La méthode des coléoptères pour protéger leur nourriture

Les coléoptères sont les insectes et les animaux les plus nombreux sur Terre. En raison du grand nombre d'espaces qu'ils habitent, ils ont développé de nombreuses stratégies pour protéger leur nourriture.
La méthode des coléoptères pour protéger leur nourriture

Dernière mise à jour : 25 octobre, 2021

Les coléoptères sont un groupe d’insectes très populaire pour leur forme et leurs couleurs. Cependant, ils adoptent également des comportements particuliers qui en font des spécimens surprenants. Les nécrophores en sont un exemple, car ils affichent un comportement curieux lorsqu’ils tentent de protéger leur nourriture.

Ces spécimens appartiennent à la famille des Silphidae, composée de coléoptères aux habitudes nécrophages. Seuls deux genres spécifiquessont connus sous le nom de nécrophores : Silpha et Nicrophorus. Si vous voulez savoir ce que font ces spécimens pour protéger leur nourriture, poursuivez donc votre lecture.

Les nécrophores

Ces coléoptères sont assez petits : ils mesurent entre 4 et 40 millimètres de long. Leur corps est aplati, quelque peu allongé et noir avec des taches rouges ou jaunes.

Ces insectes ont 3 paires de pattes avec des griffes au bout de chacune, ce qui leur permet de déplacer au mieux leur nourriture. En effet, leur alimentation est basée sur les restes d’animaux en décomposition, ils ont donc besoin d’une bonne prise en main pour transporter leur nourriture.

Aussi, ces coléoptères sont des maîtres à l’heure de localiser leur nourriture : ils détectent les cadavres à de grandes distances grâce à leur grand sens de l’odorat, avec lequel ils détectent les particules chimiques qui se dégagent de la décomposition de la matière. C’est ainsi que les coléoptères identifient facilement les restes d’animaux.

Cependant, leur caractéristique la plus frappante est leur capacité à protéger leur nourriture. Ils ont recours à une stratégie similaire à celle du bousier, mais avec certaines modifications qui les rendent différents de tout autre bousier.

Une coléoptère sur fond blanc.

Comment les coléoptères protègent-ils leur nourriture ?

Les nécrophores traitent leur nourriture avant de s’en nourrir : ils enlèvent les plumes et les poils. Tous ces restes sont ensuite compactés en une sorte de boule qui facilite grandement leur transport.

Ils déplacent donc l’énorme masse de charognes en la faisant rouler jusqu’à leur cachette. Cette stratégie leur permet d’avoir une grande réserve de nourriture pendant une longue période.

Ce processus nécessite un effort titanesque, car ils doivent produire une substance antibactérienne qui réduit le taux de décomposition. Une étude de l’Université du Connecticut a montré que ces curieux insectes ont recours à cette stratégie pour empêcher la charogne d’attirer d’autres concurrents. Ils n’ont ainsi pas à craindre de se faire voler leurs réserves de nourriture.

Cette stratégie a également un autre objectif. Dans le cas de Nicrophorus orbicollis, ce procédé lui permet de réserver une partie de la nourriture pour ses enfants. Un article publié dans la revue scientifique Animal Behavior mentionne que ces coléoptères pondent leurs petits sous la charogne pour qu’ils s’en nourrissent à leur naissance.

Les parents se consacrent entièrement à leurs enfants : ils disposent d’une énorme réserve de nourriture pour eux.

Comment se fait-il que les coléoptères arrivent à manger les restes d’animaux ?

Afin de se nourrir des carcasses d’animaux, ces insectes ont dû s’adapter de manière étonnante. Contrairement aux vautours, la stratégie des coléoptères consiste à utiliser des substances antimicrobiennes.

Ils évitent ainsi de contracter tout type de maladie pouvant être mortelle. En termes simples, leur système digestif est spécialisé dans la destruction des bactéries nocives.

Pour ce faire, ils sécrètent des substances similaires aux antibiotiques ainsi que des enzymes qui détruisent tout composé toxique. Cependant, ils n’y parviennent qu’en formant une alliance avec des bactéries, des levures et d’autres micro-organismes bénéfiques qui vivent dans leur intestin.

Les substances antibactériennes servent de conservateur : grâce à elles, les coléoptères préviennent la décomposition des aliments.

Unis contre les envahisseurs

Les stratégies incroyables de ces coléoptères ne s’arrêtent pas là. Ils utilisent également l’aide d’autres arthropodes pour protéger leur nourriture. Certains spécimens de coléoptères s’associent aux acariens (Poecilochirus carabi), créant ainsi une relation de symbiose mutualiste.

Les acariens sont transportés par les coléoptères jusqu’aux charognes et se nourrissent des œufs de mouche qui y sont présents. Grâce à cela, la nourriture des coléoptères est désinfectée de certains ennemis potentiels, et les petits acariens peuvent se régaler.

Comme vous avez pu le constater, les coléoptères font un travail incroyable en protégeant leur nourriture. Cela est dû aux grands défis qu’ils doivent relever, puisqu’ils luttent contre d’autres organismes pour pouvoir monopoliser leur nourriture.

Non seulement les adultes finissent par en bénéficier, mais ils assurent également la survie de leurs petits. Les petits insectes sont sans aucun doute plus étonnants que vous ne le pensez.

Cela pourrait vous intéresser ...
Que mangent les coléoptères ?
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Que mangent les coléoptères ?

Savoir ce que mangent les coléoptères est essentiel si vous souhaitiez les garder en captivité ou comprendre la chaîne alimentaire.



  • Nehring, V., Müller, J. K., & Steinmetz, N. (2017). Phoretic Poecilochirus mites specialize on their burying beetle hosts. Ecology and evolution, 7(24), 10743-10751.
  • Trumbo, S. T. (2017). Feeding upon and preserving a carcass: the function of prehatch parental care in a burying beetle. Animal Behaviour, 130, 241-249.
  • Vogel, H., Shukla, S. P., Engl, T., Weiss, B., Fischer, R., Steiger, S., … & Vilcinskas, A. (2017). The digestive and defensive basis of carcass utilization by the burying beetle and its microbiota. Nature communications, 8(1), 1-15.
  • Trumbo, S. T., Philbrick, P. K., Stökl, J., & Steiger, S. (2021). Burying beetle parents adaptively manipulate information broadcast from a microbial community. The American Naturalist, 197(3), 366-378.
  • Galindo-Rojas, D. V., Carrasco, M. G. V., & López, J. A. ABUNDANCIA DEL ESCARABAJO ENTERRADOR Nicrophorus mexicanus, Matthews (COLEOPTERA: SILPHIDAE) EN LA SIERRA DEL NAYAR, DURANGO, MÉXICO.