Gluvia dorsalis : habitat et caractéristiques

L'espèce Gluvia dorsalis appartient au groupe des solifuges, des arachnides très difficiles à voir en Europe. C'est le seul solifuge distribué en Espagne, il vaut donc la peine d'apprendre à le connaître.
Gluvia dorsalis : habitat et caractéristiques

Dernière mise à jour : 01 septembre, 2021

La biodiversité de la péninsule ibérique est très large, car cette région possède la plus grande richesse biotique d’Europe occidentale, avec un total de 60 000 espèces animales différentes. Mais il existe certains ordres et familles très peu représentés en milieu méditerranéen, comme les solifuges. Gluvia dorsalis est la seule espèce de ce groupe que l’on trouve en Europe, plus précisément en Espagne.

Les solifuges (ordre Solifugae) sont un groupe d’arachnides très peu connu, avec seulement 1000 espèces décrites réparties en environ 153 genres. Beaucoup des particularités de leur écologie et de leur reproduction n’ont pas été enregistrées, mais ce sont des êtres fascinants qui ne cessent de nous étonner. Apprenez-en plus ici sur leur représentant européen Gluvia dorsalis.

L’habitat de Gluvia dorsalis

Gluvia dorsalis est la seule espèce représentative de l’ordre des Solifugae habitant la péninsule ibérique. C’est un invertébré de petite taille typique des zones semi-arides que l’on trouve à travers l’Espagne et le Portugal, tant que l’environnement est de type méditerranéen.

Il semble que cette espèce habite notamment le centre et le sud de la péninsule, étant beaucoup plus rare (voire absente) dans les endroits à forte humidité relative. Pour cette raison, on ne la trouve pas dans les zones côtières du nord telles que la Galice, les Asturies ou la Cantabrie.

Cette espèce a une prédilection pour les zones sablonneuses et sèches, telles que les carrières abandonnées ou les terres arides avec des arbustes bas. 

Caractéristiques physiques

Avant de décrire spécifiquement Gluvia dorsalis, il nous paraît intéressant de passer brièvement en revue le plan d’organisation de tous les solifuges. Ces arachnides ont le corps divisé en 2 sections ou tagmes : un prosome ou céphalothorax (tagme antérieur) et un abdomen composé de 10 segments ou opisthosome (tagma postérieur). Ces structures ne sont pas clairement séparées par un pédicelle, comme c’est le cas chez les araignées.

Le prosome contient la tête, l’appareil digestif, la plupart des structures sensorielles, les pédipalpes et les pattes motrices (4 paires). Chez les solifuges, les pédipalpes sont fortement modifiés et projetés en avant, ce qui donne l’apparence qu’ils ont une cinquième paire de pattes. Ceux-ci sont utilisés pour contourner les obstacles, pour la chimioréception et pour la parade nuptiale.

Ce qui étonne le plus chez les solifuges, c’est leur paire de chélicères céphaliques, qui occupent parfois près du tiers de la longueur totale de l’animal (elles sont plus grosses que le prosome lui-même). Ces structures sont articulées avec un segment inférieur et un segment supérieur, chaque chélicère est donc une pince fonctionnelle idéale pour désintégrer la nourriture.

Gluvia dorsalis est considérée comme un solifuge de taille moyenne. Elle mesure environ 3 centimètres de long à son stade adulte. Son prosome et ses extrémités sont de couleur cuivre, tandis que son abdomen est un peu plus foncé. Ce solifuge se distingue également par ses nombreux poils tout le long de son corps, indispensables pour recevoir des stimuli.

Certains solifuges mesurent 12 centimètres de long.

Un spécimen de Gluvia dorsalis sur fond blanc.

Le comportement de Gluvia dorsalis

On sait très peu de choses sur l’écologie de la plupart des solifuges. Mais on sait que ce sont des animaux nocturnes, et qu’ils une vision étonnamment sophistiquée malgré la nature basique de leur appareil oculaire. Ils fuient les puissantes sources lumineuses comme le Soleil, d’où leur nom commun.

