Fourmi folle : habitat, caractéristiques et potentiel invasif

La fourmi folle est l'une des 100 espèces envahissantes les plus meurtrières au monde. Découvrez ici pourquoi.
Fourmi folle : habitat, caractéristiques et potentiel invasif

Dernière mise à jour : 12 avril, 2022

Les fourmis sont des insectes eusociaux appartenant à la famille des Formicidae et inclus dans l’ordre des Hyménoptères, aux côtés des abeilles et des guêpes. Il existe plus de 22 000 espèces de formicidés. Celles-ci représentent jusqu’à 25 % de la biomasse animale terrestre, c’est pourquoi elles sont essentielles au maintien des écosystèmes. Certaines espèces, comme la fourmi folle, peuvent causer de graves dommages.

La fourmi folle (Anoplolepis gracilipes) est un hyménoptère asiatique qui a été introduit dans diverses régions du globe. Si vous voulez en savoir plus sur sa biologie et son potentiel invasif, poursuivez donc votre lecture !

L’habitat de la fourmi folle

On trouve la fourmi folle dans les basses terres tropicales de l’Asie du Sud-Est et leurs environs (îles des océans Indien et Pacifique). Son aire de répartition d’origine n’est pas claire du tout ; certaines études indiquent qu’elle pourrait être originaire d’Afrique, et qu’elle aurait ensuite envahi le continent asiatique.

Cette théorie est encore plus fondée si l’on tient compte du fait que le centre de diversité du genre Anoplolepis est l’Afrique et que la fourmi folle (Anoplolepis gracilipes) est la seule à s’être étendue au-delà de ce continent. Dans tous les cas, la véritable origine de l’espèce n’est pas encore claire ; sa distribution initiale varie selon les différentes preuves phylogénétiques trouvées.

On trouve cette espèce dans les terres humides et à basse altitude, bien que des spécimens aient été vus à plus de 1200 mètres d’altitude.

L’expansion de l’espèce

Comme l’indique l’organisme CABI, cette espèce a été accidentellement introduite dans de nombreuses régions au-delà du continent asiatique. Vous trouverez ci-dessous une liste des écozones qu’elle a colonisées, mais on estime qu’il y en a beaucoup plus :

  • Région afrotropicale : Emirats Arabes Unis.
  • Australasie : Australie et Nouvelle-Calédonie.
  • Région indo-australienne : Bornéo, Fidji, Hawaï, Indonésie, Malaisie, Nouvelle-Guinée, Palau, Philippines, Samoa, Singapour, Îles Salomon, Tonga et bien d’autres régions.
  • Région malgache : Maurice, Réunion et Seychelles.
  • Espace néotropical : Mexique et Chili.
  • Région orientale : Bangladesh, Cambodge, Inde, Laos, Sri Lanka, Thaïlande, Vietnam et autres régions.
  • Région paléarctique : Chine, Grèce et Japon.

Bien que son aire de répartition soit déjà astronomique si l’on prend en compte les données officielles, l’espèce s’est très probablement étendue à davantage de régions. Le portail Antmaps.org propose une carte de l’extension de la fourmi folle légèrement plus précise.

En raison de son potentiel de colonisation, la fourmi folle est l’une des 100 espèces les plus destructrices au monde.

Deux fourmis folles.

Caractéristiques physiques

A. gracilipes se distingue de beaucoup d’autres fourmis par ses membres anormalement allongés. D’ailleurs, les bases des antennes sont 1,5 fois plus grandes que la tête entière. La région céphalique est ovoïde (beaucoup plus longue que large), les mâchoires comptent 8 dents et les pièces antennaires comptent 11 segments au total. Ses yeux sont grands et évidents.

Le mésosome (thorax) est très allongé et le pronotum s’étend vers l’avant, donnant à la structure un aspect de “cou”. Le métasome (abdomen) est également allongé et a une couleur un peu plus foncée que le reste du corps ; il est jaunâtre à l’œil nu.

Cette espèce se distingue par ses antennes et ses membres anormalement longs.

Le comportement de la fourmi folle

La fourmi folle a été définie comme un « prédateur charognard », une caractéristique commune à de nombreux autres taxons envahissants. Cette espèce se nourrit d’une grande variété de sources organiques, telles que des céréales, des graines, des arthropodes et des matières en décomposition (corps de vertébrés). Les colonies attaquent et démembrent également de petits invertébrés, comme les isopodes ou les araignées.

