Le cycle de vie des abeilles

Le cycle de vie des abeilles est différent selon la caste à laquelle appartient chaque spécimen. Si vous voulez connaître les différences entre les castes, poursuivez donc votre lecture.
Le cycle de vie des abeilles

Dernière mise à jour : 24 juillet, 2021

Le cycle de vie des abeilles est directement lié à la survie dans la ruche et au passage des saisons. L’énorme complexité de cette société s’applique également à l’existence même de chacun de ces insectes.

Les abeilles mellifères (Apis mellifera) sont des animaux eusociaux. C’est-à-dire qu’elles sont incapables de vivre dans la solitude et que seule une partie très spécifique de la communauté est capable de se reproduire.

Dans les ruches, les tâches sont réparties entre les différentes castes. Si vous voulez mieux connaître la vie de ces incroyables insectes, vous êtes au bon endroit.

Le cycle de vie de la ruche

Les abeilles n’arrêtent leur activité à aucun moment de l’année. Mais le printemps est leur période la plus productive, tant au niveau du travail que de la reproduction. Avec l’arrivée des bonnes températures, l’augmentation des heures de clarté et des pluies, la végétation s’épanouit, et le travail des abeilles augmente de façon exponentielle.

Bien qu’en hiver, il est également possible de voir des abeilles pendant les journées particulièrement chaudes, normalement, elles passent la saison froide à l’intérieur de la ruche, se nourrissant du miel qu’elles ont produit au printemps et en été.

Quant à leur reproduction, normalement, les nouvelles abeilles ne commencent à naître qu’à la fin du mois d’avril. Dans les régions plus chaudes, l’augmentation de la population peut commencer à la fin de l’hiver, mais n’atteindra jamais son apogée avant le dégel.

Grandes ruches.

Le développement individuel des abeilles

Les abeilles mellifères sont holométaboles, un terme appliqué aux espèces d’insectes qui se développent en 4 étapes. Dans le cas des abeilles, leur cycle de vie est le suivant :

  • Œufs : les reines peuvent pondre des œufs fécondés à partir desquels les ouvrières ou futures reines éclosent, ou des œufs non fécondés (faux bourdons). Les œufs sont déposés dans les alvéoles de la ruche et, selon le spécimen qui va naître, ils mettent 14 à 24 jours pour éclore.
  • Larves : nourries par les ouvrières, les larves restent dans leur alvéole jusqu’à ce qu’elles atteignent la taille nécessaire à la pupaison.
  • Pupe : au cours de cette phase, l’abeille se développera dans sa forme adulte au sein de sa capsule. A ce stade, elle reste inactive et ne se nourrit pas.
  • Adulte : dans sa phase finale, la nymphe va enfin être associée à une caste : elle sera ouvrière, faux bourdon ou reine, si elle a été nourrie à cet effet.

Les abeilles sont des hyménoptères eusociaux qui sont divisés en castes selon leur fonctionnalité et leur capacité de reproduction.

Le cycle de vie de la reine des abeilles

Le cycle de vie d’une reine peut durer jusqu’à 4 ans. Sa naissance a lieu lorsque la ruche est suffisamment mature pour donner naissance à une autre colonie dans un endroit différent. Cela dépend de la taille de la ruche et du nombre de spécimens adultes présents dans celle-ci.

Lorsque ce moment arrive, les ouvrières commencent à nourrir plusieurs larves d’ouvrières avec de la gelée royale pure — les ouvrières en prennent occasionnellement, mais mélangée à du pollen — tout au long de leur développement. Cette substance stimule la croissance des larves.

Il arrive un moment où la larve de la reine est trop grosse pour sa cellule, mais la gelée royale remplit également une fonction de maintien. Sa texture visqueuse ajoute de la surface aux bords des creux.

Au bout de 14 jours, la reine sort de sa cellule en cassant la pupe. Et au bout de quelques jours, elle va partir s’accoupler et former une nouvelle ruche.

