La cryptobiose : un processus fascinant

28 août, 2020
Lorsque les situations environnementales deviennent extrêmes, les animaux doivent adopter des mesures pour assurer leur survie. La cryptobiose est l'une de ces dernières.

Saviez-vous qu’il existait des animaux capables de s’inactiver en cas de situations extrêmes ? Ce phénomène est bien réel et porte le nom de cryptobiose ! Certains êtres vivants entrent dans un état de latence au cours duquel ils ne réalisent aucun type d’activité métabolique.

Ceci leur permet de survivre dans des conditions environnementales extraordinaires comme la sécheresse, le manque d’oxygène, les faibles températures, les radiations létales ou une combinaison de tout cela. Nous vous invitons à poursuivre votre lecture pour découvrir l’un des processus les plus fascinants de la nature.

La cryptobiose, ou l’inactivation pour la survie

La cryptobiose est un processus mis en place par certains organismes quand ils se retrouvent face à des conditions adverses. Dans cet état, ils stoppent leur activité métabolique : ils ne se reproduisent ni ne se développent avant que les conditions redeviennent favorables. Par conséquent, il s’agit d’une phase réversible que certains considèrent comme un processus de résurrection.

Grâce à cela, ils sont capables de vivre très longtemps dans cet état ; nous pourrions même parler de périodes indéfinies ou, en théorie, infinies.

Nous retrouvons cette habileté chez les bactéries et chez de nombreux animaux invertébrés, comme les kystes embryonnaires de crustacés, de rotifères, de nématodes et de tardigrades. On a aussi retrouvé des cas dans certains tissus végétaux, dans des graines de plantes, dans des propagules et même des plantes supérieures.

Il semblerait que cette phase permette aux organismes d’être au bord de la vie, mais aussi de la mort. C’est pour cela que certains scientifiques en ont conclu que cet état était considéré comme la troisième forme d’organisation biologique : l’état cryptobiotique.

La cryptobiose d'une graine de plante.

Les quatre types de cryptobiose

On a pu décrire quatre types de cryptobiose en fonction de la situation environnementale extrême dans laquelle se retrouvaient les êtres vivants :

Anhydrobiose

Ce type de cryptobiose apparaît quand les êtres se retrouvent dans de longues périodes de sécheresse. Il se caractérise par la perte d’eau par évaporation. De cette façon, l’animal perd plus de 95 % de son eau corporelle et suspend son métabolisme.

Différents types de cryptobiose : cryobiose

Un organisme entre dans un état de cryobiose quand les conditions de température sont extrêmement faibles. Ceci lui permet de survivre à la congélation.

Pour que ce processus se fasse de manière adéquate, la vitesse de refroidissement doit être lente. La clé de la cryobiose réside dans la congélation de l’être mais en évitant la cristallisation de liquides pour ne pas endommager les tissus internes. Les êtres capables de réaliser ce processus peuvent vivre pendant des années en état de cryobiose.

Anoxybiose

Cet état a lieu quand les niveaux d’oxygène dans l’environnement sont très bas ou même inexistants.

Différents types de cryptobiose : psmobiose

Les animaux qui connaissent ce type de cryptobiose sont ceux qui font face à une grande variété de concentrations salines.

Exemple d’animaux cryptobiotes

Les artémies

Lorsque les circonstances ne sont pas optimales pour le développement et la croissance des larves de ces petits crustacés, les œufs entrent dans un état d’inactivation pendant une très longue période de temps, qui peut aller jusqu’à 10 ans !

En faisant cela, les artémies pourront supporter des situations extrêmes comme l’absence d’eau et d’oxygène, en plus de températures en dessous du point de congélation. Lors de ces états de cryptobiose, les œufs se paralysent et stoppent tous leurs processus métaboliques jusqu’à ce que les conditions d’eau, d’oxygène et de température redeviennent favorables.

La cryptobiose chez les artémies.

Les rotifères

Les rotifères de la classe des Bdelloïdés sont des invertébrés microscopiques qui vivent dans les eaux douces.

Ils sont capables d’entrer en anhydrobiose dans des conditions de sécheresse. Pour cela, quand l’eau s’évapore, leur volume corporel se réduit car ils compactent leurs organes et font disparaître la lumière des organes creux.

Les tardigrades

Il s’agit de l’organisme cryptobiote par excellence.

Les tardigrades, communément connus sous le noms d’oursons d’eau, sont des animaux microscopiques qui vivent aussi bien dans le milieu terrestre que marin et d’eau douce. Le plus surprenant est qu’ils sont capables de réaliser les quatre types de cryptobiose :

  • Au cours de l’anoxybiose, ce micro-organisme devient immobile, transparent et même rigide. Il peut rester dans cet état pendant 5 jours, à l’exception des espèces strictement aquatiques qui ne peuvent tenir que jusqu’à 3 jours
  • En ce qui concerne l’état de cryobiose, il s’agit d’une situation qui leur permet de survivre congelés pendant plusieurs années
  • Par ailleurs, l’osmobiose est une faculté qui permet aux tardigrades d’eau douce de se contracter quand ils se placent dans un milieu salin, tandis que les espèces marines deviennent turgescentes en eau douce
  • Enfin, quand ces animaux traversent des situations au cours desquelles la quantité d’eau qui les entoure diminue, ils se contractent, rentrent leur tête et leurs pattes jusqu’à adopter une forme immobile puis entrent dans un état d’anhydrobiose

Grâce à cela, les tardigrades sont extrêmement résistants face à des conditions environnementales extrêmes comme :

  • des températures qui vont de -273°C jusqu’à 150°C
  • de hautes pressions
  • le vide de l’espace
  • des radiations (rayons X ou UV)
  • des produits chimiques

 

Conclusion

Comme nous avons pu le voir, la cryptobiose est un processus fascinant qui permet à certains animaux de survivre alors que les facteurs environnementaux sont défavorables. Cette habileté leur permet de coloniser des milieux ou des situations qui ne seraient pas viables pour d’autres organismes.

Il s’agit donc d’un énorme avantage dans le monde animal et d’un exemple supplémentaire qui illustre bien que la nature ne cessera jamais de nous surprendre.

 

 

  • Nelson, D.R., Guidetti, R. and Rebecchi, L. Phylum Tardigrada. Thorp and Covich’s Freshwater Invertebrates: Ecology and General Biology: Fourth Edition. (2015).
  • Clegg, J.S. Cryptobiosis: a peculiar state of biological organization. Comp Biochem. Physiol. B. Biochem. Mol. Biol. (2001) 128(4):613,624.
  • Marotta, R., Lease, F., Ugetti, A., Ricci, C. and Melone, G. Dry and survive: morphological changes during anhydrobiosis in a bdelloid rotifer. J. Struct. Biol. (2010) 171(1):11-17.
  • Martínez-Espinosa, R. Gambas y microalgas de las salinas como alimento de los fringílidos. Ornitología práctica (2015) 71: 54-57.