Cette espèce peut s’agréger de manière unicoloniale, formant ainsi diverses supercolonies interconnectées avec une densité d’ouvrières pratiquement inaccessible. De plus, ce sont des insectes polydomes (une même colonie a plusieurs nids dispersés) et polygynes (un nid a plus d’une reine).

Selon Ant Web, un seul nid peut abriter des centaines de reines et des milliers d’ouvrières à la fois. En raison de son potentiel reproducteur, cette espèce a battu le record de “fourmi fourragère avec la densité de population la plus élevée au monde” ; sa population s’est considérablement agrandie sur l’île Christmas (Australie), où elle a causé de véritables ravages dans l’écosystème.

Les ouvrières vivent environ 6 mois. La reine vit, elle, plusieurs années et peut pondre jusqu’à 700 œufs en 12 mois.

Un potentiel envahisseur inhabituel

La fourmi folle a été classée parmi les 100 espèces envahissantes les plus destructrices au monde. Sa capacité à former des supercolonies, à déplacer d’autres espèces et à tout détruire sur son passage n’est pas passée inaperçue, c’est pourquoi de multiples études ont quantifié ses effets sur différents écosystèmes.

La fourmi folle en Australie

En Australie, de grandes populations de cette espèce se sont établies. On pense que le changement climatique et l’augmentation mondiale des températures peuvent provoquer la propagation de la fourmi folle sur le territoire occidental du continent. Cela provoquera des pertes pouvant aller jusqu’à 3 milliards de dollars. Cette espèce peut s’installer sur les terres agricoles et les détruire.

Ces scénarios ne prennent même pas en compte les dommages pouvant être causés à la biodiversité et à la faune locales. Il a été démontré, par exemple, que la densité des espèces de fourmis endémiques diminue considérablement plus A. gracilipes se développe dans l’écosystème.

La fourmi folle sur l’île Christmas

L’exemple le plus clair du potentiel nocif de la fourmi folle est son installation et sa destruction sur l’île Christmas. Dans cette région, l’espèce a tué plus de 20 millions de crabes terrestres, l’un des piliers essentiels de l’équilibre trophique de l’écosystème.

Comme il y a de moins en moins de crabes se nourrissant de graines et d’herbes, de la végétation est apparue là où il n’y en avait pas et le fonctionnement des forêts a été profondément perturbé. La prolifération des buissons a fait monter en flèche le nombre de cochenilles dans les plantes (Coccoidea), ce qui se traduit par des dommages irréversibles à la flore endémique.

Les crabes terrestres ont été complètement exterminés dans les zones de l’île Christmas envahies par la fourmi folle.

Deux fourmis folles.

En somme, cette espèce cause de graves problèmes dans certains des écosystèmes dans lesquels elle a été introduite. C’est une fourmi très difficile à éradiquer et à contrôler, en raison des colonies massives qu’elle produit et de sa méthode généraliste d’exploitation de diverses niches écologiques.

Cela pourrait vous intéresser ...
Fourmi-lion : habitat et caractéristiques
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Fourmi-lion : habitat et caractéristiques

La fourmi-lion est un petit insecte dont la stratégie de chasse est impressionnante et efficace. Découvrez-en plus ici sur cette espèce.



  • Anoplolepis gracilipes, CABI. Recogido a 29 de junio en https://www.cabi.org/isc/datasheet/5575
  • Anoplolepis gracilipes, Antmaps.org. Recogido a 29 de junio en https://antmaps.org/?mode=species&species=Anoplolepis.gracilipes
  • Lester, P. J., & Tavite, A. (2004). Long-legged ants, Anoplolepis gracilipes (Hymenoptera: Formicidae), have invaded Tokelau, changing composition and dynamics of ant and invertebrate communities. Pacific Science, 58(3), 391-401.
  • Wetterer, J. K. (2005). Worldwide distribution and potential spread of the long-legged ant, Anoplolepis gracilipes(Hymenoptera: Formicidae). Sociobiology, 45(1), 77-97.
  • Hill, M., Holm, K., Vel, T., Shah, N. J., & Matyot, P. (2003). Impact of the introduced yellow crazy ant Anoplolepis gracilipes on Bird Island, Seychelles. Biodiversity & Conservation, 12(9), 1969-1984.