Pour ce faire, elle exécutera la danse dite nuptiale, avec laquelle elle attirera des faux-bourdons d’autres ruches. Une fois fécondé, elle cherchera un endroit pour commencer à construire sa propre société.

Le cycle de vie des abeilles ouvrières

Les abeilles ouvrières constituent la majeure partie des spécimens d’une ruche. En moyenne, il y en a 30 000 dans chaque alvéole. En hiver, elles peuvent vivre jusqu’à 4 mois, mais l’usure de la frénésie printanière fait qu’en cette saison elles ne vivent pas plus d’un mois et demi.

C’est une race infertile qui effectue toutes les tâches de la ruche, à l’exception de la reproduction. Ces activités sont réparties selon l’ âge de l’abeille, à compter du moment où elle sorte de la nymphe :

  • Jours 1-3 : nettoyage des cellules et hébergement des œufs.
  • 3-6 jours : alimentation des larves les plus matures.
  • Jours 6 à 10 : alimentation des plus jeunes larves, ce qui est plus difficile car elles sont plus fragiles.
  • 8 à 16 jours : réception du pollen des abeilles butineuses.
  • Jours 12-18 : création de cire et construction des cellules.
  • A partir du 14ème jour : exploration, recherche de nectar et de pollen et défense de la ruche.

De nombreux éthologues attribuent ce comportement désintéressé à la sélection de parentèle. La reine étant une parente directe des ouvrières, il est dans l’intérêt de ces dernières de la maintenir en vie pour qu’elle se reproduise et continue à diffuser leurs gènes, même indirectement.

Les faux bourdons

Enfin, les faux bourdons sont les abeilles mâles qui éclosent des œufs non fécondés que pond la reine. Ils portent la moitié des informations génétiques par rapport aux ouvrières et à la reine, et leur production commence quelques semaines avant que la ruche ne commence à élever de nouvelles reines.

Comme leur seule fonction est de se reproduire, dès qu’ils quittent la nymphe, les faux bourdons s’éloignent de la ruche, attendant les danses nuptiales des reines des abeilles qui se trouvent aux alentours. Un minimum de variabilité génétique est ainsi préservé lors de la création de nouvelles colonies.

Une fois qu’ils se sont accouplés, les faux bourdons meurent. S’ils restent dans la ruche mais n’ont pas pu se reproduire, ils seront expulsés avant l’hiver, car à ce moment-là, aucun nouveau spécimen n’est élevé et cela serait un gaspillage de ressources inutile.

Une abeille dans sa ruche.

Les abeilles sont des insectes fascinants, quel que soit l’angle depuis lequel vous les regardez. De leur capacité à calculer les angles par rapport au Soleil à la perfection géométrique de leurs maisons, chaque nouvelle découverte est plus merveilleuse que la précédente.

Qui aurait imaginé qu’il y aurait tant de choses à découvrir derrière ces petits êtres qui voltigent de fleur en fleur ? Vous savez maintenant tout ce qu’il faut savoir sur ces insectes merveilleux.

Cela pourrait vous intéresser ...
La danse des abeilles pour trouver leur nourriture
My AnimalsLisez-le dans My Animals
La danse des abeilles pour trouver leur nourriture

La communication entre les animaux est un thème qui fascine de nombreux chercheurs. Sachez-en plus sur la danse des abeilles !



  • How Honeybees Defy Gravity with Royal Jelly to Raise Queens. (2018, 2 abril). ScienceDirect. https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0960982218302070
  • Fewell, J. H., and Winston, M. L. 1992. Colony state and regulation of pollen foraging in the honey bee, Apis mellifera L. Behavioral Ecology and Sociobiology, 30: 387 – 393.
  • Calderone, N. W. and Page, Jr, R. E. 1988. Genotypic variability in age polyethism and task specialization in the honey bee, Apis mellifera (Hymenoptera: Apidae). Behavioral Ecology and Sociobiology, 22: 17 – 25.