Selon des études récentes, Gluvia dorsalis a une préférence pour les champs ouverts avec peu de végétation, elle est donc plus abondante dans les écosystèmes tels que les pseudo-steppes et les champs cultivés. Les spécimens adultes se nourrissent activement la nuit de mai à novembre, mais lorsque l’hiver s’installe, ils retournent dans leurs terriers pour hiberner.

Ces arthropodes sont très rapides et il est courant de les voir courir d’un endroit à un autre dans les zones sablonneuses. Ils aiment aussi creuser superficiellement et créer de nouveaux lieux de repos, surtout entre 22 h 00 et 24 h 00.

L’activité de Gluvia dorsalis est négativement corrélée avec les précipitations et positivement corrélée avec la température. C’est-à-dire que plus il y a de chaleur et moins d’humidité, plus ce solifuge sort pour chercher de la nourriture.

Est-ce une espèce vénéneuse ?

À ce stade, il convient de noter que ni Gluvia dorsalis ni aucun autre solifuge ne sont porteurs de venin. Leurs chélicères sont très fortes et une morsure peut être désagréable, mais ces structures ne sont pas connectées à des glandes productrices de toxines. Par conséquent, cette espèce est inoffensive pour l’homme à tous égards.

Comportement alimentaire

En arachnides qu’ils soient, tous les solifuges sont strictement carnivores. Cependant, en raison de sa petite taille, Gluvia dorsalis ne peut accéder qu’à certaines proies : les fourmis (42 % de son alimentation), les isopodes ou les cochenilles (32 %) et les coléoptères (10 %).

Pour attraper leurs proies, les solifuges comptent sur leur vitesse et leurs fortes chélicères, car elles ne disposent d’aucune méthode de traque ou d’immobilisation spécifique qui facilite la chasse. Ces invertébrés osent affronter des victimes qui font presque leur taille (2-2,5 centimètres).

Comportement reproducteur

La reproduction chez les solifuges est ce qui a été le moins étudié. On sait que ce sont des arachnides ovipares, qu’ils font une parade nuptiale assez agressive et que la fécondation se fait par la transmission d’un spermatophore du mâle à la femelle. Chez l’espèce Gluvia dorsalis, la copulation n’a lieu qu’une fois par an, en juin.

Une fois fécondée, la femelle s’enfouit dans sa tanière et pond en moyenne 84 œufs (de 47 à 163). Malheureusement, elle meurt d’épuisement 9 jours après la ponte. Les larves mettent environ 56 jours à éclore et passent environ 17 jours sous une forme qui ne s’alimente pas jusqu’à ce qu’elles muent à nouveau pour devenir de jeunes spécimens.

Gluvia dorsalis est une espèce bisannuelle, c’est-à-dire qu’elle ne vit que 2 ans en moyenne.

Cette espèce est l’exemple vivant que nous devons accorder beaucoup plus d’attention aux invertébrés endémiques de nos pays, car on sait très peu de choses sur Gluvia dorsalis malgré la fascination que suscitent les solifuges en général. Sans aucun doute, nous devons préserver et admirer tous les êtres qui nous entourent, mais surtout ceux que l’on ne trouve que sur nos terres.

Cela pourrait vous intéresser ...
Solifuges : habitat et caractéristiques
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Solifuges : habitat et caractéristiques

Les solifuges sont des arachnides qui se caractérisent par leur grande vitesse et leurs membres distinctifs. Apprenez-en plus ici à leur sujet.



  • Hrušková-Martišová, M., Pekár, S., & Cardoso, P. (2010). Natural history of the Iberian solifuge Gluvia dorsalis (Solifuges: Daesiidae). The Journal of Arachnology, 38(3), 466-474.
  • González-Moliné, A. L., Melic, A., & Barrientos, J. A. (2008). IBÉRICO GLUVIA DORSALIS (LATREILLE, 1817)(SOLIFUGAE: DAESIIDAE). Boletin Sociedad Entomológica Aragonesa, 1(42), 385-395.
  • Rambla, M., & Barrientos, J. A. (1986). New data about Gluvia dorsalis (Latreille, 1817)(Solifugae, Daesidae).