La plus grande colonie de fourmis du monde

Les fourmis identifient les spécimens de leur propre colonie grâce à l'odeur. Autrement dit, tous les spécimens d'une fourmilière dégagent la même essence.
La plus grande colonie de fourmis du monde

Dernière mise à jour : 21 janvier, 2022

Les fourmis sont reconnues pour être des ouvrières infatigables qui conçoivent des fourmilières de différentes tailles. Cela ne serait pas possible si ces insectes ne disposaient pas d’un mécanisme social complexe, grâce auquel ils sont capables de se répartir les tâches et de collaborer efficacement. Savez-vous quelle est la plus grande colonie ?

Les nids de fourmis sont construits dans le but de stocker des ressources, d’assurer une protection contre les prédateurs, de prendre soin de la reine et d’incuber les œufs. Pour cette raison, avoir une immense colonie confère des avantages écologiques pour la survie de l’espèce. Poursuivez donc votre lecture pour découvrir quelle est la plus grande colonie de fourmis du monde.

Comment se forme une colonie de fourmis ?

La formation d’une colonie comment peu de temps après le vol nuptial. Une fois la reine fécondée, elle part à la recherche d’un nouvel endroit pour construire sa propre fourmilière. Pendant les premiers jours, les matriarches creusent et rassemblent par elles-mêmes les ressources nécessaires. Dès qu’elles ont construit un trou où s’abriter, elles commencent à pondre les premiers œufs dans le nid.

Chaque œuf amènera une nouvelle ouvrière à la colonie, qui aura pour tâche de répondre à tous les besoins de la reine et de la fourmilière. Grâce à cela, la matriarche ne se consacre qu’à la ponte et à la production de nouveaux spécimens. À mesure que la population de fourmis augmente, la complexité et la taille du nid s’amélioreront considérablement.

Les fourmis dorment-elles ?

Les castes de la fourmilière sont importantes

Les fourmis ont un système de castes : dès sa naissance, une fourmi est classée dans une caste. Lorsqu’elles deviennent adultes, elles “connaissent” déjà les tâches qui leur sont confiées et commencent à les accomplir. Les différentes castes sont les suivantes :

  • Ouvrières. Ce sont les plus actives de la colonie, elles sont chargées de chercher de la nourriture, d’agrandir la taille du nid et de s’occuper à la fois des œufs et de la reine.
  • Soldats. Elles sont chargées de garder le nid et d’attaquer les intrus.
  • Reines. Leur seule mission est de pondre des œufs. Elles passent la majeure partie de leur vie enfermées dans la partie la plus profonde et la plus sécurisée de la colonie. Les fourmilières peuvent avoir 1 reine (monogynie) ou plusieurs (polygynie), selon l’espèce.
  • Mâles. Ils sont produits uniquement pendant la saison de reproduction. Leur seule fonction est de féconder une reine vierge lors du vol nuptial.
  • Reines vierges. Ces reines sont produites lorsque le nid est bien établi pendant la saison de reproduction. Leur rôle est de s’accoupler et de partir à la recherche d’un endroit sûr pour créer leur propre fourmilière.

Comme vous pouvez le voir, les ouvrières sont les seuls chargés de construire, de modifier et d’agrandir le nid. Pour cette raison, elles sont généralement la caste de fourmis la plus abondante. Pour qu’une fourmilière devienne la plus grande du monde, elle doit produire suffisamment de travailleuses.

Quelle est la plus grande colonie du monde ?

La taille d’une fourmilière n’est pas facile à calculer, car les constructions souterraines ne sont pas visibles à l’œil nu. De plus, ces architectures peuvent s’étendre sur des kilomètres. Pour vous donner une idée de l’ampleur des nids, la liste suivante compile certaines des plus grandes.

Colonie de fourmis de Californie

En 2000, des scientifiques californiens ont découvert l’une des plus grandes fourmilières existantes. Elle s’étendait du nord de la Californie à la frontière mexicaine environ 965 km de long. L’espèce responsable de cette construction aussi incroyable était la fourmi d’Argentine (Linepithema humile).

Colonie d’Hokkaidō

Le chercheur de fourmis Seigo Higashi a étudié les formicidés d’Hokkaido pendant des années. Dans les années 1970, il découvre que les rives de cette île contiennent un vaste réseau de fourmilières interconnectées (supercolonie). Il a estimé qu’elle contenait environ 45 000 nids interconnectés, et que ce réseau mesurait près de 19 kilomètres de long.

