne sont pas utilisées pour le vol. En tant que mécanisme compensatoire, les bombardiers ont développé un système de défense chimique des plus fascinants.

La principale couleur de Brachinus fumans est le orange. En revanche, ses élytres sont d’un ton métallique noir et vert, qui varie selon la lumière. D’autres espèces sont très différentes : par exemple, Brachinus alternans se distingue par son teint jaune et ses élytres verts très visibles. Ces coléoptères ne mesurent généralement pas plus de 2,5 centimètres.

Les différentes espèces de coléoptères bombardiers ont une forme corporelle très similaire, mais les couleurs et les motifs varient considérablement d’une espèce à l’autre.

Alimentation et comportement

La plupart des espèces de coléoptères bombardiers sont carnivores, ce qui inclut également leurs larves. Ces invertébrés sortent généralement la nuit à la recherche de leurs victimes, en l’occurrence de petits insectes. Ce sont aussi des animaux grégaires et ont alors tendance à se rassembler dans les creux des bûches et des pierres lorsqu’ils ne cherchent pas de nourriture.

Leur cycle de vie est assez court. Ces invertébrés pondent leurs œufs sous terre, dans des endroits où la matière organique en décomposition est abondante, comme sous les carcasses d’animaux.

La larve qui sort de l’œuf est de très petite taille et doit subir des mues successives jusqu’à ce qu’elle atteigne son dernier stade. Lorsqu’elle a été suffisamment nourrie et qu’elle dispose de réserves énergétiques, elle forme une nymphe autour d’elle et subit une métamorphose.

Les spécimens adultes ne vivent que quelques semaines. Suffisamment de temps pour se nourrir et se reproduire.

Le scarabée bombardier est considéré comme un biocontrôleur dans de nombreuses régions, car il se nourrit de parasites agricoles.

Le mécanisme de défense du coléoptère bombardier

Si ces animaux se distinguent par quelque chose, c’est sans aucun doute leur capacité à se défendre contre les prédateurs. Comme le montrent les études publiées dans la revue Science, les coléoptères bombardiers sont capables de générer des “explosions” internes grâce à la construction bicamérale de leurs glandes pygidiennes situées dans l’abdomen.

Chacune des glandes pygidiennes contient 2 chambres : une chambre de réserve et une chambre de réaction qui convergent dans un conduit de sortie situé à l’extrémité de l’abdomen. D’autre part, une valve inter-chambre sépare les 2 contenus des deux chambres. Celles-ci sont recouvertes d’une cuticule qui protège l’animal des propriétés corrosives des fluides stockés.

La chambre de réserve contient à l’intérieur un liquide composé de 25 % de peroxyde d’hydrogène et de 10 % d’hydroquinone, en plus d’autres composés non réactifs. Si nécessaire, la valve inter-chambre peut s’ouvrir via une action musculaire, et le fluide est mélangé à un autre qui contient des catalases et des peroxydases.

Le résultat est 1,4-benzoquinone, qui apparaît après une réaction hautement exothermique qui libère de l’oxygène sous forme de gaz, d’ eau, de vapeur et de chaleur, atteignant une température allant jusqu’à 100 ºC. Un liquide corrosif bouillant est donc propulsé par le conduit de sortie, capable d’irriter les yeux et le système respiratoire des vertébrés qui y sont exposés.

Cet agent corrosif est excrété « par impulsions » plutôt qu’en un flux continu. Le scarabée bombardier est capable de réaliser 500 impulsions par seconde.

Un scarabée bombardier.

Un mécanisme de défense inhabituel

Incroyable, n’est-ce pas ? Le scarabée bombardier crée une véritable explosion dans son environnement abdominal, par une réaction exothermique propre au règne animal. Comme ces invertébrés manquent d’autres méthodes de défense, ils s’appuient sur la chimie la plus extrême pour compenser leurs lacunes.

On trouve les coléoptères bombardiers dans de nombreuses régions du monde, il est donc possible que certaines espèces habitent les champs de votre région de résidence. Les voir dans leur milieu naturel est un véritable spectacle, mais pensez à respecter leur espace si vous ne voulez pas vous faire peur.

Cela pourrait vous intéresser ...
Pyrophorus, des scarabées bioluminescents
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Pyrophorus, des scarabées bioluminescents

En comparaison avec les lucioles ou aux cafards, les Pyrophorus sont un genre de scarabée bioluminescent totalement différent et unique.



  • Brachinus fumans, Animal Diversity Web (ADW). Recogido a 21 de junio en https://animaldiversity.org/accounts/Brachinus_fumans/
  • Arndt, E. M., Moore, W., Lee, W. K., & Ortiz, C. (2015). Mechanistic origins of bombardier beetle (Brachinini) explosion-induced defensive spray pulsation. Science, 348(6234), 563-567.
  • Eisner, T., & Aneshansley, D. J. (1999). Spray aiming in the bombardier beetle: photographic evidence. Proceedings of the National Academy of Sciences, 96(17), 9705-9709.
  • Beheshti, N., & Mcintosh, A. C. (2007). The bombardier beetle and its use of a pressure relief valve system to deliver a periodic pulsed spray. Bioinspiration & biomimetics, 2(4), 57.
  • Attygalle, A. B., Xu, S., Moore, W., McManus, R., Gill, A., & Will, K. (2020). Biosynthetic origin of benzoquinones in the explosive discharge of the bombardier beetle Brachinus elongatulus. The Science of Nature, 107(4), 1-11.