Comment les sauterelles se reproduisent-elles ?

Les sauterelles sont des invertébrés ovipares, c'est-à-dire qu'elles naissent grâce à une ponte. Leur reproduction est l'une de leurs caractéristiques les plus intéressantes.
Comment les sauterelles se reproduisent-elles ?

Dernière mise à jour : 20 novembre, 2021

Les sauterelles sont des invertébrés très intéressants tant d’un point de vue physique qu’éthologique. Ces insectes habitent diverses parties du monde et sont des herbivores, c’est pourquoi ils sont classés comme nuisibles dans les régions où ils prolifèrent trop. Malgré leur potentiel destructeur, leur cycle de vie mérite d’être étudié.

Savoir comment les sauterelles naissent et se reproduisent est non seulement essentiel pour éliminer les ravageurs, mais aussi pour préserver les espèces dans des situations vulnérables. Bien qu’elles soient parfois gênantes, elles sont essentielles dans les écosystèmes. Ci-dessous, nous vous disons tout sur le cycle de vie de ces insectes polyvalents.

Quelles sont les principales caractéristiques des sauterelles ?

Tout d’abord, il convient de noter que les sauterelles sont des insectes appartenant à l’ordre des orthoptères. Elles partagent un groupe taxonomique supérieur avec les grillons, les tettigoniidae et les wetas. Ils ont tous un plan d’organisation similaire, bien que les habitudes et les dimensions varient considérablement entre les sexes et les familles.

Au niveau taxonomique, le terme sauterelle désigne tout insecte appartenant au sous-ordre des orthoptères Caelifera. Ce groupe comprend plus de 12 000 espèces réparties en 2 400 genres, des chiffres qui ne font qu’attester de leur énorme biodiversité.

Il est à noter que ce taxon comprend également les criquets migrateurs. Mais nous ne nous attarderons pas sur eux ici.

Le plan d’organisation des sauterelles est caractéristique de (presque) tous les insectes : une tête avec des antennes, un dispositif oculaire et des mâchoires ; un thorax avec 3 paires de pattes et 2 paires d’ailes ; et un abdomen avec 11 segments et les organes reproducteurs.

Elles se distinguent par leurs pattes postérieures extrêmement longues. Ces pattes ont également une grande force motrice.

Ces insectes sont considérés comme polyphages. La plupart des sauterelles se nourrissent des tiges, des feuilles, des jeunes pousses, des graines et des grains d’une immense variété de végétaux. Les autres se nourrissent également de tissus animaux en décomposition et d’excréments de vertébrés.

Une sauterelle peut parcourir près de 80 centimètres de distance en un seul saut. Si l’humain avait cette capacité, il serait capable de traverser un terrain de football avec une seule impulsion.

Le visage d'une sauterelle.

Comment les sauterelles se reproduisent-elles ?

Les mâles de nombreuses espèces passent une grande partie de la journée à « chanter » – ce processus s’appelle la stridulation – pour attirer les femelles lorsque les conditions sont réunies, à savoir quand il fait chaud et qu’il ne pleut pas. Ils parviennent à générer des sons en frottant les pattes postérieures et les structures alaires déchiquetées.

Dans la plupart des cas, les mâles attirent les femelles et grimpent dessus pour les féconder sans trop de complications. Il existe quelques exceptions à cette règle, comme l’espèce Kosciuscola tristis, originaire d’Australie. Plusieurs mâles tentent d’atteindre le dos de la même femelle : ils se poussent et se mordent même les uns les autres.

Une fois que le mâle est au-dessus de la femelle réceptive, il introduit son œdème – un organe copulateur intrusif – dans l’extrémité abdominale de sa partenaire. Il transmet ainsi un spermatophore qui contient des cellules sexuelles viables. Les spermatozoïdes fécondent les ovules en voyageant à travers des canaux.

Pendant la copulation, le mâle reste attaché sur le dos de la femelle par l’abdomen.

Reproduction des sauterelles.

Comment naissent les sauterelles ?

Au fur et à mesure que les mâles rivalisent, les femelles prennent du poids et commencent à faire mûrir les œufs à l’intérieur de leur corps. Après la reproduction, la mère fécondée fait un trou dans le sol à l’aide de son ovipositeur – l’organe chargé de pondre les œufs – et y dépose délicatement les œufs. Cela se produit généralement au printemps ou été.

Le nombre d’œufs pondus par femelle au cours d’un même événement varie selon les espèces, mais on estime que la ponte comprend entre 7 et 30 cabosses avec 8 à 30 œufs chacune. En général, la mère fécondée pondra en moyenne 100 œufs tout au long de la saison de reproduction. Elle doit se dépêcher, car elle ne vit pas plus d’un an.

Une fois que la ponte a eu lieu, la femelle recouvre les œufs de terre et quitte les lieux.

La naissance des jeunes

La naissance des jeunes dépend de la zone d’origine de l’espèce de sauterelle. Après quelques semaines de développement, dans de nombreux cas, les œufs entrent en état de diapause, un phénomène semblable à l’hibernation, afin de résister au froid de l’hiver.

Une fois les températures connues, les nymphes émergent avec un plan d’organisation similaire à celui des adultes. Toutefois, elles sont beaucoup plus petites.

Selon le climat dans lequel ils se trouvent, les œufs peuvent éclore au bout de quelques semaines ou jusqu’à 9 mois. Presque toutes les nymphes naissent simultanément.

Les sauterelles sont des hémimétaboles et ne passent que par 3 étapes dans leur vie : œuf, nymphe et adulte. Cela signifie qu’elles “sautent” le stade larvaire, une phase vitale chez d’autres insectes. Toutefois, les nymphes doivent muer leur exosquelette 5 fois pour atteindre le stade adulte.

La mue est le processus le plus délicat pour tout insecte. Les petites sauterelles doivent se séparer de leur squelette externe et en synthétiser un nouveau pour continuer de grandir.

Les spécimens nouvellement mués sont fragiles et leurs cuticules doivent durcir avec le temps. Ce processus nécessite une humidité relative élevée dans la plupart des cas.

Au dernier stade, les sauterelles développent des ailes. Ainsi, la présence de ces structures dans la région dorsale indique qu’il s’agit d’un spécimen adulte.

Une sauterelle.

Savoir comment naissent et se reproduisent les sauterelles est essentiel pour en finir avec les ravageurs agricoles, mais aussi pour comprendre le fonctionnement des écosystèmes. Ces invertébrés sont la base alimentaire de nombreux animaux et il est essentiel de les préserver pour maintenir les chaînes trophiques environnementales.

Cela pourrait vous intéresser ...
10 curiosités sur les sauterelles
My Animals
Lisez-le dans My Animals
10 curiosités sur les sauterelles

Au-delà de leurs sauts caractéristiques, il y a bien d'autres particularités que vous ne connaissez sûrement pas sur les sauterelles.