L’espèce qui dominait cette supercolonie était la fourmi rousse japonaise (Formica yessensis). Pendant un moment, cette fourmilière était considérée comme l’une des plus grandes fourmilières existantes, mais en 1993, un tsunami a détruit une grande partie de sa structure. De plus, à partir de l’an 2000, de nouvelles colonies gigantesques ont été découvertes, lesquelles ont fini par laisser la première supercolonie dans l’oubli.

Colonie de Melbourne

La fourmi d’Argentine est considérée comme une espèce envahissante dans plusieurs pays, car elle est connue pour former des supercolonies plutôt immenses. Ces arthropodes ont également réussi à gagner l’Australie, où une fourmilière de près de 100 kilomètres de long a été décrite. Loin de ressembler à une grande découverte, cette situation inquiète les scientifiques, car elle a un impact négatif sur la faune indigène.

Colonie d’Europe du Sud

Cette colonie s’étend du nord de l’Italie et traverse la France jusqu’ la côte atlantique espagnole. Elle est reconnue par l’organisation Guinness World Records comme la plus grande fourmilière du monde. Elle s’étend sur environ 6 000 kilomètres de long et a été construit par la fourmi d’Argentine qui, comme nous le disions plus haut, est considérée comme une espèce envahissante.

Pourquoi la fourmi d’Argentine est-elle si populaire ?

L’incroyable capacité de cette fourmi à former des fourmilières géantes est assez contradictoire, puisque son comportement est plutôt territorial. Toutefois, les membres de ces grandes structures ne sont jamais agressifs les uns envers les autres, malgré les kilomètres qui les séparent. Pour cette raison, elle a fait l’objet de recherches sur les supercolonies.

La fourmi d’Argentine a été dispersée dans le monde il y a plus de 100 ans au moyen de navires. Grâce à cela, elle a eu l’opportunité de former de grandes fourmilières dans différents pays. En général, l’espèce a d’excellentes capacités d’adaptation, c’est pourquoi elle est très douée pour envahir et coloniser de nouveaux environnements.

Quelles sont les plus grandes fourmilières du monde ?

Comme vous avez pu le constater, l’incroyable réseau de tunnels des fourmis ne se construit pas en une seule journée. Il faut compter des années pour créer de tels réseaux. Bien qu’il s’agisse d’un fait surprenant et fascinant, c’est aussi un fait préoccupant, en raison des problèmes que les fourmis peuvent causer aux humains et aux autres animaux.

This might interest you...
Fourmis du désert : habitat et caractéristiques
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Fourmis du désert : habitat et caractéristiques

Les fourmis du désert font partie des arthropodes les mieux adaptés aux milieux arides. Apprenez-en plus à leur sujet dans cet article.



  • Giraud, T., Pedersen, J. S., & Keller, L. (2002). Evolution of supercolonies: the Argentine ants of southern Europe. Proceedings of the National Academy of Sciences, 99(9), 6075-6079.
  • Van Wilgenburg, E., Torres, C. W., & Tsutsui, N. D. (2010). The global expansion of a single ant supercolony. Evolutionary Applications, 3(2), 136-143.
  • Suhr, E. L., O’Dowd, D. J., McKechnie, S. W., & Mackay, D. A. (2011). Genetic structure, behaviour and invasion history of the Argentine ant supercolony in Australia. Evolutionary Applications, 4(3), 471-484.
  • HIGASHI, S., & YAMAUCHI, K. (1979). INFLUENCE OF A SUPERCOLONIAL ANT FORMICA (FORMICA) YESSENSIS FOREL ON THE DISTRIBUTION OF OTHER ANTS IN ISHIKARI COAST: Biological and ecological studies of a supercolonial ant Formica yessensis FOREL. X. Japanese Journal of Ecology, 29(3), 257-264.
  • López-Riquelme, G. O., & Ramón, F. (2010). El mundo feliz de las hormigas. Tip Revista Especializada en Ciencias Químico-Biológicas, 13(1), 35-48.
  • Ríos-Casanova, L. (2014). Biodiversity of ants in Mexico. Revista mexicana de biodiversidad, 85, S392-S398.