La régénération chez les étoiles de mer, le secret de la vie ?

23 octobre, 2020
Si vous vous demandez pourquoi les étoiles de mer peuvent faire repousser un bras, alors que nous, humains, n'en sommes pas capables, vous n'êtes pas seul : la science étudie encore ce mystère.

Les étoiles de mer sont célèbres pour leurs pouvoirs de régénération. Par exemple, si elles perdent l’un de leur bras, elles peuvent le remplacer par un nouveau. Un nouvel animal peut même pousser à partir d’un bras et un fragment du corps. Comparés aux étoiles de mer, les êtres humains ont des pouvoirs de régénération assez limités.

Chez les personnes, la guérison des blessures est facile au niveau de certains tissus, comme le foie. Néanmoins, d’autres cellules comme celles du muscle cardiaque ou encore les neurones ne peuvent pas se régénérer après un dommage. C’est pourquoi les étoiles de mer peuvent servir à étudier la cicatrisation et la régénération des blessures chez les humains.

Comprendre la biologie des étoiles de mer

Les étoiles de mer appartiennent à la classe Echinodermata et sont liées aux oursins, aux crinoïdes et aux concombres de mer. Elles font partie du groupe Asteroidea. Il existe aujourd’hui plus de 1600 espèces.

Les étoiles de mer possèdent une caractéristique particulière.

Des tailles et des couleurs variées

La taille des étoiles de mer peut varier. Une étoile de mer peut mesurer moins de deux centimètres jusqu’à plus d’un mètre de diamètre. Les espèces les plus communes mesurent néanmoins entre 12 et 24 centimètres.

Elles ont une symétrie radiale, ce qui signifie que leurs bras, qu’ils soient courts ou longs, partent d’un disque central. Il est intéressant de savoir que même si la majorité des étoiles de mer ont cinq bras, certaines espèces peuvent en avoir jusqu’à quarante.

Le disque central est une structure essentielle dans le processus de régénération des étoiles de mer.

Les étoiles de mer ont des yeux

Oui, ces créatures fascinantes ont des yeux. Ils ne se situent cependant pas là où on pourrait le croire, et ils ne ressemblent pas à des yeux humains : il s’agit en fait de taches oculaires situées au bout de chaque bras.

Ainsi, les étoiles de mer à cinq bras ont cinq yeux et les espèces qui ont quarante bras ont quarante yeux. Bien évidemment, ces animaux ne voient pas beaucoup de détails, mais ils distinguent la lumière et l’obscurité, ce qui est suffisant pour évoluer dans leur habitat.

Elles ont une armure de protection

En fonction de l’espèce, la peau d’une étoile de mer peut être malléable ou légèrement épineuse. La présence d’une couche résistante formée de plaques de carbonate de calcium est typique chez elles. On retrouve par ailleurs de petites épines sur cette couche, qui servent à se protéger des prédateurs.

Elles n’ont pas de sang

À la place du sang, les étoiles de mer ont un système circulatoire principalement composé d’eau de mer. L’eau est pompée vers le système vasculaire de l’animal à travers sa plaque criblée de petits trous, la madréporite.

Ce liquide circule vers les pieds tubulaires de l’étoile, ce qui permet à son bras de se tendre. Contrairement à la croyance populaire, les bras ne sont pas rigides. Ils permettent de tenir les proies, telles que les moules ou les palourdes.

Amputation et régénération

Le processus de régénération des étoiles de mer est très complexe et on ne le comprend que partiellement.

Grosso modo, la régénération est la capacité des cellules d’un animal à produire de nouvelles parties du corps à l’âge adulte, comme elles l’ont fait au moment du développement embryonnaire.

Si une étoile a un bras amputé, une phase de réparation se met en marche pour soigner la blessure. Une fois que la blessure est soignée, l’animal commence à produire de nouvelles cellules qui, à leur tour, déclenchent une nouvelle croissance.

Il est nécessaire de préciser que la régénération peut prendre des mois, voire des années. La prolifération cellulaire qui aboutit à la croissance du nouveau bras se produit lors de la phase finale. Si la phase finale est interrompue, le nouveau bras peut être déformé.

Les étoiles de mer peuvent aussi se couper un bras pour échapper à un prédateur

Il est très intéressant de savoir que la fragmentation des étoiles de mer ne sert pas qu’à la reproduction, elle peut aussi servir de solution pour fuir. Cela veut dire que l’animal peut couper son corps pour échapper à l’attaque d’un prédateur.

Pour pouvoir perdre des parties de son corps, l’animal ramollit rapidement le tissu conjonctif en réponse aux signaux nerveux. On retrouve ce « tissu conjonctif de capture » chez la majorité des échinodermes.

En fait, la science a identifié un facteur favorisant l’autotomie qui, quand on l’injecte dans une autre étoile de mer intacte, provoque un rapide détachement des bras.

Des étoiles de mer.

Le secret de la vie

Les échinodermes vivent dans presque tous les habitats marins et constituent une part importante de la biomasse. Les étoiles de mer et autres échinodermes sont donc extrêmement importants pour la biodiversité de nos océans.

Malgré tout, la régénération de ces invertébrés reste un mystère pour la science. Ces mécanismes seront-ils la clé d’une plus grande efficacité de la médecine humaine ? Seul le temps nous apportera cette réponse.

 

  • Vickery, M.C.L. et al. (2001). Utilization of a novel deuterostome model for the study of regeneration genetics: molecular cloning of genes that are differentially expressed during early stages of larval sea star regeneration. Gene 262, 73-80.
  • Rahman, M. A., Molla, M. H. R., Megwalu, F. O., Asare, O. E., Tchoundi, A., & Shaikh, M. M. (2018). The Sea Stars (Echinodermata: Asteroidea): Their Biology, Ecology, Evolution and Utilization. SF J Biotechnol Biomed Eng. 1 (2), 1007.
  • Ben Khadra, Y., Ferrario, C., Benedetto, C. D., Said, K., Bonasoro, F., Candia Carnevali, M. D., & Sugni, M. (2015). Re‐growth, morphogenesis, and differentiation during starfish arm regeneration. Wound Repair and Regeneration, 23(4), 623-634.
  • Hayashi, Yutaka; Motokawa, Tatsuo (1986). “Effects of ionic environment on viscosity of catch connective tissue in holothurian body wall”. Journal of Experimental Biology. 125 (1): 71–84.
  • Mladenov, Philip V.; Igdoura, Suleiman; Asotra, Satish; Burke, Robert D. (1989). “Purification and partial characterization of an autotomy-promoting factor from the sea star Pycnopodia helianthoides”. Biological Bulletin. 176 (2): 169–175. doi:10.2307/1541585
  • Mulcrone, R. (2005). “Asteroidea” (On-line), Animal Diversity Web. Accessed August 13, 2020 at https://animaldiversity.org/accounts/Asteroidea/