La migration des papillons monarques

Les papillons monarques, connus pour leurs couleurs brillantes et leur migration annuelle épique, font partie des créatures les plus reconnaissables de la nature.
La migration des papillons monarques

Dernière mise à jour : 19 janvier, 2021

Les larves des papillons monarques (Danaus plexippus) mangent la coquille de l’œuf dont elles éclosent. Toutes les larves de monarque se nourrissent de la plante d’asclépiade sur laquelle elles sont nées. Cependant, toutes n’entreprendront pas le voyage mythique vers des terres plus chaudes qui les caractérisent.

La caractéristique essentielle de la migration du papillon monarque implique une longévité exceptionnelle des adultes migrants. La génération « Mathusalem » a une endurance et une longévité élevées allant jusqu’à neuf mois, d’août/septembre à mars. Leurs homologues nés en été vivent probablement moins de deux mois à l’âge adulte.

Les papillons monarques ont une génération de « Mathusalem » chaque année

Les papillons migrateurs adultes entrent dans un état de diapause reproductive. Autrement dit, le développement reproducteur masculin et féminin s’arrête en raison de la suppression de la synthèse de l’hormone juvénile.

Par conséquent, la longévité du papillon monarque pendant la migration est associée à deux facteurs. Le premier est la régulation endocrinienne ; le second est associé aux propriétés environnementales des lieux de repos lors de la traversée.

Il s'agit d'un papillon monarque.

L’itinéraire de voyage

Grâce à ces caractéristiques, ce papillon résiste à l’allée-retour de son voyage. Il peut parcourir jusqu’à 4000 kilomètres du Canada et du nord des États-Unis jusqu’aux forêts d’Oyamel au centre du Mexique.

La migration commence généralement vers octobre de chaque année, mais elle peut se produire plus tôt si le temps se refroidit. Lors de ce voyage, au printemps, l’accouplement des papillons commence au Mexique.

Le retour vers le nord a lieu à la mi-mars. Actuellement, il est possible de voir le chemin des papillons monarques dans Google Earth. La génération migratrice de papillons monarques connue sous le nom de “Mathusalem” fait tout le voyage du nord au sud et en en sens inverse.

Comment les papillons monarques s’orientent-il pour trouver des sites d’hibernation ?

L’orientation n’est pas bien comprise chez les insectes. Chez les monarques, ce mécanisme est particulièrement mystérieux. Comment géolocaliser la petite zone qui est sa destination dans les montagnes du centre du Mexique ?

La première chose est d’exclure que l’information soit transmise entre les générations. En effet, le papillon ne migre que toutes les cinq générations. Par conséquent, il faut s’attendre à ce que les monarques comptent sur leurs sens pour trouver des sites d’hibernation.

La science a montré que certains animaux utilisent des signaux célestes (le soleil, la lune ou les étoiles) ou le champ magnétique terrestre. D’autres peuvent utiliser des points de repère (chaînes de montagnes ou plans d’eau), une lumière polarisée, une perception d’énergie infrarouge ou une combinaison de ces signaux.

Parmi ces possibilités, les deux premières sont considérées comme les signaux les plus probablement utilisés par les monarques. Les papillons monarques sont les seuls insectes qui migrent chaque année vers un climat plus chaud situé à plus de 4000 kilomètres de distance.

Où vont les papillons monarques ?

Les monarques vivant dans l’est de l’Amérique du Nord ont une résidence secondaire dans les montagnes de la Sierra Madre au Mexique. Cependant, 5 % à 10 % de tous les monarques qui habitent l’ouest de l’Amérique du Nord passe l’hiver en Californie.

Pourquoi l’endroit où ils passent l’hiver est-il si spécial ?

Les pentes montagneuses de la forêt d’Oyamel offrent un microclimat idéal pour les papillons. Là, les températures varient de 0 à 15 degrés Celsius. Parfois, si la température est plus basse, les monarques seront obligés d’épuiser leurs réserves de graisse.

L’humidité de la forêt d’Oyamel garantit que les monarques ne se dessèchent pas, leur permettant de conserver leur énergie. L’oyamel (Abies religiosa) est un sapin originaire des montagnes centrales et du sud du Mexique.

C’est un conifère de la famille des Pinacées. Il est aussi l’arbre préféré du papillon monarque dans les sites d’hibernation au Mexique.

Des papillons monarques en plein vol.

Le regroupement des papillons monarques est une question de survie

Il est intéressant de savoir que ces insectes se regroupent pour se réchauffer. Des dizaines de milliers de monarques peuvent se regrouper sous un seul arbre.

Bien que ces papillons pèsent moins d’un gramme, des dizaines de milliers pèsent très lourd. Les oyamels sont généralement capables de supporter des grappes de papillons, mais parfois les branches se cassent.

De plus, les monarques ne voyagent que pendant la journée et doivent trouver un abri la nuit. Pour cette raison, ils se retrouvent dans des lieux de repos. Ils choisissent souvent le pin, le sapin et les cèdres pour se reposer.

Ces arbres ont des cimes épaisses qui modèrent la température et l’humidité. Le matin, les monarques se prélassent au soleil pour se réchauffer.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le papillon grand porte-queue : le plus grand et le plus exotique des papillons
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Le papillon grand porte-queue : le plus grand et le plus exotique des papillons

Le grand porte-queue est un papillon surprenant à l'allure exotique, très présent sur le contient américain. Il apprécie beaucoup les jardins fleur...



  • Guerra, P. A., Gegear, R. J., & Reppert, S. M. (2014). A magnetic compass aids monarch butterfly migration. Nature communications, 5(1), 1-8. https://www.nature.com/articles/ncomms5164
  • Reppert, S. M., & de Roode, J. C. (2018). Demystifying monarch butterfly migration. Current Biology, 28(17), R1009-R1022. https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0960982218302537
  • Herman, W. S., & Tatar, M. (2001). Juvenile hormone regulation of longevity in the migratory monarch butterfly. Proceedings of the Royal Society of London. Series B: Biological Sciences, 268(1485), 2509-2514.